Accueil / Immigration / Grand Remplacement : « Londres n’est plus vraiment une ville anglaise »

Grand Remplacement : « Londres n’est plus vraiment une ville anglaise »

RT France >

En quelques mots sur Twitter, John Cleese a déclenché une vive polémique en Grande-Bretagne. Si la réalité statistique de son observation n’est pas remise en cause, il lui est reproché de ne pas se conformer à la vision d’un monde multiculturel.

John Cleese, l’acteur légendaire des Monty Python, n’a pas pour habitude de s’embarrasser des circonvolutions dévolues au politiquement correct. Il l’a de nouveau prouvé dans un tweet sans détour envoyés à ses quelques 5,67 millions d’abonnés le 29 mai : «Il y a quelques années, j’ai émis l’avis que Londres n’était plus vraiment une ville anglaise. Depuis, pratiquement tous mes amis de l’étranger ont confirmé mon observation. Elle doit contenir une part de vérité… Je remarque également que Londres est la ville britannique qui a le plus voté pour rester dans l’UE.»

Nommer le réel est devenu un crime de la pensée

Cette remarque dont la réalité statistique est irréfutable, a pourtant été à l’origine d’une intense polémique Outre-manche, d’aucuns estimant qu’elle sous-tendait un supposé racisme de l’acteur. Selon les chiffres fournis par le bureau des statistiques nationales (ONS), entre juillet 2017 et juin 2018, Londres disposait en effet des plus importantes populations «non nées au Royaume-Uni (37%)» et «non britanniques (23%)» du pays. L’ONS précisait par ailleurs que les personnes nées en dehors de l’UE étaient plus susceptibles de posséder la nationalité britannique que celles nées dans l’UE.

Est reproché à l’acteur le fait qu’il s’inquiète que la ville perde son identité et sa culture britannique. A l’instar de nombreuses personnalités publiques, le maire de Londres Sadiq Khan, repris dans tous les médias, est monté au créneau pour critiquer la sortie de John Cleese et défendre sa vision d’un modèle multiculturel pour la ville. «Ces commentaires font apparaître John Cleese comme un personnage de Basil Fawlty [une série britannique dans laquelle l’acteur jouait un misanthrope cynique et snob]», a-t-il ainsi réagi. «Les Londoniens savent que la diversité est notre plus grande force. Nous sommes fier d’être la capitale anglaise, une ville européenne et un centre mondial», a poursuivi l’édile travailliste, lui-même né à Londres d’une famille d’origine pakistanaise.

Le tourbillon médiatique qui a emporté John Cleese en quelques heures l’a contraint à clarifier son point de vue dans une série de messages sur Twitter : «Je suppose que je devrais m’excuser pour le côté britannique de mon éducation, mais à bien des égards, je la trouve plus polie, plus humoristique, moins tabloïd et moins axée sur l’argent que celle qui la remplace», a-t-il répondu, maintenant ses propos.

«Je pense qu’il est légitime de préférer une culture à une autre. Par exemple, je préfère les cultures qui ne tolèrent pas la mutilation des parties génitales des femmes. Est-ce que cela sera considéré raciste par ceux qui rôdent, espérant ardemment que quelqu’un va les offenser – au nom de quelqu’un d’autre bien entendu», s’est finalement demandé l’acteur dans un message qui a trouvé un fort écho sur les réseaux sociaux.

> Lire l’article sur RT France.

Voir également

Trudeau responsable de l’arrivée de centaines de narcotrafiquants latinos au Québec

Félix Séguin > Plus de 200 importateurs, facilitateurs et tueurs à gages liés aux puissants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *