Accueil / Multiculturalisme / L’antiracisme : nouveau nom du racisme anti-Blanc

L’antiracisme : nouveau nom du racisme anti-Blanc

Joseph Facal >

Je suis très friand de ces anecdotes qui sont des révélateurs de toute une époque.

Connaissez-vous Celina Caesar-Chavannes ?

Rassurez-vous, moi non plus… jusqu’à cette semaine. La connaître n’est d’ailleurs pas du tout nécessaire.

Présentement députée fédérale de Whitby, en Ontario, elle fut aussi l’adjointe parlementaire de cet adolescent auquel les Canadiens, dans leur grande sagesse, ont offert un déguisement de premier ministre.

 

Mme Caesar-Chavannes en compagnie de ce cher Pee-Wee Trudeau

 

Peau

Maxime Bernier lâche un tweet pour dénoncer l’expression de minorités « racisées », disant qu’il préférait classer les gens selon leur caractère plutôt que selon la couleur de leur peau.

La dame riposte avec une série de tweets hargneux.

D’abord, elle note que notre beau Maxime est un Blanc hautement « privilégié ». Ensuite, plus grave, elle dit et redit que ceux qui pensent comme lui devraient se taire.

« Please check your privilege and be quiet. »

« Especially when the intervention is steeped in ignorance, I absolutely will invite them to keep quiet. »

 

Le « privilège blanc » s’applique-t-il également aux Canadiens français ?

 

Voyez le petit ton de flic de la pensée, de petit caporal de la rectitude : tu fermes ta gueule ou tu ne l’ouvres que pour penser comme moi.

Pour elle, être un Blanc fait automatiquement de M. Bernier un « privilégié », comme s’il n’y avait pas de Blancs pauvres.

Pour elle, faire partie d’une minorité ethnique – comme c’est son cas – donne automatiquement une supériorité morale et une compétence particulière sur le sujet.

Elle ne s’est pas arrêtée un instant pour se demander si être députée au Parlement fédéral – avec un salaire de base de 172 700 $ plus l’indemnité liée à la fonction d’adjoint parlementaire – ne fait pas d’elle une « privilégiée ».

Mieux encore : le beau Justin se serait-il donné comme adjoint parlementaire un homme blanc nommé Tom Smith ? Hmm…

En fait d’homme blanc privilégié, vous ne trouverez pas mieux que Justin­­­ lui-même, qui doit largement sa réussite politique aux circonstances de sa naissance, malgré qu’il ait l’épaisseur intellectuelle d’une couche de peinture.

Des tas de députés libéraux doivent d’ailleurs leur boulot et leur salaire au fait d’avoir surfé sur l’image de ce « Blanc privilégié » qu’est leur chef.

Mais ne dites pas cela à cette femme. La couleur de la peau est son critère de base pour distinguer les opprimés et les oppresseurs, les privilégiés et les non-privilégiés, sauf pour son chef.

 

L’antiracisme, nouvelle marotte de la gauche libérale, a trouvé une porte-parole

 

Racisme

Ce prétendu antiracisme est donc profondément racial. Mais l’aveuglement idéologique de ses tenants est tel qu’ils ne voient pas cette contradiction massive.

On ne le dira jamais assez : l’idéologie multiculturaliste est un racisme qui veut nous faire croire qu’il est un antiracisme.

[…]

> Lire la suite sur le Journal de Montréal.

Voir également

Le régime Couillard se couche devant le multiculturalisme canadien

Éric Pilon > Le gouvernement Couillard refuse de se porter à la défense de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *