Accueil / Nationalisme / Alexandre Cormier-Denis signe la préface d’une anthologie politique de Groulx

Alexandre Cormier-Denis signe la préface d’une anthologie politique de Groulx

HQA >

Tandis qu’Alexandre Cormier-Denis signe la préface d’une anthologie politique de Lionel Groulx aux Éditions Tardivel, la postface est signée par nul autre que Julien Langella, cofondateur de Génération identitaire et porte-parole d’Academia Christiana.

Pour commander le livre, envoyez un courriel à l’adresse suivante : editionstardivel@gmail.com

 

 

Extrait de la préface :

« Pourquoi replonger dans la pensée du chanoine Groulx? Pourquoi relire aujourd’hui les articles et les conférences du prêtre historien qui enflamma le cœur de la jeunesse canadienne-française de l’entre-deux-guerres ? Pourquoi tenter de comprendre la pensée d’un homme né en 1878 dans ce Canada français rural et catholique qui nous est devenu si étranger, emporté d’abord par l’exode rural et la prolétarisation de la première moitié du XXe siècle, puis balayé définitivement par la révolution anthropologique que fut la sécularisation de la société québécoise? Pourquoi revenir sur la pensée d’un homme dont l’inspiration première n’est pas – contrairement à ce que ses ennemis ont voulu faire croire pour des raisons évidentes – Charles Maurras ou Maurice Barrès, mais bien Joseph de Maistre, Louis de Bonald, Louis Veuillot et surtout Saint Pie X, personnages pratiquement tous tombés dans l’oubli? Pourquoi tenter de saisir ce que fut réellement la pensée groulxiste imprégnée par le renouveau religieux du milieu du XIXe siècle, pensée indissociable d’une conception proprement catholique de la fin dernière de l’Homme, fin avant tout spirituelle? En somme, pourquoi chercher à comprendre un homme dont tout le cadre social, économique, moral, intellectuel et religieux s’est complètement effondré au profit d’une hypermodernité conquérante et totalitaire, balayant tout ce qui restait de la civilisation canadienne-française qui fut la raison première de son engagement intellectuel?

Peut-être tout simplement, parce que quoi qu’on en dise et peu importe ce que l’on pense du personnage, l’influence de Lionel Groulx a tellement été déterminante pour la race française d’Amérique qu’elle irrigue encore notre être national. Au fond, Groulx demeure, et demeurera sans doute toujours notre contemporain, tant la puissance de sa pensée a su pénétrer en profondeur les méandres de notre âme collective. »

Également aux Éditions Tardivel : Séparatisme, doctrine constructive de Dostaler O’Leary paru initialement en 1937.

Pour commander le livre, envoyez un courriel à l’adresse suivante : editionstardivel@gmail.com

Voir également

Québec bashing : 72% des Québécois francophones se sentent méprisés par les Canadiens anglais

Options politiques > Dans un texte précédent, nous avons vu que les Québécois sont généralement plus …

12 commentaires

  1. « …prêtre historien qui enflamma le cœur de la jeunesse canadienne-française de l’entre-deux guerre? »

    Il semble qu’il serait plus difficile d’enflammer le coeur de la jeunesse canadienne-française actuelle. Je viens de voir à la TV que les jeunes semblent indifférent par rapport à l’emploi du français dans les commerces à Montréal.

    Autre temps, autre moeurs.

    De nos jours, la jeunesse Canadienne-Française et mondiale est plutôt enflammée par Greta Thunberg. Même Legault l’est, lui qui a dévoilé un plan vert pour sauver la planète. Curieux car la Caq ne laissait pas présager cela contrairement par exemple à un parti comme QS.

    Le message « vert » et écologique semble convertir beaucoup de générations par les temps qui courent.

  2. Il y avait des hommes capables pas à peu près dans le Québec d’autrefois. Et ceux qui faisaient le cours classique avaient des connaissances générales beaucoup plus poussées que le gars qui sort de l’université aujourd’hui.

    Surtout, ils connaissaient l’histoire, les grands philosophes ainsi que la littérature française beaucoup plus que nos diplômés d’aujourd’hui.

    Mais le Québec suit le reste du monde; la décadence est partout.

    C’est le retour des jours de Noé juste avant le retour de Jésus.

    Il faut prier fort, en particulier le chapelet!

  3. Les quebecois sont devenu trop moux pour fair quoi que ce soit

  4. Moi, je mettrais laccent sur leducation et je ferais en sorte que les etudiant restent a lecole jusqua 18 ans

  5. Il ya trop de decrochage scolaire chez les Canadiens francais. Seigneur ,vous formez une population de debile.

  6. Pauvre Quebec disait Fatima. Aujourdhui le Quebec fait pitier

  7. Dans le temps du chanoine Groulx, le Québec était une terre catholique et française.

    Ça aidait quand même d’avoir des repères et une foi solide au Christ.

    De nos jours, alors que la foi au Québec a périclité, il est facile de deviner qui a l’oreille de nos décideurs. Quand on perd la foi en Celui qui est en haut, celui qui est en bas tend à s’imposer.

    C’est un peu beaucoup pour ça que ça va mal au Québec et un peu partout dans le monde d’ailleurs.

    Vraiment le temps de Noé et du déluge qui est de retour; la décadence est partout; il faut prier fort, en particulier le chapelet!

    Il faut prier fort

  8. Quand je vois le Québec d’aujourd’hui, quelle grâce le Ciel m’a fait que je n’aie pas eu d’enfants. Présentement, je serais mauditement inquiet pour leur avenir dans ce Québec multi multi multi sans ancrage culturel, sans religion et sans âme et pris avec la Caq, le PLC, Trudeau, Legault et tous les autres.

    Mais ce qui se passe présentement avait été prophétisé par Jésus:

    « Voici venir des jours où l’on dira : “Heureuses les femmes stériles, celles qui n’ont pas enfanté, celles qui n’ont pas allaité !” (Luc 23:29)

    C’est pas mal notre époque…

    Il faut prier fort, en particulier le chapelet

  9. Contrairement à l’époque du chanoine Groulx, le Québec est cassé en deux depuis minimum trois décennies.

    C’est un autre prêtre qui écrivait cela à la fin des années 1980, monsieur Guy Paiement dans la revue « Relations! » dans un dossier qui s’intitulait « Le Québec cassé en deux ».

    Guy Paiement mentionnnait à cette époque le fait qu’au Québec, c’était dans les classes socio-économiques les plus défavorisées qu’on retrouvait le plus de solitude et le moins d’enfants.

    Le problème a perduré depuis 30 ans et ne s’est jamais réglé donnant une excuse pour les gouvernements d’augmenter l’immigration.

    Je ne dis pas que c’est ça mais ce que nous voyons aujourd’hui avec la pandémie, les mesures sanitaires extrêmes, se peut-il que le Bon Dieu ait laissé les éléments les plus décadentes de la haute classe prendre le contrôle de la société en punition pour le fait qu’une partie du Québec s’est toujours foutu du bien-être de l’autre?

    Aujourd’hui, ce sont ceux qui en ont eu des enfants qui sont évidemment les plus inquiets pour l’avenir, c’est-à-dire ceux qui depuis les 30 dernières années ont eu les moyens d’en avoir.

    Je ne dis pas que c’est ce qui se passe mais un moment donné une détermination malsaine à protéger ses acquis et son statut social en le refusant aux autres, qui sont de plus des compatriotes, ça finit mal.

    On finit par avoir le PLQ et la Caq qu’on mérite (remarquer que ces deux partis ont beaucoup ramassé de votes des classes socio-économiques supérieures aux dernières élections).

    Il faut prier fort, en particulier le chapelet!

  10. Oui quand on pense au chanoine Groulx et à d’autres, il y a déjà eu des grands hommes au Québec.

    Cependant notre époque a ceci de particulier qu’aux postes de décision se faufile souvent du p’tit p’tit p’tit monde qui pense d’abord et avant tout à leurs intérêts personnels.

    C’est vraiment le retour des jours de Noé et du déluge juste avant le retour de Jésus.

    Il faut prier fort, en particulier le chapelet!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.