Accueil / Immigration / Grand remplacement : les Canadiens français hors Québec en voie de disparition

Grand remplacement : les Canadiens français hors Québec en voie de disparition

Guillaume Bourgault-Côté >

Le visage des communautés francophones hors Québec commence à changer : une nouvelle analyse du dernier recensement montre en effet qu’une part importante des francophones de moins de 18 ans vivant dans plusieurs grandes villes du pays appartiennent à une minorité visible.

L’exemple le plus frappant du phénomène se voit à Toronto, note le chercheur Jack Jedwab dans une étude obtenue par Le Devoir.

Parmi les quelque 71 000 Torontois qui ont comme première langue officielle parlée (PLOP) le français, on compte 10 700 jeunes de moins de 18 ans. Et la moitié (51 %) d’entre eux disent appartenir à une minorité visible, révèle le croisement de données de M. Jedwab.

À l’inverse, les Torontois francophones âgés de 65 ans et plus sont très majoritairement blancs : 11 % d’entre eux seulement sont dans le groupe des minorités visibles.

La même situation s’observe un peu partout au Canada, illustre aussi l’analyse de M. Jedwab, directeur général de l’Association d’études canadienne.

Ainsi, 46 % des jeunes de moins de 18 ans qui habitent à London et dont le français est la langue maternelle font partie des minorités visibles. Edmonton et Oshawa ont des taux légèrement supérieurs à 40 %, alors que Regina, Hamilton, Calgary et Saskatoon ont toutes entre 35 % et 40 %. À Vancouver et à Windsor, c’est environ un jeune sur trois.

Dans ces villes de moyenne et grande taille, « ces immigrants disproportionnellement plus jeunes ont déjà modifié le profil démographique des communautés… et cela va continuer de manière importante à l’avenir », estime Jack Jedwab.

 

Le renouveau francophone est une illusion : les immigrants s’anglicisent après une seule génération

Liens à bâtir

Le chercheur voit apparaître « un écart intergénérationnel » important dans ces communautés : des membres âgés qui ont pour la plupart la peau blanche, et une nouvelle génération beaucoup plus métissée.

Cela pose-t-il des défis particuliers pour les communautés francophones ? Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA), répond que l’arrivée d’immigrants est « une source d’enrichissement pour les communautés francophones ». Mais oui, le changement appelle à des adaptations au fonctionnement de ces communautés souvent articulées autour des Canadiens français, reconnaît-il.

« Il y a toujours un peu de résistance à la notion de changement, notait-il vendredi en entretien depuis l’Alberta. La situation actuelle ne représente pas tant un défi qu’une occasion de modifier nos communautés. Mais ça prend un dialogue mutuel pour ça : chacun doit réaliser qu’il doit modifier certaines perceptions et notions. »

M. Johnson souligne que les immigrants francophones ont souvent « cette attente d’un Canada bilingue. Ils ont alors le choc d’une réalité différente quand ils arrivent. Pour qu’ils demeurent dans notre communauté [au fil du temps], il faut leur donner une place et une appartenance, trouver une manière qu’ils se sentent interpellés par cette communauté ».

 

> Lire la suite sur Le Devoir.

Voir également

Le Québec a accueilli trois fois plus d’illégaux que l’an passé à pareille date

Mario Dumont > Nous avons été nombreux au Québec à ridiculiser l’idée de mur de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *