Accueil / Immigration / Déluge migratoire : Trudeau responsable

Déluge migratoire : Trudeau responsable

Denise Bombardier >

Aspirés par le cri primal du premier ministre Trudeau, les demandeurs d’asile répondent présents et traversent de façon irrégulière notre frontière par le chemin Roxham. L’été sera infernal, a déclaré hier au Devoir le président national du Syndicat des douanes et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin.

D’ailleurs, sans monsieur Fortin et les médias pour filmer ces arrivées quotidiennes, environ 200 personnes actuellement, ce ne sont pas les propos fallacieux du ministre fédéral de l’Immigration Ahmed Hussen qui nous auraient permis de prendre conscience de l’ampleur de la crise.

« Il n’y a pas de débordement à Lacolle », affirme le ministre. C’est le même qui laissait entendre récemment que les Québécois ne manifestaient pas beaucoup de générosité envers ces personnes désirant vivre chez nous. Le ministre estime, contrairement à Jean-Pierre Fortin, qui, lui, est sur le terrain, que les services frontaliers ont la capacité de traiter davantage de demandes.

Dos au mur

Cette semaine, c’était au tour des autorités de l’immigration ontariennes de lancer des cris d’alarme. Assurant recevoir 75 % des demandeurs d’asile débarqués au Québec, elles estiment qu’il leur faudra envisager de parquer ces personnes dans les arénas, comme on a dû le faire à Montréal l’an dernier. « Nous avons le dos au mur », a déclaré un porte-parole.

À ce jour, il n’y a pas eu de violence entre les demandeurs d’asile, comme cela arrive souvent en Europe dans les camps de fortune. Les Haïtiens étaient nombreux, mais ils ont souvent de la parenté au Québec ou au Canada, ce qui facilite leurs rapports avec nous.

Cette année, les Nigérians qui ont quitté leur pays secoué par des actes d’une violence extrême et les demandeurs d’asile venus de pays d’Amérique latine où sévissent des régimes tyranniques et violents peuvent changer la donne. La désorganisation, l’absence de structures d’accueil sont des éléments qui favorisent les frustrations et les affrontements entre des membres de communautés culturelles si différentes.

Appel émotif

Revenons à Justin Trudeau, qui dans un élan spontané de générosité gratuite, a lancé en s’émouvant de sa propre émotion, un appel à tous les réfugiés de la Terre. Qui l’ont entendu jusqu’au Nigeria. Le premier ministre connaissait-il le dossier ? Avait-il étudié les structures d’accueil du Canada ? Avait-il demandé à ses hauts fonctionnaires compétents en ces matières quels étaient les budgets alloués à pareilles opérations d’envergure ? Avait-il entendu parler du chemin Roxham, qui transforme le Québec en vestibule du Canada tout entier ? Avait-il consulté les provinces, de petites entités régionales aux yeux de ce prince de la centralisation canadienne ?

Sans faire offense à sa fonction, ne peut-on pas estimer que notre premier ministre, en usant du marketing politique en lieu et place du contenu, a tenu des propos qui indiquent son irresponsabilité ?

[…]

> Lire la suite sur le Journal de Montréal.

Voir également

Invasion migratoire illégale : l’explosion des coûts

Boris Proulx > Plusieurs millions de dollars seraient nécessaires pour déplacer des douaniers au Québec …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *