Accueil / Nationalisme / Le programme économique de QS, c’est le vieux socialisme rance des années 1970′

Le programme économique de QS, c’est le vieux socialisme rance des années 1970′

Joseph Facal >

Les déboires du PQ, largement commentés à juste titre, relèguent dans l’ombre les difficultés de Québec solidaire.

L’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois avait dopé les appuis à QS, passé de 9 % des intentions de vote à 15 % de janvier à juin 2017, selon la firme Léger.

En octobre, QS redescendait à 12 %. Historiquement, il fait moins bien lors des élections que dans les sondages.

L’effet GND est moins fort qu’anticipé et semble se tasser.

Pour exister politiquement, Sol Zanetti et ce qu’il reste d’Option nationale, qui tiendraient dans un gymnase, se sont vendus à QS pour un plat de lentilles. Loin d’être évident que cela aura le moindre impact électoral.

Pourquoi ?

Si QS piétine, c’est simplement parce que beaucoup de gens voient ce parti pour ce qu’il est vraiment.

On a beaucoup ri des propositions discutées par QS voulant bannir l’expression « magie noire » et le mot « patrimoine ».

Le politburo de QS a voulu minimiser l’affaire, n’y voyant que deux propositions parmi des dizaines d’autres.

Il y a cependant des incidents qui peuvent être révélateurs de réalités plus larges.

Imaginez une femme au travail qui, ne se sentant pas bien, décide de rentrer plus tôt, sans prévenir son mari resté à la maison.

Quand elle arrive chez elle, elle voit son mari en talons hauts et lingerie féminine qui se dandine devant le miroir.

Incident isolé ou découverte d’un pan important de son mariage dont elle ignorait tout ?

Et où en seraient les appuis à QS si plus d’électeurs prenaient la peine de lire son programme, beaucoup plus radical que ce que la douceur de Françoise David donnait à croire ?

Il y est question de « dépasser le capitalisme » (pour aller où ?), de la « socialisation des activités économiques », de la « nationalisation des grandes entreprises dans certains secteurs stratégiques ».

Mais rassurez-vous : « Une certaine place au secteur privé serait maintenue » et la semaine de travail passerait à 32 heures sans baisse de salaire. Yeah !

N’allez surtout pas dire que c’est du socialisme des années 1970. Mais non, ces gens sont « solidaires », avant-gardistes­­­, généreux, fraternels, ouverts, tolérants.

Renouveau ?

M. Nadeau-Dubois se faisait fort de renouveler le discours de QS. J’attends une seule idée neuve, juste une.

La vérité est qu’à gauche comme à droite, l’essentiel a été dit depuis longtemps. Le seul renouvellement est celui des figures qui portent les discours.

Mais je parle pour parler. Québec solidaire critique le PLQ pour la forme, mais s’en accommode très bien.

Le vrai ennemi de QS, c’est le PQ. Son souhait le plus cher : une hécatombe du PQ pour en ramasser les décombres, à l’exception des modérés, dont on ne veut pas, qui fileraient à la CAQ.

Voir également

Valérie Plante : la catastrophe

HQA > Valérie Plante vient d’annoncer, contre toute attente, et ce en brisant une de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *