Accueil / Multiculturalisme / Fusillade à Toronto : le paradis multiculturel se transforme en enfer multiconflictuel

Fusillade à Toronto : le paradis multiculturel se transforme en enfer multiconflictuel

Marie-Ève Dumont >

Une fillette de 10 ans et une femme de 18 ans ont été identifiées comme les victimes de la fusillade qui a éclaté dimanche à Toronto, où la violence liée aux armes à feu explose depuis le début de l’année.

Le bilan des blessés a aussi grimpé à 13 personnes lundi, certaines d’entre elles étant encore dans un état grave.

La victime de 18 ans a été identifiée par les médias locaux comme étant Reese Fallon. La jeune fille prévoyait poursuivre ses études en soins infirmiers, avant de tomber sous les balles du tireur, selon ce que rapporte Global News.

Faisal Hussain, âgé de 29 ans, a ouvert le feu au hasard sur des piétons déambulant sur l’avenue Danforth, une rue achalandée du quartier grec de Toronto. Il a été retrouvé sans vie dans une ruelle quelques instants après avoir échangé des tirs avec la police, selon ce qu’ont rapporté les autorités. Sa famille a mentionné dans une déclaration que le tireur souffrait de graves problèmes mentaux.

 

Les médias de masse tardent à sortir un portrait du tireur

 

D’après un ami de Faisal Hussain avec qui CBC s’est entretenue, l’homme était discret et sans prétention. Il n’aurait jamais donné l’impression de pouvoir être violent. Ce proche qui le connaît depuis une vingtaine d’années ne savait pas comment il s’était procuré une arme à feu ni où il avait appris à tirer.

À la lumière des propos de la famille Hussain sur les problèmes psychologiques allégués du tireur, le maire de Toronto, John Tory a demandé aux citoyens d’être « compréhensifs », lundi soir lors d’une vigile.

Gangs criminels

Cette fusillade, dont les motifs n’ont toujours pas été expliqués par les autorités, vient contribuer à l’escalade de violence liée aux armes à feu observée depuis le début de l’année dans la Ville Reine. On y dénombre 228 fusillades jusqu’à maintenant tandis qu’il y en avait eu 205 au total l’an dernier.

Cette augmentation de la violence a jusqu’à présent été attribuée aux affrontements entre gangs criminels.

« Il y a une augmentation de l’utilisation des armes à feu parmi les membres de gangs qui est devenue bien plus ouverte et éhontée et bien plus insouciante que ce que nous avons vu dans le passé », mentionne Mark Mendelson, ancien enquêteur à la police de Toronto, avec qui Le Journal s’est entretenu.

Le maire de Toronto, John Tory, a promis de saisir les autorités fédérales et provinciales afin « de discuter le plus rapidement possible des problèmes de sécurité publique ».

« Cette ville a un problème d’armes et les armes sont trop facilement disponibles pour trop de personnes », a déploré M. Tory en point de presse.

Plus de fusillades

D’ailleurs, une augmentation de la violence par armes à feu est observée dans les grandes villes canadiennes un peu partout au pays, soutient Francis Langlois, chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand de l’Observatoire des États-Unis (UQAM).

« Cette hausse est plus forte à Régina ou à Edmonton qu’à Montréal par exemple, mais de façon générale, il y a plus d’homicides par armes à feu qui se font au Canada, Toronto n’y échappe pas », mentionne M. Langlois.

 

> La suite sur le Journal de Montréal.

Voir également

Festival séfarad : Bock-Côté recadre un rabbin qui compare la laïcité au port de l’étoile jaune nazie

Alexandre Cormier-Denis > Le 8 novembre dernier, s’est tenue une table ronde intitulée Les accommodements …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *