Accueil / Multiculturalisme / Solidarité ethnique et communautarisme : l’utopie multiculturelle canadienne est une catastrophe

Solidarité ethnique et communautarisme : l’utopie multiculturelle canadienne est une catastrophe

Denise Bombardier >

Le premier ministre Trudeau se présente comme le vertueux en chef du Canada. Il n’a que les expressions « diversité », « inclusion » ou « vivre ensemble » à la bouche. Il n’a de cesse de rappeler aux membres des communautés ethnoculturelles qu’ils doivent demeurer eux-mêmes.

Par ailleurs, ses diverses nominations se font en tenant compte de l’origine, la religion, la couleur de peau ou le sexe des candidats. On n’a qu’à voir la composition de son conseil des ministres où siègent des musulmans, des sikhs, des Ukrainiens, tous des Canadiens issus du pays postnational dont Justin Trudeau est si fier.

Or, la candidate choisie par le Parti libéral du Canada à l’élection partielle de la fin février dans Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique, vient de prendre au mot Justin Trudeau, littéralement. Karen Wang, d’origine chinoise, s’est adressée aux nombreux Chinois de sa circonscription en leur demandant d’oublier leurs divergences politiques et de voter pour elle, seule Chinoise en lice. Elle a fait valoir que son adversaire, Jagmeet Singh, le chef du NPD, est lui un sikh de descendance indienne. Le Parti libéral du Canada l’a obligée immédiatement à se désister, et madame Wang a même dû s’excuser de son choix de mots.

Briser les règles

Bien sûr, la Canadienne chinoise a brisé la règle avec son appel à la race. Or, n’a-t-elle pas dit tout haut ce que Justin Trudeau fait tout bas. Car le premier ministre gouverne l’œil non seulement sur les sondages, mais sur l’origine, le sexe et la religion de ses collaborateurs, des candidats libéraux potentiels et aussi de ceux dont la nomination dans des fonctions publiques et parapubliques relève de sa responsabilité.

Justin Trudeau encourage les uns et les autres à affirmer leurs différences. Si l’on voulait faire du mauvais esprit — et on le veut —, on ajouterait qu’à ses yeux, seuls les Québécois francophones ont intérêt à faire profil bas en affirmant leur différence. Les nationalistes, qui sont les adversaires de Justin Trudeau, doivent faire gaffe avec les mots qui heurtent les oreilles du premier ministre, allergique à leur affirmation identitaire. Ce même Trudeau, qui applaudit les revendications de ceux qui dénoncent l’appropriation culturelle, par exemple. Avec comme conséquence l’instauration d’une censure de la création.

> La suite sur le Journal de Montréal.

Voir également

Signes religieux : Les écoles anglaises refusent de se conformer à la future loi

HQA > Hier soir, la Commission scolaire English-Montreal a organisé une rencontre afin de voter une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *