Arabic Muslim teacher showing school girls on the classroom board
Accueil / Multiculturalisme / Les syndicats de professeurs refusent de recenser les enseignants portant des signes religieux

Les syndicats de professeurs refusent de recenser les enseignants portant des signes religieux

Marco Bélair-Cirino et Alexis Riopel >

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) demande à la Cour supérieure de déclarer inconstitutionnel tout dénombrement d’enseignants portant des signes religieux. Ce faisant, le tribunal compliquerait drôlement la mise en vigueur de l’interdiction du port de signes religieux chez des employés de l’État, est d’avis le regroupement syndical. Bien qu’elle s’oppose également à un dénombrement, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) attendra pour sa part le dépôt du projet de loi sur la laïcité de l’État, attendu pour jeudi, avant d’entamer une riposte.

« Il y aurait dénombrement, il y aurait recensement pour que le droit acquis [prévu pour dispenser les employés actuels de l’obligation de retirer tout signe religieux] puisse s’appliquer », a indiqué le président de la FAE, Serge Mallette, lors d’une conférence de presse mardi.

M. Mallette s’en est pris à la sous-ministre de l’Éducation, Sylvie Barcelo, qui a demandé, fin janvier, aux commissions scolaires si elles possédaient des statistiques sur le nombre de leurs employés arborant des signes religieux.

(…)

Le regroupement de 43 000 enseignants du préscolaire, du primaire et du secondaire exprimera son opinion sur le projet de loi sur la laïcité après son dépôt à l’Assemblée nationale. « Une poule, tu ne lui tords pas le cou avant de l’avoir dans les mains », a fait valoir M. Mallette, tout en promettant de « se battre bec et ongles pour défendre les droits des membres que nous représentons, qui portent ou pas un signe religieux ».

Le numéro un de la FAE met au défi le ministre Simon Jolin-Barrette de ne pas inclure de disposition de dérogation dans son projet de loi, afin de le mettre à l’abri de contestations judiciaires en vertu des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés de la personne. « Pourquoi prévoir une disposition de dérogation s’il est convaincu que son projet de loi respecte les chartes ? » a-t-il demandé.

À la CSQ

En entrevue avec Le Devoir, la présidente de la CSQ, qui représente environ 130 000 membres dans le secteur de l’éducation, voit dans un dénombrement des enseignants portant des signes religieux une « atteinte aux droits et libertés ». « Si le gouvernement voulait dénombrer à nouveau les enseignants qui portent des signes religieux, la CSQ s’y opposera », a assuré Sonia Éthier.

De toute façon, il existe de sérieux problèmes avec une éventuelle clause de droits acquis (dite clause « grand-père ») pour laquelle cette identification deviendrait nécessaire, selon Mme Éthier. Un enseignant qui change d’école pourrait-il toujours en bénéficier ? À partir de quel moment l’interdiction entrerait-elle en vigueur ? « Qu’allons-nous dire à une étudiante portant le voile, qui arrive à la fin de ses études, qui a déjà investi temps et argent ? » a-t-elle demandé.

> La suite sur Le Devoir.

Voir également

Signes religieux : Il n’y aura aucune exception pour Montréal

Mylène Crète > Des élus des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale ont fermé la …

Un commentaire

  1. Je serais curieux de savoir combien de ces syndicats ¨frustrés¨ ont fait un vote caché à savoir combien de leurs membres sont d’accords avec le projet de loi sur la laïcisation de l’État. Plus de 60% de la population est d’accord avec ce projet de loi; il doit donc en être proportionnellement de même auprès des enseignants qui font eux aussi partie de la population. Tous les profs ne sont pas de gauche que je sache.
    Quant à la commission scolaire anglaise de Montréal qui s’est déjà positionnée pour une ¨désobéissance civile¨ contre cette loi, cela démontre jusqu’où la pensée anglo-saxonne est incapable de tout discernement et compréhension de la situation du Québec sur un continent majoritairement anglophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *