Accueil / Immigration / Mensonge immigrationniste : il n’y a pas de réelle pénurie de main-d’œuvre au Québec

Mensonge immigrationniste : il n’y a pas de réelle pénurie de main-d’œuvre au Québec

Joseph Facal >

Permettez-moi de revenir sur un autre volet d’un sujet déjà abordé dans une chronique antérieure.

Le Québec, nous répète-t-on inlassablement, vivrait une gravissime pénurie de main-d’œuvre qui justifierait d’accueillir toujours plus d’immigrants.

C’est une fausseté qui dissimule des calculs économiques et politiques.

Avantages

J’ai déjà expliqué qu’il est mensonger de faire croire à une pénurie généralisée, alors qu’elle est localisée.

Il y a pénurie pour quelques types d’emplois très spécialisés et, à l’autre bout, pour des emplois que les Québécois ne veulent plus faire, comme cueillir des fruits.

Il est également mensonger de faire croire que l’immigration serait LA solution par excellence.

Il y aura infiniment plus de jeunes Québécois qui entreront sur le marché du travail dans les prochaines années que d’immigrants.

Ce qu’on ne souligne pas assez est que la pénurie de main-d’œuvre est parfois une bonne chose.

Oui, monsieur. On ne l’entend pas souvent, n’est-ce pas ?

On le sait, les salaires stagnent depuis longtemps, sauf pour les riches.

Imaginez une situation où beaucoup de travailleurs se disputent peu d’emplois.

Les salaires stagneront parce que le patron sait qu’il y a des gars faisant la file à l’extérieur prêts à travailler pour moins que le gars devant lui.

Imaginez maintenant la situation inverse : ce sont les entreprises qui se disputent les travailleurs disponibles.

Que feront-elles pour attirer le travailleur au lieu de le laisser filer chez le concurrent ?

Bien oui, elles offriront de meilleurs salaires.

La loi de l’offre et de la demande joue autant pour les emplois que pour les marchandises.

Et il y a d’autres avantages.

Si une entreprise manque de main-d’œuvre, elle sera plus portée à introduire de nouvelles technologies.

 

Voir également

Le peuple rejette l’immigration massive imposée par le régime libéral avec la complicité des médias

Joseph Facal > À l’exception des chroniqueurs souverainistes, notre microcosme médiatique n’a longtemps parlé d’immigration …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *