Accueil / Société / Infoman 2017 : la télé d’État au service du régime libéral

Infoman 2017 : la télé d’État au service du régime libéral

Mathieu Bélisle >

La revue de l’année d’Infoman m’a laissé une curieuse impression, qui se renforce d’année en année : cette émission me semble de moins en moins satirique et corrosive, de moins en moins du côté de l’humour noir, et de plus en plus au service de la campagne d’image des hommes et femmes politiques qui, à l’évidence, font des pieds et des mains pour y apparaître.

L’humour ne nourrit plus la distance, il permet plutôt le rapprochement, la connivence, en révélant la part humaine, sympathique, du pouvoir, le plus souvent au mépris des politiques réelles, de décisions et d’orientations qui peuvent être délétères : Dufort rigole moins aux dépens de tel premier ministre, de tel ou telle ministre, qu’avec eux, comme s’il était passé de leur côté, était devenu leur ami intime : Mélanie Joly, la patronne de Radio-Canada, ouvrant l’émission par une autoparodie gentillette, Philippe Couillard visitant l’animateur dans ses bureaux (un déplacement symbolique révélateur : c’est le roi qui rend visite au fou, et non l’inverse), Julie Payette marchant sur des oeufs avec son aide galante sans même une allusion au pouvoir monarchique qu’elle contribue à légitimer, Justin Trudeau commentant chaque paire de bas reçue en vantant son goût et son jugement, et ainsi de suite.

 

Une émission subversive qui s’est transformée en outil de légitimation du pouvoir. Que fallait-il attendre d’autre de la part de Radio-Canada ?

 

La palme revient sans doute à une séquence où les députés de l’Assemblée nationale se racontent des blagues les uns aux autres : ici, non seulement le rire abolit momentanément les frontières et les clivages et célèbre l’unanimité, mais ce sont les représentants du pouvoir qui rient plutôt que d’être l’objet du rire, les représentants du pouvoir qui sont du côté du rire (comme la vice-première ministre Anglade il y a quelques semaines à Tout le monde en parle, entourée d’une dizaine d’humoristes) plutôt que d’en faire les frais.

Évidemment, rien n’interdit à Jean-René Dufort de jouer le rôle de l’ami du pouvoir, et rien n’interdit que des politiciens rigolent avec un animateur, mais il faudrait alors renoncer à l’image du superhéros justicier, car je ne vois plus guère de différence entre lui et les supposés « vilains » qu’il est censé combattre.

> Lire l’article sur Le Devoir.

Voir également

Les nationalistes québécois censurés : Facebook ferme la page d’HQA

HQA > Depuis maintenant une semaine, la page Facebook d’Horizon Québec Actuel est censurée. L’algorithme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *