Accueil / Immigration / Les enfants immigrés envoyés apprendre le français dans des écoles… anglaises !

Les enfants immigrés envoyés apprendre le français dans des écoles… anglaises !

see 12 janvier 2019 Immigration 519 Visites

key2 Patrick Bellerose >

to join dating sites sugar http://url.com Quelque 200 enfants de nouveaux arrivants seront francisés, dès la fin janvier, dans des écoles anglophones de l’Ouest-de-l’Île, afin de désengorger le réseau francophone.

https://www.luckyflowertravels.com/dating-a-gamer-girl-quiz Il s’agit d’élèves du secondaire qui fréquentent des classes d’accueil de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), dans le but de se familiariser avec le français et la culture québécoise.

totally hookup dating sites kaboo D’ici la fin du mois, la CSMB louera 14 classes dans les écoles Riverdale et Lindsay Place, situées à Pierrefonds et à Pointe-Claire. Les cours seront donnés en français par des enseignants de la CSMB, mais les élèves seront en contact avec d’autres jeunes et du personnel anglophones, notamment à la cafétéria et dans la cour d’école.

En décembre dernier, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait annoncé que des classes de CSMB seraient ouvertes dans des locaux de la commission scolaire Lester-B.-Pearson, sans préciser qu’il s’agissait d’élèves en francisation.

key2 Environnement anglophone

key2 Pour la présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Ouest de Montréal, cet arrangement risque de compliquer la francisation des jeunes immigrants.

« C’est sûr que ça va être un enjeu, affirme Mélanie Hubert. key2 Dans l’ouest de Montréal, on a déjà de la difficulté dans les écoles francophones à faire parler les enfants en français dans la cour d’école. »

Le président du Mouvement Québec français s’inquiète également de cette approche. « key Il va de soi que la francisation en milieu anglophone pose problème, estime Maxime Laporte. Apprendre le français, ça ne se fait pas uniquement sur les bancs d’école. »

Si elle comprend la nécessité causée par le manque d’espace, Mélanie Hubert souhaite, tout comme Maxime Laporte, que la location de classes dans un milieu anglophone soit une mesure temporaire.

 

follow > La suite sur le Journal de Montréal.

Voir également

Une campagne de propagande immigrationniste par de faux comptes iraniens vise le Québec

Patrick Bellerose, Nicolas Lachance et Félix Séguin > Une opération de manipulation de l’opinion publique, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *