Accueil / Immigration / 77% des Québécois souhaitent la fin de l’immigration en attendant la fin du chômage de masse

77% des Québécois souhaitent la fin de l’immigration en attendant la fin du chômage de masse

Pour une école libre >

Selon un récent sondage de la société ONE, la majorité des Canadiens veulent fermer les frontières du pays et suspendre l’immigration jusqu’à ce que la menace du coronavirus soit passée et jusqu’à ce que l’économie canadienne se rétablisse complètement.

Les trois quarts des Québécois (77%) et des Canadiens (76%) interrogés par ONE, une société de sondage basée à Toronto, sont fortement d’accord ou modérément d’accord avec la déclaration suivante : le Canada devrait suspendre temporairement l’immigration jusqu’à ce qu’un vaccin soit développé pour le coronavirus et que le taux de chômage tombe au niveau d’avant le coronavirus.
L’enquête révèle un vaste consensus sur la suspension de l’immigration parmi toutes les régions, tous les groupes d’âge, tous les niveaux de scolarité, tous les niveaux de revenu, au-delà des préférences partisanes et dans les deux langues officielles.

Les deux tiers des Canadiens qui ont voté libéral (67%) aux élections fédérales de 2019 appuient cette affirmation, tout comme les deux tiers des électeurs néo-démocrates (66%). Le consensus est encore plus fort parmi les électeurs conservateurs, 67% étant fortement d’accord et 22% modérément d’accord (89% en tout).

De même, 48% des électeurs du Bloc sont fortement d’accord et 39% modérément d’accord avec la pause de l’immigration (87% en tout).

Les Canadiens conviennent également que les programmes d’immigration temporaire du Canada devraient être suspendus pendant cette période.

Près des deux tiers (61%) des Canadiens interrogés conviennent que «le Canada devrait suspendre temporairement le programme des travailleurs étrangers temporaires jusqu’à ce qu’un vaccin soit développé pour le coronavirus et que le taux de chômage redescende au niveau d’avant le coronavirus.»

En avril dernier, le Premier ministre Justin Trudeau a laissé entendre que la vie au Canada ne reviendrait pas à la normale avant la mise au point d’un vaccin. « La normalité ne reviendra pas avant que nous ayons accès à un vaccin… Ce sera très long », a déclaré le Premier ministre lors d’une de ses conférences de presse quotidiennes sur le COVID-19. « Nous devrons rester vigilants pendant au moins un an ».

Même si un vaccin peut prendre des années, l’économie du Canada pourrait avoir besoin de plus de temps encore pour se rétablir. Le taux de chômage en février 2020, avant la pandémie et les perturbations qui ont suivies, était de 5,6%. Selon le rapport sur l’emploi de mai 2020, le taux de chômage au Canada est à un niveau record de 13,7%.

Avec des millions de Canadiens à la recherche d’un emploi, l’embauche de travailleurs étrangers temporaires pour combler les supposées lacunes du marché du travail devient injustifiée pour les citoyens. Plutôt que d’importer de la main-d’œuvre bon marché des pays en développement et de risquer que ces voyageurs transmettent au passage le virus chinois, cette enquête montre que les Canadiens préféreraient largement qu’on embauche des résidents canadiens.

>>> Lire la suite sur Pour une école libre au Québec.

Voir également

Gatineau : une diplomate sénégalaise saccage une maison, puis frappe et mord les policiers

Le Droit > Une diplomate sénégalaise qui a été condamnée par le Tribunal administratif du …

2 commentaires

  1. Au dernière nouvelle le taux de chômage au Québec est de 15% . C’est même beaucoup. Je suis d’accord avec l’article

  2. Oubliez le taux de chômage, la Caq est plus populaire que jamais malgré le chômage, les banques alimentaires de plus en plus fréquentées, les soupes populaires qui ne fournissent pas… et le parti libéral du Canada aussi…

    Probablement parce que quand tu n’as pas besoin d’avoir recours aux soupes populaires et aux banques alimentaires pour survivre, tu aimes ton gouvernement peu importe les circonstances… (probablement parce que ton gouvernement préserve la coche que tu as sur celui qui doit avoir recours aux soupes populaires et aux banques alimentaires)

    Il est temps de ressortir nos chapelets!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.