Accueil / Multiculturalisme / Un imam proche du Hezbollah aux côtés de Charles Taylor, du PLQ et de QS

Un imam proche du Hezbollah aux côtés de Charles Taylor, du PLQ et de QS

Antoine Lacroix, Félix Séguin, Magalie Lapointe >

Un imam montréalais qui avait vu son passeport révoqué pour des raisons de sécurité nationale s’est retrouvé hier sur le même panel que des politiciens et un philosophe à propos du projet de loi sur la laïcité.

Devant plusieurs dizaines de personnes, Charles Taylor, le député libéral Frantz Benjamin, la députée solidaire Ruba Ghazal, ainsi que le cheikh Ali Sobeity, un imam du Centre communautaire musulman de Montréal, étaient invités à parler du projet de loi 21.  

 

Un militant angryphone, deux députés immigrés et un imam contre le Québec

 

Or, ce que les trois invités semblaient ignorer, c’est que le passeport de l’homme, connu sous le nom d’Ali Sbeiti, a déjà été révoqué.  

 La GRC avait l’homme religieux à l’œil comme « sujet d’intérêt » dans le cadre d’une enquête remontant à au moins 2009, selon des documents judiciaires consultés par notre Bureau d’enquête à l’époque.

« Je ne le connais pas », a dit au Journal le philosophe Charles Taylor, quelques minutes avant de grimper sur l’estrade du Centre communautaire musulman de Montréal.

En juin 2015, Sbeiti avait reçu un nouveau passeport dans des circonstances nébuleuses. À ce moment, le gouvernement a tenté de cacher cinq pages de documents dans ce dossier, qui contiendraient des informations secrètes du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).  

 

Ali Sobeity, imam chiite du Centre communautaire musulman de Montréal

 Vigilance

« Le gouvernement continuera de faire ce qui est nécessaire pour protéger la sécurité et la sûreté des Canadiens et de prendre rapidement des mesures pour empêcher des individus de voyager à l’étranger à des fins liées au terrorisme », pouvait-on lire.

 Les services de renseignement se questionnaient notamment sur ses voyages fréquents dans le fief du Hezbollah, dans le sud du Liban.  

« Non, je ne suis pas au courant [de partager la table avec l’imam Ali Sobeity], moi je sais qu’il y a M. Charles Taylor et aussi un député libéral. Je vais aller me renseigner et voir les gens », a mentionné Ruba Ghazal, députée solidaire de Mercier, lorsque questionnée par Le Journal.

Elle est ensuite allée prendre sa place devant l’assemblée. Du côté du libéral Frantz Benjamin, il a insisté sur le fait que seuls des soupçons pesaient contre l’imam.  

 

> La suite sur le Journal de Montréal.

Voir également

Signes religieux : Il n’y aura aucune exception pour Montréal

Mylène Crète > Des élus des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale ont fermé la …

Un commentaire

  1. En plein centre de la photo de la photo du haut, habillé en noir et de profil, c’est le citoyen Jaggi Singh. Reconnu pour son pacifisme et ses actions démocratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *