Accueil / Société / La mairie de Montréal défend la violence politique de l’extrême-gauche

La mairie de Montréal défend la violence politique de l’extrême-gauche

Olivier Robichaud >

Les groupes d’extrême droite et les militants antifascistes se donnent rendez-vous à Montréal le 1er juillet. Et l’administration Plante met en garde le SPVM: la police ne doit pas les traiter sur un pied d’égalité.

Les groupes La Meute et Storm Alliance se rejoignent pour manifester contre l’immigration illégale. Ils marcheront à partir de midi, mais le point de départ n’a pas encore été annoncé. La Meute est connue pour ses positions anti-islam, alors que Storm Alliance se positionne plus généralement contre l’immigration.

Il n’en fallait pas plus pour que les réseaux «antifa» organisent une contre-manifestation en même temps, au parc Valois, ainsi qu’une autre manifestation pro-réfugiés en soirée.

Mardi, des citoyens se sont présentés devant la Commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal pour exprimer leur inquiétude à propos des agissements Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pendant ce genre de confrontation. L’un d’eux s’est plaint que les policiers aient protégé des sympathisants néonazis lors d’une manifestation visant la résidence d’un de leurs leaders, qui se fait nommer Zeiger.

 

Nathalie Goulet prend parti en faveur des milices anarchistes qui attaquent gens et commerces

 

Les représentants du SPVM ont répondu qu’ils doivent protéger le droit de manifester de tous et prendre les mesures nécessaires pour éviter qu’il y ait des affrontements. Mais la responsable de la sécurité publique, Nathalie Goulet, estime qu’il ne faut pas mettre les antifascistes dans le même panier que l’extrême droite.

«Je suis préoccupée par la manifestation d’extrême droite du 1er juillet. Je ne pense pas que de mettre des néonazis dos à dos avec des antifascistes, ce soit une bonne stratégie de contrôle de foule», a-t-elle dit.

Mme Goulet a suggéré que la section des crimes haineux soit mise à contribution lors de manifestations de groupes comme La Meute.

> La suite sur Le Huffington Post Québec.

Voici ce que défend concrètement l’administration Plante:

 

Petit rappel sur les liens entre la gauche et la violence politique :

L’hypocrisie gaucho-libérale sur la violence politique doit cesser

Voir également

Policiers du SPVM accusés d’accointance avec l’extrême-droite: La gauche libérale est-elle en psychose?

Dominique Cambron-Goulet > À quelques jours d’une manifestation du groupe d’extrême-droite La Meute, qui doit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *