Accueil / Immigration / Allemagne : l’augmentation de la violence imputable aux immigrés maghrébins

Allemagne : l’augmentation de la violence imputable aux immigrés maghrébins

RT >

Le ministère allemand de la Famille a commandé une étude sur le cas de la Basse-Saxe à l’ancien ministre de la Justice de ce Land. Celui-ci lie directement l’explosion du nombre de violences de 2014 et 2016 à l’arrivée massive de migrants.

Dans une étude commandée par le ministère de la Famille allemand et rendue publique en ce début d’année 2018, le criminologue Christian Pfeiffer (membre du parti social-démocrate SPD et ancien ministre de la Justice de Basse-Saxe) analyse les données statistiques relatives aux violences commises sur des personnes dans cette région. Ses conclusions établissent un lien direct entre la nette hausse des délits et crimes violents commis entre 2014 et 2016 et l’arrivée de nombreux migrants sur le territoire allemand.

Sur cette période, les actes de violences enregistrés par la police de Basse-Saxe ont augmenté de 10,4%, ce qui représente une hausse quasi inédite. Comme le rapporte le Spiegel, 92,1% des crimes et délits constituant cette hausse sont le fait de migrants. Ces derniers sont les auteurs d’un acte de violence sur huit et sont donc sur-représentés parmi la population criminelle si l’on rapporte ces chiffres à leur proportion parmi la population totale du Land. En Basse-Saxe, le nombre de migrants pendant cette période a d’ailleurs doublé, comme le soulignent les auteurs du rapport.

Pour son étude, Christian Pfeiffer considère comme «migrants» l’ensemble des personnes de nationalité étrangère ayant fait une demande d’asile, l’ayant obtenu ou se trouvant sur le territoire allemand en situation irrégulière. Il souligne par ailleurs que cette population est très majoritairement composée de jeunes hommes entre 14 et 30 ans, une catégorie d’âge parmi laquelle la délinquance est plus fréquente.

 

Il faut remercier la politique migratoire d’Angela Merkel pour cet enrichissement culturel

Peu de Syriens ou d’Irakiens, mais une très large majorité de migrants venus du Maghreb

Autre constatation établie par Christian Pfeiffer : parmi les migrants auteurs d’actes de violence, les réfugiés syriens, irakiens et afghans ne représentent qu’une proportion négligeable. En effet, la majorité de ces crimes et délits sont commis par des hommes originaires d’Afrique du Nord, à savoir des Algériens, des Tunisiens et des Marocains.

Les chiffres étudiés par Christian Pfeiffer permettent aussi de dresser le portrait-type des victimes. Il s’agit majoritairement de migrants. Dans 12,6% des cas, les agressions violentes sont commises à l’intérieur d’un même groupe ethnique. Un tiers des victimes sont des Allemands ou des étrangers venus d’autres pays.

Les migrants, originaires pour la plupart de pays de culture musulmane, «ont intériorisé des normes de masculinité légitimant le recours à la violence, bien davantage que les Allemands de leur âge, ou que les jeunes nés en Allemagne et originaires de ces mêmes pays», comme l’écrit Christian Pfeiffer.

[…]

 

> Lire l’article sur RT français.

Voir également

Casques blancs : le Canada accueillera des militants islamistes syriens

AFP > Plus de 400 Casques blancs, secouristes volontaires dans les zones rebelles en Syrie, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *