Accueil / Société / Totalitarisme progressiste : QS veut éliminer le mot « patrimoine » du vocabulaire

Totalitarisme progressiste : QS veut éliminer le mot « patrimoine » du vocabulaire

Charles Lecavalier >

Québec solidaire raye de son programme le mot «patrimoine», qu’il juge trop masculin, et souhaiterait également que les pouvoirs publics le remplacent par «héritage culturel».

«C’est un mot qui dans sa racine réfère à une forme de présence et de domination du masculin. L’héritage culturel, c’est autant les hommes que les femmes qui nous l’ont laissé», explique la députée Manon Massé en entrevue avec le Bureau parlementaire.

Le parti politique de gauche se réunira samedi et dimanche prochains à Montréal pour adopter sa plateforme électorale en prévision des élections générales de 2018. Dans la section sur la culture, on raye carrément le mot patrimoine pour le remplacer par «héritage culturel».

Dans le document, on précise que «le terme « patrimoine » est un mot issu du patriarcat et que « héritage culturel » n’a pas cette connotation». La définition de l’UNESCO du patrimoine est pourtant beaucoup plus large et stipule que «le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir».

Le mot provient toutefois du latin «patrimonium», soit «héritage du père». «Le Québec est capable de se mettre au-devant de la musique. Patrimoine c’est en ligne directe vers le père. L’utilisation des mots, ça finit par, comment dire, agir sur notre esprit», explique la députée Massé.

Elle espère d’ailleurs que ce geste va «percoler» dans les autres partis politiques et ailleurs au Canada, en pensant par exemple à Patrimoine Canada, le ministère de Mélanie Joly. Un débat semblable frappe la France alors que le groupe Europe Ecologie-Les Verts au Conseil de Paris a proposé de renommer la journée du patrimoine «Journées du Matrimoine et du Patrimoine».

(…)

 

Lire la suite de l’article sur le Journal de Montréal.

Voir également

RÉVÉLATIONS : le marais putride de la corruption libérale est encore plus puant que ce que l’on croyait !

Jean-Louis Fortin > Le Bureau d’enquête du Journal de Montréal a mis la main sur …

4 commentaires

  1. « L’utilisation des mots finit par agir sur les esprits » quand des tarés en font tout un plat pour se donner une légitimité sur la pensée qu’ils n’ont pas…
    Avoir une plateforme politique basée sur des enfantillages pareils s’améliorera en rien les conditions des pauvres, des personnes âgées laissées à elles-mêmes dans les CHSLDs, ne créera pas d’emplois valable (sauf celui de censeurs de la pensée) et ne résoudra rien pour les gens « normaux » qui travaillent, sont pris dans les embouteillages, paient des taxes et sont de plus en plus pauvres…
    Parti de bouffons pathétiques.

  2. Moi, je trouve que sa moustache fait un peu trop papa.

  3. Il faudra rebaptiser GND Gabrielle Nadelle-LaForêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *