Accueil / Multiculturalisme / Signes religieux : Les écoles anglaises refusent de se conformer à la future loi

Signes religieux : Les écoles anglaises refusent de se conformer à la future loi

HQA >

Hier soir, la Commission scolaire English-Montreal a organisé une rencontre afin de voter une motion appelant à ne pas respecter la future loi québécoise sur l’encadrement des signes religieux voulue par la CAQ.

Dans son message aux parents, la commission scolaire a rappelé que lors du débat sur la Charte des valeurs du Parti québécois, elle avait explicitement pris une résolution affirmant que la English Montreal School Board n’avait aucune intention de se conformer à la loi prévue.

La rencontre s’est transformée en une séance d’hystérie multiculturaliste où des enseignantes voilées ont appelé à un véritable djihad juridique pour s’opposer à la future loi encadrant les signes religieux. Certains intervenants ont même eu le culot de comparer la future loi à la ségrégation raciale américaine.

Le syndicat des professeurs, le Montreal Teacher Association, a affirmé explicitement qu’il combattrait par tous les moyens possibles la future réglementation.

Les Anglais devront se soumettre aux lois du Québec

Rappelons que les commissions scolaires sont encadrées par la loi québécoise et qu’elles doivent, comme tous les organismes étatiques, se conformer à celle-ci.

Le gouvernement Legault devra redoubler de vigilance pour s’assurer que les anglophones se conforment aux lois votées par l’Assemblée nationale et appliquées par l’État du Québec.

Malgré leurs tentatives d’intimidation et leur pleurniche victimaire, les Anglais devront comprendre un jour ou l’autre qu’ils vivent bel et bien au Québec.

Par ailleurs, il serait utile de leur rappeler que rien ne les empêche d’aller vivre leur utopie multiculturelle à Mississauga, Toronto ou Vancouver.

Il faudrait dès maintenant que le gouvernement réfléchisse à des mesures disciplinaires et pénales pour encadrer les organismes qui ne respecteront pas la future loi voulue par une large majorité de Québécois.

Voir également

Le hijab comme symbole d’oppression : Ottawa défend l’islam politique

Martin Croteau, Hugo Pilon-Larose, Fanny Lévesque > La nouvelle ministre de la Condition féminine, Isabelle …

Un commentaire

  1. Le gouvernement doit avertir solennellement les dirigeants de cette commission scolaire que tout comportement hors la loi sera réprimé, sans aucune concession. Et qu’ils exposent en plus la commission scolaire à être mise en tutelle. Ça suffit l’arrogance colonialiste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *