Accueil / Société / L’idéologie transgenre imposée dans toutes les écoles du Québec

L’idéologie transgenre imposée dans toutes les écoles du Québec

Daphnée Dion-Viens >

Dans toutes les écoles du Québec les élèves transgenres doivent être identifiés par le prénom et le sexe qu’ils ont choisis. Ils doivent aussi avoir accès à des toilettes et des vestiaires qui respectent leur identité sexuelle.

Voilà quelques-unes des mesures à mettre en place dans le réseau de l’éducation pour soutenir les jeunes transgenres, comprises dans un guide conçu pour les établissements scolaires, dont Le Journal a obtenu copie.

Le document Mesures d’ouverture et de soutien envers les jeunes trans et les jeunes non binaires a été rédigé par la Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation et sera officiellement lancé ce matin, à Montréal.

Ce regroupement est composé de plus d’une vingtaine d’intervenants, dont des représentants du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, d’organisations syndicales, de comités de parents et d’associations étudiantes.

En vertu des modifications apportées récemment à la Charte des droits et libertés de la personne, la discrimination fondée sur l’identité et l’expression de genre est maintenant interdite. Cette disposition amène des responsabilités additionnelles pour les écoles, cégeps et universités, qui doivent assurer le droit à la dignité et au bien-être de leurs élèves, alors que plusieurs transgenres sont victimes d’intimidation et de violence.

 

L’abolition des frontières géographiques et morales; le désastre de l’ultralibéralisme

Formulaires et toilettes neutres

Pour respecter leur identité de genre, le personnel du réseau de l’éducation doit utiliser le prénom choisi par l’élève ou l’étudiant, et ce, même si aucun changement n’a été fait au registre de l’état civil ou au dossier administratif du jeune. Le guide recommande par ailleurs de faciliter le changement de prénom et de sexe dans les formulaires et documents des établissements.

Un jeune transgenre doit aussi avoir accès aux toilettes et aux vestiaires « dans lesquels il se sent le plus à l’aise, et ce, quel que soit le sexe qui lui a été assigné à la naissance », peut-on lire. Une solution « simple » consiste à transformer les cabinets de toilette uniques déjà existants en toilettes neutres, précise-t-on.

Les établissements doivent aussi adapter leur code de vie pour tenir compte des besoins des jeunes trans, afin de leur permettre notamment de porter les vêtements qu’ils désirent. Il est aussi recommandé de réduire le plus possible les activités où l’on sépare les élèves selon le genre.

Des activités de sensibilisation doivent aussi être organisées dans toutes les écoles, qui devraient offrir du soutien psychologique aux jeunes trans dans leur démarche.

(…)

> Lire la suite sur le Journal de Montréal.

 

 

Voir également

La féminisation du Québec : syndrome de l’effondrement national

Denise Bombardier > Le Québec se caractérise de plus en plus par une féminisation de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *