Accueil / Multiculturalisme / Abattage halal : les fermiers complices condamnés à payer 100 000 $

Abattage halal : les fermiers complices condamnés à payer 100 000 $

Radio-Canada >

Deux éleveurs de moutons de l’Avenir, au Centre-du-Québec, ont été reconnus coupables de cruauté envers les animaux vendredi dernier au palais de justice de Drummondville.

En 2016, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) était intervenu sur la ferme BSC après que Michel Cloutier et son fils aient vendu des moutons qui ont été tués sur place par des musulmans qui participaient à un rituel. Depuis plusieurs années, l’entreprise fournit des animaux à des musulmans dans le cadre de la fête du mouton Aïd el-Adha.

« Moi, je ne me sens pas coupable de rien. Je ne fais pas de cruauté animale, je ne fais que vendre des animaux », s’est cependant défendu Michel Cloutier, qui s’est dit déçu du jugement rendu contre lui et son fils Jonathan Bélanger-Cloutier.

 

Tout comme l’abattage casher, l’abattage halal ne respecte en rien les droits des animaux les plus élémentaires

 

Ces derniers ont été reconnus coupables d’avoir enfreint la Loi sur la santé et le bien-être des animaux et la Loi sur la protection sanitaire des animaux. Ils pourraient devoir payer plus de 100 000 $ d’amende et de frais juridiques.

« Le MAPAQ a insisté sur le fait qu’ils avaient été mal égorgés, mais ils ont été très bien égorgés », explique Michel Cloutier.

« Je pense qu’ils se sont servis de nous pour faire peur aux autres, parce qu’on était les plus gros qui faisaient ça, estime quant à lui Jonathan Bélanger-Cloutier, qui est maintenant seul propriétaire de la ferme. S’ils nous arrêtaient nous, ils pouvaient faire réfléchir les autres. »

Malgré le verdict, les deux hommes entendent poursuivre leur métier, qu’ils assurent exercer selon les règles de l’art.

> Lire la suite sur Radio-Canada.

Voir également

Élections 2018 : les Libéraux ont « l’arme ethnique »

Joseph Facal > L’autre jour, je dis à un ami péquiste que sa formation a …

4 commentaires

  1. L’abattage religieux ou rituel n’a pas sa place nulle part au monde et certainement pas chez nous! On se dit évolué, développé et on fait souffrir des animaux au nom d’un ami imaginaire?? De plus, ça revient tout au $$$ la certification halal ou casher est un gros racket où, comme toujours, les infidèles sont les grands perdants.

  2. Je suis nee ici et toute ma famille est chretienne et nous avons toujours saigner les animaux dans mon enfance et nous n’avons rien de musulman. Le coup de couteau doit etre precis et fatal (rapide) et ensuite le drainage du sang. Cela fait une tres grande difference dans le gout de la viande. Cela n’a rien de musulman mais juste du gros bon sens. Une viande dont le sang n’a pas ete vider de ces chairs a un gout de cendre tres desagreable en bouche.

    • La question éthique ne repose pas sur le fait de saigner ou pas l’animal, mais bien sur le refus de pratiquer l’étourdissement préalable afin de réduire la souffrance de l’animal au nom de rites religieux.

  3. tout a fait daccord avec toi mais par contre que sont nos exigence d abattage car moi étant jeune j ai vécue dans se domaine et y avais pas de niaisage avec sa c etais tu attache tu coupe et ce terminer et ont est pas des musulman mais non par contre de tuer des animaux pour une secte au lieu de dire une religion j ai des problemes avec sa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *