Accueil / Nationalisme / 2017 : le retour de la question nationale en Europe

2017 : le retour de la question nationale en Europe

Christian Rioux >

La nouvelle est passée inaperçue. À la fin du mois de novembre, l’Allemagne passait une commande de 400 millions d’euros au constructeur allemand de satellites OHB System pour la construction de deux satellites d’observation optique. L’affaire semble banale, mais sans le dire, l’Allemagne déchirait ainsi les accords de Schwerin. Signés en 2002, ces accords organisaient une coopération industrielle avec la France dans le domaine du renseignement spatial. Ils permettaient à chaque pays de se spécialiser et d’éviter la duplication. Or, c’est à la France que revenait la tâche de fournir les images optiques. Dorénavant, l’Allemagne concurrencera donc la France lorsque viendra le moment de proposer une technologie européenne face aux autres puissances, notamment américaine.

L’année avait pourtant bien commencé. Après l’épisode du Brexit, le retour de la croissance, l’estompement de la crise des migrants et surtout l’élection surprise d’Emmanuel Macron au printemps 2017 semblaient devoir redonner vie à une Union européenne en pleine débandade. L’élection du plus européen des présidents depuis François Mitterrand annonçait des jours meilleurs pour un continent déchiré entre la révolte des pays de l’ancienne Europe de l’Est contre la vague migratoire et le départ des Britanniques. Aidé par un léger retour de la croissance économique, le jeune président élu par les jeunes professionnels instruits des grandes métropoles, mais boudé par les régions et les classes moins instruites a déjà passé son premier test à l’automne. Comme si les Français se montraient reconnaissants envers un président qui avait enfin l’honnêteté de faire ce qu’il avait promis. La révolte sociale tant attendue par l’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas produite. Comme le reconnaissait ce dernier, c’est 1-0 pour le président.

Même si une minorité de Français partage sa vision d’une Europe plus intégrée, le président veut aller de l’avant en proposant de gonfler le budget européen, de nommer un véritable ministre des Finances et de mutualiser les dettes. Jusqu’en septembre, alors que la réélection d’Angela Merkel semblait pliée, le ton s’est fait triomphal à Bruxelles, alors même que la négociatrice en chef du Brexit, Theresa May, était fragilisée dans son propre parti. La glaciation qu’avait connue l’Union européenne depuis les crises de l’euro et des migrants tirait donc à sa fin.

 

Alice Weidel, nouvelle figure de proue du parti patriote Alternative pour l’Allemagne (AfD)

 

L’Allemagne en panne

C’était sans compter avec les élections allemandes du 24 septembre qu’on a vu pour la première fois, dans l’histoire récente du pays, un parti d’extrême droite, l’AFD, accéder au Bundestag (Parlement) et devenir la troisième force politique du pays avec 13 % des voix. Autre force eurosceptique, les libéraux du FDP sont aussi de retour avec un jeune leader qui a le vent en poupe, Christian Lindner. Sans oublier la radicalisation anti-immigrés de l’allié bavarois de la CDU, la CSU. Malgré la sanction des urnes, l’explosion en plein vol des négociations entre les chrétiens-démocrates, les Libéraux et les Verts rend à nouveau possible la reconduction éventuelle d’une grande coalition avec les sociaux-démocrates (SPD), qui l’avaient d’abord refusée. Ce serait la troisième en 12 ans. Mais les discussions pourraient durer jusqu’à Pâques.

Quel que soit le résultat de ces négociations, elles ne changent rien au déplacement vers la droite et à l’euroscepticisme de l’électorat allemand dont le prochain gouvernement devra nécessairement tenir compte. Pour la première fois depuis 2005, le leadership d’Angela Merkel se trouve écorché. Une grande partie de la presse allemande y a vu le début de la fin pour Angela Merkel. Avec ou sans la chancelière, la plupart des observateurs voient mal comment une nouvelle grande coalition pourrait s’écarter durablement de la politique de stabilité et de rigueur budgétaire établie depuis huit ans par le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, qui a toujours privilégié les intérêts allemands.

[…]

 

Les premiers ministre de la Slovaquie, de la Hongrie, de la Pologne et de la Tchéquie

 

Dissidence à l’Est

Au début du mois de décembre, la Commission européenne décidait de renvoyer devant la Cour de justice la République tchèque, la Hongrie et la Pologne pour ne pas avoir rempli leurs obligations en matière d’accueil de réfugiés. Le geste qui risque de demeurer sans conséquence illustre néanmoins l’opposition grandissante qui s’est manifestée en 2017 entre l’Europe occidentale et ce qu’on appelait autrefois l’Europe centrale. On assiste à un retour du groupe de Visegrád comprenant la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque. Dirigés par des gouvernements plus ou moins autoritaires, comme celui de Victor Orban en Hongrie, ces pays ne s’opposent pas à Bruxelles que sur les réfugiés. Longtemps dominés par la Russie, après l’avoir été par l’Allemagne, ils se montrent de plus en plus jaloux de leur souveraineté.

« Ces pays adorent l’Ouest pour son économie libérale et sa technologie, mais ils s’en éloignent sur les questions de société », écrivait dans le quotidien français Les ÉchosThomas Fasbender, de l’Institut de recherche DOC. Tous ont en ligne de mire le multiculturalisme, qui s’est plus ou moins imposé en France et en Allemagne et qui fragilise une identité nationale qui, chez eux, a longtemps été humiliée. Inquiets du retour de la Russie en politique internationale, ils sont néanmoins favorables à une défense européenne, mais opposés à toute idée d’une Europe à plusieurs vitesses qui les exclurait de certaines décisions importantes. Au printemps prochain, les élections législatives hongroises pourraient nous en apprendre plus.

Ce nouveau « bloc de l’Est » pourrait être rejoint par l’Autriche, qui est sur le point d’être dirigée par un gouvernement de coalition regroupant l’extrême droite (FPÖ) et dirigé par un jeune leader de 31 ans. Sebastian Kurz a entièrement revampé le principal parti de droite (ÖVP) autrichien, qui a longtemps gouverné en coalition avec la gauche. Sans être antieuropéen, Kurz souhaite surtout le renforcement des frontières de l’Union européenne. Il propose aussi d’interdire toute prestation sociale aux Européens qui ne sont pas résidents depuis au moins cinq ans.

 

Les Catalans de plus en plus eurosceptiques

 

Un malaise tenace

Autre symptôme d’un certain retour des identités nationales en Europe, la Catalogne a retenu l’attention de toute l’Europe pendant l’automne en tentant d’organiser, le 1er octobre, un référendum sur l’indépendance, qui a été sévèrement réprimé par les forces de l’ordre dépêchées par Madrid. Depuis, avec un premier ministre en exil à Bruxelles, la Generalitat de Catalogne a été mise en tutelle en attendant le résultat des élections du 21 décembre. À la surprise de tout le monde, le premier ministre catalan destitué Carles Puigdemont, jusque-là très favorable à l’Union européenne, a récemment dénoncé « un club de pays décadents, obsolètes, où commandent seulement quelques-uns » et qui sont « très liés à des intérêts économiques de plus en plus discutables ». C’est une première dans le mouvement indépendantiste catalan, qui n’avait qu’un rêve : voir la Catalogne adhérer à l’Union européenne.

Cette inflexion du discours sur l’Europe n’est peut-être pas isolée. Récemment, l’écrivain belge David Van Reybrouck, auteur d’un ouvrage remarquable sur le Congo (Congo, Actes Sud), n’a pas hésité à comparer l’Union européenne aux vieilles administrations coloniales. « Vivre en Europe en l’an 2017 ressemble de plus en plus à vivre dans une administration coloniale, dit-il. Pourquoi nous étonner que cela conduise à des révoltes ? Le populisme est une tentative brutale de repolitiser l’espace européen. » Tentative éphémère ou qui risque de se prolonger et de prendre de l’ampleur ? La réponse en 2018.

> Lire l’article sur Le Devoir.

Voir également

Valérie Plante : la catastrophe

HQA > Valérie Plante vient d’annoncer, contre toute attente, et ce en brisant une de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *