Accueil / Multiculturalisme / Le féminisme est incapable de s’opposer à l’islamisme

Le féminisme est incapable de s’opposer à l’islamisme

Diane de Bourguesdon >

Parmi les voix qui s’élèvent non sans courage et talent contre la montée de l’islam radicalen France, commence à acquérir une certaine visibilité dans l’espace public un discours se réclamant du féminisme militant. Refusant de fermer les yeux sur les pratiques dites de « harcèlement de rue », dénonçant l’apartheid sexuel à l’œuvre dans les quartiers, dévoilant l’imposture des fausses féministes qui assimilent le port du voile à une marque de liberté, ces femmes ne tombent pas dans l’incohérence absurde et lâche des féministes qui ne le sont que face au mâle européen de culture chrétienne.

Elles n’ont d’ailleurs pas hésité un instant avant de se mettre vent debout contre les scandaleux propos récemment tenus par la collaboratrice du maire de la Courneuve Sonia Nour, dans lesquels elle tentait honteusement de relativiser l’assassinat des deux jeunes femmes à Marseille en le replaçant dans un contexte plus général de violence masculine ancestrale.

 

Pour Mme Nour, le djihadiste est un martyr

 

Plus admirable encore, ce courant féministe n’hésite pas à désigner la pusillanimité quand ce n’est le clientélisme d’un grand nombre d’élus locaux qui, tous bords politiques confondus, ont laissé le salafisme s’installer et proliférer en parfaite quiétude sur leur territoire.

Ce combat, à l’abri de toute compromission et doté d’une part de noblesse, mérite une forme de respect. Néanmoins, si le regard qu’elles portent sur le phénomène islamique est parfois lucide, il apparaît que les armes qu’elles mobilisent pour le combattre sont non seulement inadaptées mais même contre-productives.

(…)

Sur un autre plan, l’argument qui consiste à opposer au port du voile, qualifié de dégradant, la dignité universelle de la femme est également inopérant. Il est indéniable que l’habit a quelque chose à voir avec la dignité de l’être humain. Mais cette appréciation de la dignité conférée par le vêtement est éminemment variable selon les lieux et les époques. Il ne nous viendrait pas à l’esprit d’aller exiger de certaines tribus qu’elles adoptent un mode vestimentaire adapté à notre conception de la pudeur, au nom de la dignité de l’être humain. De même, il a fort à penser que nos arrière-grands-parents seraient fortement incommodés par la longueur des jupes portées aujourd’hui par certaines collégiennes. Ainsi, il n’est pas absurde de considérer que la nudité comme l’habit peuvent conférer une dignité à celui qui l’arbore, selon le contexte culturel où l’on se place. Ceux pour qui le voile représente un attribut de la dignité féminine, ont leurs propres raisons de le penser, raisons qui ne sont pas moins valables que celles qui justifient chez d’autres le dénudement. L’argument de la dignité employé par les féministes contre le voile est par conséquent véritablement inaudible pour ceux qui estiment intimement et honnêtement que le voile préserve la dignité de la femme. Nous sommes donc là encore face à une impasse.

(…)

Par conséquent, le discours féministe progressiste ne semble pas la bonne arme contre l’islam en France.

L’arme, la seule, est la culture française, dont on affirmera sans rougir les racines chrétiennes. C’est en effet au nom de cet héritage chrétien pleinement assumé que l’on peut imposer le mariage d’amour monogame basé sur le consentement libre. C’est au nom de cet héritage chrétien que l’on peut imposer non seulement la visibilité de la femme dans l’espace public, mais également qu’on encourage l’exaltation de sa beauté. C’est au nom de cet héritage chrétien que l’on est attaché à la légèreté du commerce entre hommes et femmes, inspirée de la courtoisie médiévale. C’est au nom de cet héritage chrétien que l’on peut affirmer l’importance du visage comme reflet de la personne dans son individualité. C’est enfin en son nom qu’on ne pourra tolérer aucune entorse au principe de stricte égalité en droits des hommes et des femmes.

C’est cet héritage chrétien qu’il faut opposer à l’islam. Ou rien.

 

Lire l’article en intégralité sur Causeur.

Voir également

Commission sur la discrimination systémique : une nouvelle Inquisition

Patrice Hans-Perrier > De tous temps, les princes de la cité se sont employés à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *