Accueil / Multiculturalisme / Quotas ethniques à la Ville de Montréal : Vers une accélération de la « discrimination positive »

Quotas ethniques à la Ville de Montréal : Vers une accélération de la « discrimination positive »

Dominique Cambron-Goulet >

Les minorités visibles sont souvent reléguées aux emplois précaires à la Ville de Montréal, même si en engager davantage est une « priorité stratégique » de l’administration Plante.

En novembre, la Ville de Montréal a engagé ou rappelé 678 employés temporaires affectés au stationnement pendant les opérations de déneigement. Près de la moitié d’entre eux, soit 322, font partie d’une minorité visible, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas la peau blanche.

La Ville comptabilise ces employés dans ses données annuelles sur la diversité.

Pourtant, ces travailleurs sur appel n’ont du boulot que quelques semaines par an.

Les gens de minorités visibles représentent aussi près du quart des personnes engagées pour un emploi d’été ou étudiant cette année, selon les données fournies par la Ville.

(…)

Pompiers et cadres blancs

Après les pompiers, c’est chez les cadres que la Ville a embauché le moins de personnes issues des minorités dans la dernière année.

« Il y a beaucoup de gens issus de communautés diverses qui ne postulent pas pour les postes de cadre. On fait de l’affichage externe [pour aller les chercher], mais ils ne postulent pas en assez grand nombre », soutient M. Dorais.

Il explique avoir doublé le budget consacré au mentorat des personnes issues de communautés culturelles et mettre « efforts et argent » dans les salons de l’emploi pour favoriser le recrutement.

En 2016, sous l’administration de l’ex-maire Denis Coderre, Montréal se dotait d’un plan d’intervention pour s’approcher de la représentativité montréalaise, dont la population est composée à 33 % de minorités visibles, selon Statistique Canada. Aucun objectif clair ni aucune échéance n’avaient alors été fixés.

(…)


► Qu’est-ce qu’une minorité visible ?

La définition de minorité visible est établie par la Loi sur l’équité en matière d’emploi : « Il s’agit de personnes, autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n’ont pas la peau blanche ».

 

> Lire l’article au complet sur le Journal de Montréal.

Voir également

Signes religieux : Les écoles anglaises refusent de se conformer à la future loi

HQA > Hier soir, la Commission scolaire English-Montreal a organisé une rencontre afin de voter une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *