Accueil / Nationalisme / « Halte aux immigrants » : victoire nationaliste en République tchèque

« Halte aux immigrants » : victoire nationaliste en République tchèque

Les Échos >

Le duel aura été serré jusqu’au bout. Mais c’est finalement  le président sortant Milos Zeman qui a remporté le second tour de l’élection présidentielle tchèque, avec une avance de près de six points sur son adversaire, Jiri Drahos.

Selon les calculs de l’agence de presse CTK, Milos Zeman est crédité de 52,16% des voix contre 47,83% pour Jiri Drahos. A 73 ans, le président sortant tchèque devrait donc entamer un second mandat de cinq ans.

Forte participation 

Mettant en lice deux candidats radicalement différents, le scrutin a polarisé la société tchèque, notamment autour de la question de l’immigration et de l’orientation de la politique étrangère du pays.

Connu pour ses opinions pro-chinoises et anti-immigration, Milos Zeman, a bénéficié notamment du soutien des milieux ruraux et des travailleurs manuels. 

A contrario, Jiri Drahos ex-patron de l’Académie des sciences, était le candidat préféré des milieux intellectuels et des grandes villes.

Le scrutin, étalé sur deux jours, était marqué par une forte mobilisation des électeurs : environ la moitié des inscrits ont voté à l’issue de la première journée, soit 10 points de plus qu’au premier tour les 12 et 13 janvier. A l’échelle du pays, le taux de participation final s’était établi à 61,9% au premier tour.

Dans un pays majoritairement opposé à l’accueil des migrants, Milos Zeman – souvent taxé de populiste – n’a manqué aucune occasion durant la campagne pour attaquer son rival sur ce thème.

Dans tout le pays, les affiches de campagne du président sortant proclament « Halte aux immigrants et à Drahos. Ce pays est à nous! Votez Zeman! ».

[…]

> Lire l’article en intégralité sur Les Échos.

Voir également

Le Québec doit exploiter ses énormes réserves de gaz naturel pour ne plus dépendre d’Ottawa

Les Affaires > Quelque temps avant la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec avait …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.