Accueil / Multiculturalisme / L’Europe islamisée : le cas belge doit servir de leçon au Québec

L’Europe islamisée : le cas belge doit servir de leçon au Québec

Paul Sugy >

Après la fusillade commise à Liège par un délinquant radicalisé lors de sa détention, le sénateur belge Alain Destexhe dénonce vingt années de «laxisme». Il rappelle que la Belgique est le pays européen ayant le plus fort taux d’individus radicalisés.


Alain Destexhe est un sénateur belge (Mouvement réformateur).


Vous êtes né à Liège et y avez longtemps vécu. Que vous inspire cet acte terroriste? Liège est-elle en passe de devenir un nouveau Molenbeek?

Alain DESTEXHE – L’attentat s’est déroulé en plein centre de la ville de Liège, sur le boulevard le plus fréquenté par les véhicules. Dans mon adolescence, le lycée Léonie de Waha (devant lequel le tueur a été abattu) était une école réservée aux filles, que l’on allait attendre à la sortie des cours en venant de l’Athénée de garçons à 200 mètres de là. Si, à l’époque, on nous avait dit que quarante ans plus tard, il y aurait un attentat islamiste à cet endroit, personne ne l’aurait cru, on en aurait même ri! D’ailleurs, même ce mot «islamiste» était inconnu. Nous avons vraiment changé d’époque en très peu de temps. En ce qui concerne la comparaison avec Molenbeek, j’entendais récemment une journaliste française dire que Trappes était le Molenbeek français. En fait, il n’y a pas que Molenbeek. De nombreuses communes belges sont touchées par le phénomène islamiste: Anderlecht, Schaerbeek et Bruxelles-Ville dans la région bruxelloise, mais aussi Anvers et ses environs, Verviers, Charleroi, Vilvorde… presque toutes les communes où il y a de fortes concentrations de population d’origine immigrée.

Vous dénoncez régulièrement, dans ces colonnes notamment, l’angélisme des autorités belges face à la menace islamiste. Était-ce déraisonnable d’accorder une permission de sortie à un individu connu pour s’être radicalisé en prison?

Il semble, en effet, que c’était déraisonnable. On a appris qu’il était en cavale pendant un an jusqu’en mars 2017! Cela pose le problème de la récidive qui n’est pas assez punie en France comme en Belgique. Quant à sa radicalisation, on n’en sait pas encore grand-chose. Comment et au contact de qui? Il faut aussi souligner que c’est la première fois depuis longtemps qu’on a affaire à un «Belge de souche», converti à l’islam. En 2005, une Belge d’origine, Muriel Degauge, avait commis un des premiers attentats kamikazes contre les forces américaines en Irak.

Malheureusement, rapporté à sa population, la Belgique a produit plus de terroristes et de djihadistes que tous les autres pays d’Europe, y compris la France. 18 884 personnes étaient fichées pour terrorisme par la police belge en 2017. Un chiffre comparable à celui de la France (le Ministère de l’Intérieur ayant annoncé 12 057 radicalisés actifs la même année et environ 18 500 signalements pour radicalisation), alors que la population belge est six fois moins élevée. Les définitions ne sont peut-être pas totalement comparables, mais cela donne une indication. Dans les prisons belges, on dénombrait 447 détenus radicalisés (ou à risque) contre environ 1 500 en France. Il y a un problème clair de surreprésentation de l’islamisme radical au sein de la société belge.

Comme je l’ai souvent écrit dans Le Figaro, nous payons là les résultats de vingt ans de laxisme. Si, sur le plan sécuritaire, le Gouvernement fédéral a fait des efforts considérables, il n’y a toujours pas de prise de conscience globale des racines de ce terrorisme et du fondamentalisme en général. Récemment, on a appris que des enfants de huit ou neuf ans faisaient le ramadan dans des écoles primaires, sans que cela suscite autre chose que des articles embarrassés dans des journaux. Avec la présence de militaires et de policiers en gilet pare-balles dans nos rues, nos gares et nos aéroports, et dans toutes les allées commerçantes des blocs de béton contre les véhicules-béliers, notre mode de vie se modifie progressivement. Le débat va sans doute se focaliser sur la radicalisation dans les prisons. Mais, après Nemmouche et l’attentat au Musée Juif, on a sécurisé les Thalys. Après les attentats de Bruxelles, l’aéroport et toutes les grandes artères commerçantes. Après les attentats contre des policiers, on a sécurisé les commissariats. C’est sans fin. Certains disent maintenant qu’il faudrait protéger les écoles. Le terroriste aurait pu faire un carnage dans le lycée de Waha. Sans s’en rendre compte parce que c’est progressif, nous devenons une société militarisée. On s’accommode de cette situation, sans réaliser que c’est un changement profond.

Les policiers sont particulièrement visés…

Oui. Comme en France, les policiers et les militaires sont de plus en plus touchés. Depuis 2012, il y a eu, je crois, 13 attaques contre des forces de l’ordre en France et 5 en Belgique, avec celle d’hier à Liège. Je me souviens précisément de la première en 2012, dont l’impact avait été minimisé, les médias s’inquiétant surtout du risque d’amalgame avec la population musulmane.

Dans le cas de Liège, l’attaque était particulièrement lâche parce qu’elle visait des femmes, attaquées au couteau dans le dos. L’État islamique n’a sans doute plus les moyens d’organiser des attentats d’envergure, il s’attaque désormais à des cibles plus faciles et représentatives de l’État. En Belgique, on est toujours malheureusement dans une forme de déni. Bien sûr, on combat et on condamne le terrorisme, mais on ne veut pas voir le problème encore plus fondamental de la dérive de certains quartiers. Comme Macron en France, certains croient en Belgique que l’on résoudra le problème en développant un «islam belge». Cela me semble de plus en plus illusoire. Des pouvoirs publics peuvent-ils influencer une grande religion comme la religion musulmane? Les autorités peuvent juste rappeler les règles de notre société et les faire appliquer. Récemment, une étude en Flandre montrait que 39 % des belgo-turcs et 23 % des belgo-marocains plaçaient la loi divine au-dessus de la loi civile. En attendant, en Belgique, on autorise l’ouverture d’écoles musulmanes et on envisage de financer davantage les mosquées et les imams. On joue avec le feu. Il faudrait un grand débat national sur toutes ces questions.

[…]

> L’article en intégralité sur Le Figaro.

Voir également

La candidate voilée de QS souhaite que les Québécois acceptent l’islamisation tranquille de leur pays

Radio-Canada > Première femme voilée à être candidate pour une élection au Québec, Ève Torres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *