Accueil / Nationalisme / Le Québec de demain sera réactionnaire ou il ne sera plus

Le Québec de demain sera réactionnaire ou il ne sera plus

Sengtiane Trempe >

Bientôt, les Québécois deviendront minoritaires dans leur propre pays.

En plus des 54 000 nouveaux arrivants l’année dernière, le Québec a traité 50% des demandes d’asile dans tout le pays, soit 20 000 entrées supplémentaires. Il s’agit donc de 74 000 immigrants arrivés sur le territoire québécois en une seule année, soit un nombre plus élevé qu’une circonscription électorale.

De plus, les gouvernements libéraux – à Ottawa comme à Québec – ont la ferme intention d’accélérer cette noyade.

Si la tendance se maintient, le peuple québécois – légitime – deviendra minoritaire sur son propre sol d’ici 2035. Après cette marginalisation démographique, l’établissement d’un État souverain par des voies démocratiques ne sera plus possible car nous n’aurons plus la force du nombre.

L’enjeu démographique est un enjeu prioritaire car il porte sur l’existence même du peuple. C’est une question existentielle quant à la survie de la nation.

 

L’immigration massive doublée du multiculturalisme représente le tombeau du peuple québécois

 

Le remplacement de population

Nous constatons que les politiciens du Québec sont timides voire muets sur la question de l’immigration. Ils sont complices dans leur silence de la mort du peuple québécois. La plus grande crise que nous vivons présentement est celle du Grand remplacement, soit le changement d’un peuple par un autre.

En raison de la propagande incessante sur les bienfaits de la diversité culturelle et ethnique, les élites québécoises se sont soumises à la doctrine officielle du Canada : le multiculturalisme.

Pourtant, n’importe quelle nation qui se respecte comprend que la multiplication des cultures exogènes dans des proportions incontrôlées menace l’unité nationale.

Il est déplorable de constater qu’aujourd’hui les Québécois sont déjà considérés comme une communauté comme une autre au sein du Canada  – et même au sein du Québec – alors que c’est la France royaliste qui a baptisé, défriché et humanisé ce pays. Les Français arrivées en Amérique sont les fondateurs, les explorateurs et les bâtisseurs de ce pays.

Nos ancêtres – malgré l’hostilité du climat, des Iroquois, des Britanniques et des Américains – ont su faire rayonner ce foyer lumineux de l’Amérique française qu’est le Québec.

 

La victoire des troupes de Montcalm à Carillon

 

Le foyer lumineux de l’Amérique française

Le Québec a toujours été une terre de résistance au modèle de société anglo-saxon que représente les États-Unis, son ersatz canadien et toutes les autres pays assimilés à leur culture. Les différences fondamentales qui nous séparent des Anglo-saxons sont profondes, car elles sont dans notre esprit, dans notre cœur, dans notre façon de raisonner.

Il nous arrive de profiter de la culture américaine qui ne produit pas que du mauvais. Toutefois, il faut apprendre à apprécier l’Autre pour son exotisme et ne pas s’oublier pour autant.

Fondamentalement, ce qui nous différencie du reste de l’Amérique du Nord, c’est que le peuple canadien français est issu de la culture classique française tout en étant l’héritier des valeurs universelles catholiques.

Les Anglo-saxons sont libéraux, matérialistes, individualistes et protestants.

Nous sommes enracinés, attachés à la culture classique française, au collectif et à l’État.

Nous considérons que la famille est le noyau de la Nation et que la priorité est celle des générations à venir. Le patriotisme – l’amour de la Patrie – c’est l’idée d’apprécier quelque chose qui dépasse notre propre personne, soit de mettre la Nation au-dessus de nous.

Même si les baby-boomers se sont égarés, rappelons que nos ancêtres en ont bavé pour que nous soyons dans une telle condition d’abondance.

Le Québec est une terre catholique. La fondation de Montréal est religieuse : l’objectif de Maisonneuve était de créer une Cité catholique parfaite. L’époque de la Nouvelle-France, tant décriée depuis la Révolution tranquille est pourtant une histoire formidable.

C’est en raison de la contrainte dans laquelle vécurent nos ancêtres que naquit ce potentiel immense qui sera gaspillé par les révolutionnaires tranquilles.

 

L’enracinement doit se conjuguer avec la reconquête de notre État national

 

Demain, le Québec

C’est cet héritage gaspillé qui nous revient aujourd’hui entre les mains.

Après avoir perdu la foi catholique, nous sommes en train de perdre la langue. Demain, ce sera le pays entier qui nous échappera.

L’Acadie ne doit pas être l’avenir du Québec.

La génération lyrique qui décède nous laisse un Québec corrompu, inféodé à Ottawa, gangrené par le communautarisme, la dénatalité, la déchristianisation et le relativisme culturel.

Ainsi, les générations à venir doivent être plus que conservatrices. Dégoûtées de l’ultra-libéralisme et du relativisme moral ambiant, elles doivent être réactionnaires.

Ceux qui refusent d’aborder les questions de l’identité nationale, de la démographie et de l’immigration massive démontrent une incompréhension majeure de la situation nationale québécoise.

Tout n’est pas encore perdu.

Il faut dès maintenant nous mettre à la tâche.

Voir également

Délit d’initié à la Caisse de placement : le candidat caquiste dans l’eau chaude

Jean-François Cloutier > La femme du candidat caquiste Christian Dubé, Josée Perreault, détenait un intérêt …

6 commentaires

  1. Mettons-nous à la tâche en ayant beaucoup de bébés. T’as oublié de le spécifier.

  2. Je suis en bonne partie d’accord avec le constat dressé par Sengtiane Trempe. Il faut s’occuper impérativement de l’enjeu démographique. Il ne reste plus qu’une quinzaine d’années pour changer de cap avant d’atteindre le point de bascule dans le néant qui nous guette.

    Si la « génération lyrique » a réalisé des avancées indéniables sur le plan personnel, elle n’a pas réussi l’affranchissement collectif qui lui incombait depuis une cinquantaine d’années. Il est urgent de créer au sein des forces vives montantes un mode d’action politique capable de renverser le régime canadien qui opprime l’identité et la liberté du peuple québécois. Cette espérance est justifiée puisque le Canada s’est affaibli lui-même en devenant postnational dans le but inavoué de noyer la nation québécoise.

    La question essentielle qui se pose — parce qu’elle est existentielle — est celle-ci : Comment renouer avec le souffle qui animait les fondateurs, explorateurs et bâtisseurs de la Nouvelle-France ? Autrement dit : Comment tirer parti de l’héritage catholique sans tomber dans l’illusion du rétablissement d’un passé révolu ? Comment la réaction, le retour sur soi et le ressaisissement peuvent-ils se manifester parmi les ruines actuelles ? Quelle serait aujourd’hui la nature idéale d’un esprit collectif libérateur axé sur ce qui nous tire vers le haut ?

    • Qu’est-ce que tu veux dire par « renouer avec le souffle qui animait les fondateurs »? C’est pas mal ésotérique ton affaire.

      Ce qu’il nous faut, c’est rétablir les anciennes valeurs. Si tu penses que c’est une illusion, c’est parce que tu as baissé les bras et rejeté la seule solution possible pour sauver notre nation. On doit nécessairement se réapproprier l’identité catholique et française et, en particulier, rétablir la famille fière et nombreuse.

  3. Éric F. Bouchard

    Depuis 1968, le Québec est lui-même un État multiculturel ou postnational. Un État dont la légitimité repose sur un peuple formé de tout les Québécois quelque soit leur culture et dont l’identité se construit à même la dénationalisation des Canadiens-Français, à même la négation de leurs droits nationaux et de leurs référents historiques. Seule la prédominance du français y est encore admise du fait d’une majorité -déclinante- de francophones. Dès lors, pour conserver et défendre notre héritage identitaire, tel que nous y invite Sengtiane Trempe, il nous faudrait cesser de s’identifier à l’État du Québec ou à une nation québécoise, tous deux idéalisés. Il faudrait plutôt qu’en tant que Canadiens-Français, nous puissions nous regrouper et nous reconnaître à nouveau comme nationalité, la vivre et la défendre en tant que telle, face aux deux États qui nous réduisent et nous ignorent toujours davantage, le Canada et le Québec. Leurs torts sont si grands envers nous depuis les 50 dernières années, qu’obtenir réparations pourraient, à terme, servir de nouvelle base à une action politique conséquente et regénératrice.

    • Je suis entièeement d’accord avec tes propos.

      il nous faudrait cesser de s’identifier à l’État du Québec ou à une nation québécoise, tous deux idéalisés. Il faudrait plutôt qu’en tant que Canadiens-Français, nous puissions nous regrouper.

      Un Québécois est tout simplement un résident de la province du Québec,toute nationalité inclus tout comme un ontarien habitant dans la province de l’ontario. Donc l’identité Québécoise n’est plus. Auparavant l’identité Québécoise ce fondait sur le blanc caucasien (le défrîcheur,le bucheron, le fondateur). Avec l’inclusivité tout le monde est Québécois mais pas tous peuvent ëtre Canadien Français peuple fondateur. Elle est la , l’identité du Québécois d’autre fois.

      Que l’ont n’appel les habitants des 9 autres provinces des canadiens , ont fait référence tout de suite au canadien anglais… Donc quand l’ont omet de spécifié un habitant du Québec de canadien francais , ont n’inscrit que canadien. Ces faire abstractions des francophones, pas des indépendantistes, pas des nationalistes. Des gens qui ce font volés leurs valeurs judéo chrétiens sous leurs nez.

      Les valeurs de l’athéhistes sont celles qui ont les plus proches valeurs du catholisimes. Le plus près des valeurs universelles.

  4. Bonjour! Je suis fier nationaliste du Bas St Laurent et j’a un parcors familial chargé a cet égard,toutefois si nous voulons revenir fort nous ne devons pas répéter certaines erreurs du passé.Je comprend que le catholicisme que nous avons hérités du régime Français nous as coûté la Nation par la suite et pour bien comprendre cela il nous faut comprendre la réforme Protestante des années “1530”ou communément appelé La réforme Luthérienne,les raisons de cette réforme et pourquoi la France avec l’église de Rome ont résisté à cette prise de position pourtant parfaitement Biblique et Chrétienne qui elle au contraire a inspiré la Constitution Américaine et la guerre de l’indépendance qui as revoyez les Bretich Anglican chez eux.Les Américains eux ont réussi leur Indépendance nous ces encore loin..On pourrait jaser de ce sujet encore très longtemps mais vous pouvez aussi recherché l’histoire du Protestantisme au Quebec .Souvenons nous que les valeurs Judéo-chrétiennes Bibliques sont un gage de Liberté,de prospérité et de respect.Tous ensemble pour Un Quebec Libre et Chretien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *