Accueil / Archives / La fatigue culturelle du Parti québécois

La fatigue culturelle du Parti québécois

Horizon Québec Actuel

Paul Saint-Pierre-Plamondon se lance dans la course à la direction du Parti québécois en incarnant la quintessence du renoncement national typique des élites québécoises.

Il propose principalement quatre choses :

  • Renoncer définitivement à promouvoir l’indépendance du Québec.
  • Abandonner toute forme de nationalisme.
  • Exclure définitivement toute sensibilité conservatrice au sein du parti.
  • Transformer le Parti québécois en un simple parti progressiste sans autre ambition que de gérer une province canadienne.

Bref, cet homme souhaite faire du Parti québécois un clone du Parti libéral, la corruption en moins.

Eh bien! On aura tout vu dans cette course où la médiocrité rivalise désormais avec la mollesse et la confusion.

– La Rédaction

Lettre de Paul Saint-Pierre-Plamondon, candidat à la direction du Parti québécois.

Le Parti québécois a déjà été un grand parti, un petit miracle démocratique pourrait-on même dire. Fondé sur l’idée que la démocratie fonctionne lorsqu’on croit à l’intelligence des gens et porté par un politicien qui avait incarné le service public et le service de la vérité tout au long de sa carrière, le PQ avait réussi, à coups d’assemblées de cuisine, à donner le goût du Québec et de l’espoir à de nombreux Québécois.

Lire la suite de l’article sur Le Devoir.

 

Voir également

L’immigrationniste radio-canadien Yves-François Blanchet veut devenir chef du Bloc québécois

Marie Vastel > L’ex-ministre péquiste devenu commentateur politique Yves-François Blanchet s’est retiré de ses activités …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *