Accueil / Nationalisme / Valérie Plante : la catastrophe

Valérie Plante : la catastrophe

HQA >

Valérie Plante vient d’annoncer, contre toute attente, et ce en brisant une de ses grandes promesses électorales, que les Montréalais se verraient imposer une hausse de taxe d’eau supplémentaire de 3,3%.

 

Une pancarte mensongère de Valérie Plante

 

 

Il était facile de se trouver plusieurs raisons de se réjouir du départ du mercenaire fédéraliste Denis Coderre. Beaucoup de Québécois ont été ravis de voir la mairesse annuler la Formule E, cette entube déficitaire qui sentait la collusion libérale à plein nez.

Pourtant, la radicalité politique de Valérie Plante s’est vite révélée au grand jour.

L’affaire de la murale en l’honneur de Fredy Villanueva a rapidement démontré le vrai fond idéologique de madame sourire.

Radio-Canada :

Moi, je vois dans cette murale qui a été demandée par les acteurs du milieu comme une opportunité d’entendre, de prendre acte et de commencer à soigner les plaies parce que les gens se sentent blessés, ils ont perdu un être cher.

 

Loin de s’opposer à l’anglicisation fulgurante que la métropole  subit depuis une dizaine d’années, Valérie Plante radicalise l’anglicisation de Montréal. Programme en bilingue, conférence de presse en bilingue, retrait du drapeau québécois à l’Hôtel de Ville, etc.

Sous sa gouverne, Montréal deviendra bientôt une sorte de Moncton géant.

Comme l’a révélé le projet de Charte de la laïcité, une certaine gauche montréalaise souhaiterait sortir Montréal du Québec afin de créer une sorte de gouvernorat municipal bilingue et communautariste qui serait totalement soumis au multiculturalisme canadien.

 

Où est le drapeau du Québec ? Valérie Plante et Justin Trudeau main dans la main vers la mort annoncée du Québec français

 

La République autonome de Montréal

Cela s’inscrit d’ailleurs dans la stratégie canadienne suite au référendum de 1995 : donner une plus large autonomie aux villes canadiennes afin de réduire la cohésion nationale du Québec et ainsi miner l’autorité de l’État provincial sur son propre territoire.

La nouvelle mairesse, tout comme son prédécesseur, participe de cette tendance à couper politiquement Montréal du reste du Québec en revendiquant des pouvoirs supplémentaires, notamment des pouvoirs sur l’immigration.

La dénationalisation du Québec se poursuivra dans l’utopie d’une autonomie municipale montréalaise qui deviendrait un enclos multiculturel et anglicisé coupé du reste de la nation québécoise.

Plus Montréal sera institutionnellement détaché du reste du Québec, plus la partition de l’État québécois sera facile à opérer en cas de déclaration d’indépendance par les souverainistes.

Comme sur l’immigration massive, la gauche montréalaise sert d’idiote utile aux projets les plus funestes d’Ottawa afin de détruire le caractère national du Québec.

 

Khadir et Ferrandez : Projet Montréal est le rejeton idéologique de Québec solidaire

 

La gauche montréalaise contre la nation

Le cafouillage pitoyable de Projet Montréal sur la hausse des taxes doit nous servir d’avertissement très sérieux concernant le réel projet de la gauche montréalaise. De nombreux militants de Projet Montréal sont issus de Québec solidaire et du NPD.

Ces trois partis partagent le même cadre idéologique qui est celui de la gauche soumise au multiculturalisme canadien.

Hausse de taxe, anglicisation pour accommoder son nouvel électorat, radicalisation du multiculturalisme, etc. : voilà à quoi ressemble le programme de la gauche québécoise post-nationale.

Si certains étaient encore dupes des velléités souverainistes de la nouvelle gauche montréalaise, il serait temps qu’ils se dessillent les yeux.

Le divorce entre les intérêts de la nation et la gauche montréalaise est définitivement consommé.

 

Voir également

L’Italie dénonce l’influence de la CIA dans les révolutions colorées

RT > Le ministre de l’Intérieur italien a défendu la légitimité du rattachement de la …

Un commentaire

  1. Madame Plante. J’ai voté pour votre formation politique lors des dernières élections. Je suis déçu de mon choix. Particulièrement en ce qui touche la place prioritaire du drapeau du Québec à la mairie de Montréal. Mais, qu’Est-ce qui se passe….Manon vous a obligé a ne pas afficher le drapeau du Québec? Non, ça ne passe pas! Mais, de quel droit tournez vous le dos à notre drapeau????
    Votre attitude gogoche n’a pas sa raison d’être. J’ose espérer que vous allez corriger la situation…n’oubiez pas que le drapeau doit être présent, prioritaire aux drapeaux du Canada et celui de la ville) Incroyable…je n’ai pas voté pour un maire/ une mairesse qui impose ses visions gogoches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *