Accueil / Multiculturalisme / Islamisation : une Barbie voilée pour Noël

Islamisation : une Barbie voilée pour Noël

Gabriel Robin >

Noël approche à grands pas. Saoulés de publicités pour les jouets entre deux dessins animés abrutissants, vos enfants s’impatientent et commencent à rédiger leurs lettres au Père Noël. Pour les filles, la traditionnelle Barbie est souvent plébiscitée. Un classique efficace pour qui n’a pas trop d’imagination. Afin de répondre à une forte demande, Mattel agrémentera cette année son offre d’une Barbie inédite, encore jamais vue : une poupée voilée !

La firme américaine proposera ainsi une Barbie portant un foulard islamique, prenant pour modèle l’escrimeuse olympique Ibtihaj Muhammad. Séduisante entreprise capitaliste qui sait anticiper les besoins du consommateur !

Une femme voilée noire? Merveilleux!

Amie d’Hillary Clinton qui la citait en modèle durant la dernière campagne présidentielle, Ibtihaj Muhammad est l’égérie de ces nouveaux musulmans occidentaux, aussi rigoristes sur le plan religieux que bien intégrés à la vie économique mondialisée. Tête de gondole de la firme Nike, cette accro au réseau social Instagram a pourtant dévoilé son vrai visage à de multiples reprises, sans que personne ne s’en offusque, hors l’innommable Breitbart. Comprenez bien que l’Amérique de Trump a un besoin urgent d’images positives, rassembleuses. Une femme ? Une femme voilée ? Une femme voilée et noire ? Merveilleux ! Elle pourrait manger des chatons au petit-déjeuner qu’on lui dresserait une statue.

Le 12 février 2015, soit un mois après l’attaque islamiste contre Charlie Hebdo, elle écrivait sur Twitter : « Je m’envole pour la France demain, pays où les crimes de haine contre les musulmans atteignent actuellement des records. »

C’est plutôt le Djihad qui est à son plus haut niveau en France depuis quelques temps

 

Acquise à l’idée que le « racisme systémique » et « l’islamophobie d’Etat » sont des prérequis de la vie politique américaine, à l’image de la société des journalistes de Mediapart, notre championne au sourire carnassier a aussi diffusé de nombreux messages sur les « privilèges de naissance des blancs », l’horrible politique israélienne ou l’amour universel que porterait le Coran.

Athlète de seconde zone

Klaus Barbie, comme il faudrait la surnommer, n’a rien fait pour mériter une telle médiatisation. Athlète de seconde zone, sinon de troisième, elle s’est fait éliminer dès le deuxième tour des épreuves de sabre féminin des derniers Jeux Olympiques d’été de Rio, contre la française Cécilia Berder, son unique fait d’armes individuel consistant à avoir porté un hijab lors de compétitions sportives, quand tant de femmes musulmanes aimeraient pouvoir s’en débarrasser. Symbole de la tolérance et de la diversité de l’Amérique, elle a aussi affirmé « ne pas se sentir en sécurité » en tant que musulmane vivant aux Etats-Unis.

À ce train, faudra-t-il bientôt produire une ligne de GI Joe djihadistes, des Action Man « Ali le Chimique » et des déguisements du Hezbollah pour les garçons de plus de 6 ans ? Après avoir figuré la femme en bimbo décérébrée tout juste bonne à conduire une New Beetle rose bonbon, Mattel en fait une salafiste viscéralement anti-occidentale, médiocre dans sa propre discipline et obsédée par son image. Au fond, peut-être ont-ils trouvé là le plus sûr moyen de détourner les fidèles musulmans d’Allah, les enjoignant à honorer le Veau d’Or.

 

Lire l’article sur Causeur.

Voir également

Charia à Montréal : des femmes exclues d’un chantier à proximité d’une mosquée

TVA Nouvelles > Le propriétaire de deux mosquées a fait des pressions sur un entrepreneur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *