Accueil / Uncategorized / Délire bilingue de la Justice québécoise : Arrêt du procès d’un militant d’extrême gauche pour une question linguistique

Délire bilingue de la Justice québécoise : Arrêt du procès d’un militant d’extrême gauche pour une question linguistique

Journal de Montréal >

Près de deux ans et demi après s’être fait passer pour Michel Goulet, l’anarchiste Jaggi Singh a été libéré de toutes les accusations par le juge devant l’incapacité des procureurs de la Ville de Québec de tenir un procès en anglais.

Le militant arrêté à Québec, le 20 août 2017, lors d’une manifestation contre l’extrême droite qui avait dégénéré, s’était présenté aux policiers sous le nom de Michel Goulet, ex-joueur des Nordiques, et avait donné comme adresse de domicile le Colisée. Il avait, plus tard, été accusé d’entrave à la justice et supposition de personne. 

Vingt-neuf mois après le dépôt des accusations, le procès de Jaggi Singh devait débuter mercredi matin, et ce, pour trois jours, mais le procureur en chef de la Ville de Québec, Me Steve Marquis, a indiqué qu’il n’était pas en mesure de procéder et demandait un report pour deux raisons. 

D’abord parce que la procureure au dossier, Me Marie-Hélène Guillemette, est en congé de maternité. Depuis l’automne, pas moins de cinq des 10 avocats de la Ville de Québec sont partis, en congé de maladie ou de maternité, a indiqué le procureur en chef. 

La deuxième excuse de Me Marquis venait du fait qu’il n’est pas en mesure de faire le procès en anglais, disant être « très limité au niveau de [s]on anglais ».

Jaggi Singh, qui s’est exprimé en français pendant toutes les procédures, avait cependant demandé à parler en anglais, notamment pendant les plaidoiries. La loi exige dans ce cas que les échanges entre le juge et les procureurs se fassent uniquement en anglais, sans traducteur.

Tant Singh que le juge se sont dit « surpris » par le fait que le 17 octobre dernier, Me Guillemette a fixé un procès pour janvier sans jamais dire qu’elle quittait pour un congé de maternité. « Ce n’est pas une crise de cœur, a illustré le juge Bordeleau, c’est une question d’organisation. »

Pas de preuve à offrir

Cependant, c’est la question de l’anglais qui a mis la Couronne au pied du mur. Après réflexion, le juge Bordeleau a rendu une décision dans laquelle il ordonnait aux procureurs de la Ville de tenir le procès en anglais sans délai.     

« Je ne pourrai pas offrir de procès en anglais », a répété Me Marquis. « Est-ce que je dois conclure que vous n’êtes pas en mesure de faire de preuve ? » s’est assuré le juge. « Je ne peux pas faire un procès en anglais », a répété Me Marquis. 

En conséquence, le juge Bordeleau a immédiatement annoncé l’acquittement de M. Singh sur les deux chefs d’accusation portés contre lui.

>>> La suite de l’article de Nicolas Saillant.

Voir également

Retrait du crucifix au Salon bleu : La déchristianisation accélérée du Québec

Le Soleil > Quelle tristesse que de lire récemment dans les journaux : «L’Assemblée nationale …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.