Accueil / Société / Manon marxiste Massé : « Vous appelez ça du marxisme? Oui, ça l’est ! »

Manon marxiste Massé : « Vous appelez ça du marxisme? Oui, ça l’est ! »

Philippe Teiscera-Lessard >

Québec solidaire (QS) ne renie pas les liens entre son programme et le marxisme, a affirmé hier soir Manon Massé, en entrevue à la CBC.

Questionnée sur les étiquettes que certains accolent au programme de sa formation politique, Mme Massé ne les a pas rejetées.

«Je pense que la révolution qu’emmène Québec solidaire, c’est une révolution qui met le changements climatiques et la population au centre de nos priorités», a-t-elle dit. «Si vous appelez ça le socialisme, bien sûr que nous le sommes. Vous appelez ça du marxisme? Oui, ça l’est. La chose la plus importante pour nous c’est d’améliorer la vie des gens.»

Dans une entrevue proposée par QS à La Presse mardi avant-midi, Mme Massé n’a pas renié ses propos, mais a souligné qu’elle accordait peu d’importance aux étiquettes, que son anglais était défaillant et que ses connaissances en sciences politiques étaient limitées.

«Ce que j’essaie de dire, c’est que dans le fond, je m’en fous des étiquettes, parce que dans le fond, je ne suis pas une idéologue», a-t-elle plaidé. «Depuis 40 ans je fais la même affaire : je suis dans la rue, je suis avec le monde, je veux améliorer les conditions de vie du monde.»

«J’ai pas tout lu ça, ces livres-là», a-t-elle ajouté, refusant de prononcer un diagnostic clair sur l’idéologie de sa formation politique. «Face au capitalisme, il faut arriver à une économie qui va changer de cap», a-t-elle tout de même accepté d’analyser. «Il y a concentration de la richesse dans les mains d’une minorité.»

 

On le sait Manon, que tu n’as pas lu tous « ces livres-là »

 

Depuis jeudi dernier, Québec solidaire est la cible d’attaques soutenues de la part du chef péquiste Jean-François Lisée, qui voit certains de ses électeurs déserter vers la gauche, selon les sondages. Dans les derniers jours, M. Lisée a notamment reproché à QS sa structure complexe, sa volonté de nationaliser plusieurs entreprises et son projet d’augmenter le contrôle de l’État sur les comptes d’épargne libre d’impôt (CELI).

> La suite sur La Presse.

Voir également

La Fédération des femmes du Québec en faveur de la prostitution et du hijab

Magdaline Boutros > La Fédération des femmes du Québec (FFQ) a pris un virage abrupt, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *