Accueil / Multiculturalisme / Une conseillère municipale dénonce la banalisation du hidjab au Québec, puis se rétracte

Une conseillère municipale dénonce la banalisation du hidjab au Québec, puis se rétracte

Pascal Bergeron >

Lynne Shand, conseillère de l’arrondissement municipale d’Anjou, s’est fait prendre d’assaut pour avoir commis un « crime » impardonnable. Mme Shand a partagé ses craintes face à l’islamisation de la société québécoise sur Facebook après avoir été soignée par une ophtalmologiste qui portait un voile. Sans surprise, la colère de la gauche bien pensante s’est abattue sur elle.

 

Un commentaire très peu politiquement correct

Quand les médias de masse et les réseaux sociaux s’arriment

Il n’aura pas fallu attendre très longtemps avant que Global News, CTV News, Montreal Gazette, Radio-Canada, le Journal de Montréal et le Huffpost s’en donnent à coeur joie pour rapporter cette nouvelle « explosive ». Comble du bonheur pour ces derniers, Mme Shand est aussi abonnée à la page du groupe identitaire La Meutelequel est souvent attaqué pour vouloir assurer la pérennité des valeurs québécoises.

Bien que Mme Shand se soit montrée repentante après avoir tenu son discours, elle a tout de même été attaquée de toute part par de nombreux utilisateurs de Facebook. Alors que certains refusent catégoriquement d’accorder la moindre valeur à ses excuses, d’autres individus en colère ne réclament rien de moins que sa démission. Un homme a même suggéré qu’elle devrait postuler « en région ou aller travailler à la radio du [Doc] Mailloux ».

Main dans la main, des élus montréalais réagissent de concert

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’a pas manqué de sauter sur l’occasion pour sermonner Mme Shand. Mme Plante a publié le gazouillis suivant : « Montréal est une ville ouverte, inclusive et diversifiée. Les commentaires de la conseillère d’Anjou sont absolument inappropriés et indignes d’un.e élu.e. Les élus ont le devoir de s’élever au-dessus de la mêlée et de faire preuve de retenue dans un débat aussi sensible. »

> La suite sur Le Peuple.

Voir également

Signes religieux : Il n’y aura aucune exception pour Montréal

Mylène Crète > Des élus des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale ont fermé la …

Un commentaire

  1. Voici ce que j’écrivais il y a trois jours dans l’Actualité version internet:

    ¨Je n’en reviens pas de constater à quel point une personne ne peut plus émettre une opinion, un point de vue , sans subir illico un jugement arbitraire et irréversible. La coupable, ici madame Lynne Shand, qui du même coup reconnaissait que les soins reçus étaient adéquats, s’est sentie pressée de tous côtés à présenter des excuses sur le champ et que malgré ça, elle est mise à la porte du parti municipal.
    Il me semble, selon moi, que le seul juge dans cette affaire, c’est la population qui fera comprendre à cette dame que ses propos ne passent pas, lors des prochaines élections municipales. Mais rien ne devrait empêcher cette personne de dire le fond de sa pensée, quitte à en subir les contrecoups lors des élections.
    Un exemple semblable est celui de Barbra Streisand qui avait donné son appui à Michael Jackson et qui, dans les heures qui ont suivi, s’est mise à genoux en demandant pardon pour ses propos.
    Mon opinion est que si tu n’est pas capable de te tenir debout quand tu émets une opinion, alors, ferme là et garde ton opinion pour toi.
    Mais si tu la donnes malgré tout, alors assume et défend la en te tenant debout ou jusqu’à ce que tu constates de toute bonne foi avoir fait fausse route, et non pas parce que les autres ne pensent pas comme toi.
    Le lynchage est devenu trop facile en ces jours.¨

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *