Accueil / Immigration / Crise migratoire en Italie: La Ligue et le Mouvement 5 Étoiles sonnent la fin de la récréation

Crise migratoire en Italie: La Ligue et le Mouvement 5 Étoiles sonnent la fin de la récréation

France 24 > Expulsions massives de 500 000 individus en cinq ans, fermeture des frontières, défiance vis-à-vis des ONG : le nouveau gouvernement italien, mené par la Ligue et le M5S, promet un durcissement radical de la politique migratoire.

« Stop à l’invasion », « Les Italiens d’abord » : les slogans de campagne, portés par les dirigeants de la Ligue [anciennement Ligue du Nord], ont donné le ton. Le durcissement de la politique migratoire italienne est inscrit dans le contrat conclu entre la Ligue et Mouvement 5 Étoiles (M5S) anti-système, les deux partis qui se partagent le gâteau gouvernemental suite à leur victoire aux législatives du 4 mars. Dans ce programme de gouvernement, est notamment affichée la volonté d’accélérer l’examen des demandes d’asile et d’expulser systématiquement les déboutés comme les quelque 500 000 clandestins installés en Italie.

 

Mateo Salvini, chef du parti de droite nationale « La Ligue »

 

Celui qui devra mettre en œuvre la politique anti-immigration n’est autre que Matteo Salvini, tête de file de la Ligue. Car s’il n’a pas réussi à obtenir la direction du gouvernement, Matteo Salvini s’apprête à briguer le poste de ministre de l’intérieur, responsabilité gouvernementale cruciale pour le tour de vis sécuritaire qu’il a défendu tout au long de la campagne législative.

 

Luigi di Maio, leader de l’hétéroclite « Mouvement 5 Étoiles » parti de gauche euroseptique et critique de l’immigrationnisme 

 

Le Mouvement 5 Étoiles, à l’origine plus réticent à accabler les migrants, entretient un flou sur la question migratoire : si le fondateur du mouvement, Beppe Grillo, a plusieurs fois fait des déclarations contre le droit du sol ou pour le durcissement des règles d’asile, la base du parti, ancrée partiellement dans des valeurs d’extrême-gauche, n’a pas toujours suivi. Luigi di Maio, jeune leader du Mouvement, a proposé un objectif « zéro migrant » car, dit-il, « l’Italie n’est pas le camp de réfugiés de l’Union européenne ».

Lire la suite de l’article sur France 24

Voir également

Le peuple rejette l’immigration massive imposée par le régime libéral avec la complicité des médias

Joseph Facal > À l’exception des chroniqueurs souverainistes, notre microcosme médiatique n’a longtemps parlé d’immigration …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *