Accueil / Nationalisme / Serment à la reine : dérogation pour les élus autochtones, pourquoi pas pour les Canadiens français ?

Serment à la reine : dérogation pour les élus autochtones, pourquoi pas pour les Canadiens français ?

Radio-Canada >

Le conseil municipal de Hearst tiendra une réunion extraordinaire mardi pour confirmer Gaëtan Baillargeon dans son rôle de conseiller municipal.

Ce rebondissement survient une semaine après que le conseiller s’est vu obligé d’abandonner son siège de conseiller en raison de son refus de prêter allégeance à la reine lors de la cérémonie d’assermentation du 3 décembre.

[…]

Gaëtan Baillargeon affirme que, lors d’une conversation téléphonique vendredi, le ministre des Affaires municipales et du Logement Steve Clark lui aurait confirmé qu’une exception sera mise en place pour les membres des Premières Nations.

La Loi de 2006 sur la fonction publique de l’Ontario prévoit déjà une telle exception au serment d’allégeance pour les fonctionnaires autochtones.

Une exception similaire existe pour les conseillers scolaires, mais ce n’est pas le cas pour les conseillers municipaux.

Lui aussi, il pensait [qu’une telle exception] était déjà mise en place, relate M. Baillargeon. Je pense que c’était vraiment juste un oubli.

Le ministre des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark. Photo : Radio-Canada/Frédéric Pepin

Selon M. Baillargeon, de nouvelles consignes pour le serment d’allégeance des membres des Premières Nations seront envoyées partout en province cette semaine.

Avant de faire le changement, [M. Clark] voulait juste s’assurer que c’était faisable vite et qu’on soit tous d’accord sur les mots, a déclaré le conseiller de Hearst.

Le maire de Hearst, Roger Sigouin, se dit heureux du changement et de la présence de M. Baillargeon au conseil municipal : Nous étions dus pour avoir une personne comme Gaëtan au conseil.

M. Sigouin a également souligné la réaction rapide du ministre Clark.

Par voie de courriel, le ministre Clark a déclaré avoir demandé à son personnel d’envoyer un autre formulaire à M. Baillargeon afin qu’il puisse prêter un serment reflétant mieux ses valeurs autochtones et siéger au conseil.

Voir également

Défense du français : la ministre Nathalie Roy traîne de la patte

Gilles Proulx > Si quelqu’un a été heureux de vous voir devenir la ministre responsable …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *