En contrôlant notre réseau 5G, Pékin pourra paralyser nos usines, nos hôpitaux, nos réseaux de transport et nos fournisseurs d'énergie si nécessaire.
Accueil / Nationalisme / Huawei, l’arme technologique de la Chine pour nous asservir

Huawei, l’arme technologique de la Chine pour nous asservir

Le Devoir >

Au moment où le gouvernement libéral s’apprête à déployer sa politique sur les réseaux mobiles de nouvelle génération, les experts en sécurité mondiale affirment que tous les signes penchent vers l’exclusion du fournisseur chinois Huawei du plan tant attendu.

Le développement des réseaux 5G, ou de cinquième génération, permettra une connexion plus rapide à Internet et fournira une vaste capacité de données pour répondre à une demande vorace, alors que de plus en plus d’objets se connectent à Internet et que des innovations telles que la réalité virtuelle, les jeux immersifs et les véhicules autonomes voient le jour.

Les conservateurs de l’opposition à Ottawa ont longtemps fait pression sur les libéraux pour qu’ils refusent à Huawei un rôle dans la construction de l’infrastructure 5G du pays, affirmant que cela permettrait à Pékin d’espionner les Canadiens plus facilement.

Les Chinois sont soupçonnés d’avoir infiltré et cannibalisé Nortel au profit de Huawei, ce qui a mené à la faillite de cette société bien implantée au Québec.

Certains soutiennent que la participation de Huawei pourrait lui donner accès à toute une série d’informations numériques reposant sur la manière, le moment et l’endroit où les clients canadiens utilisent des appareils connectés à Internet. Selon la théorie, les agences de sécurité chinoises pourraient alors obliger l’entreprise à leur transmettre ces informations personnelles.

Ces préoccupations découlent du fait que la loi chinoise sur le renseignement national stipule que les organisations et les citoyens chinois doivent soutenir et aider les services de renseignement de l’État.

[…]

Trop alignée sur le régime chinois ?

Indépendamment de la question de savoir si Huawei présente un véritable risque pour la sécurité, les préoccupations ont donné lieu à une notion générale selon laquelle les pays ne peuvent pas se permettre de parier sur une entreprise de télécommunications soutenue avec enthousiasme par Pékin, a indiqué Wesley Wark, professeur adjoint à l’Université d’Ottawa et chargé de mission au Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale.

« L’entreprise est tout simplement trop étroitement alignée sur le régime chinois pour que les États occidentaux puissent faire autre chose, a indiqué M. Wark. Et ils ont des solutions de rechange. »

Le fondateur de l’entreprise est un ancien officier de l’armée chinoise.
[…]

Perspective plus large

Bien que la question de Huawei ait fait l’objet d’une attention considérable, l’examen de la 5G par le gouvernement est un regard stratégique beaucoup plus large sur la façon dont cette technologie naissante peut stimuler l’économie du Canada.

[…]

« Les incidents résultant de l’exploitation de vulnérabilités par des acteurs malveillants seront plus difficiles à prévenir, et pourraient avoir une incidence plus large que dans les générations précédentes de technologie sans fil », précisent les notes.

Que ce soit par hasard ou selon un dessein fédéral, les décisions prises il y a des mois, voire des années, dans des réunions de cabinets étrangers et des salles de conseil d’entreprises sont susceptibles de façonner profondément le déploiement de la 5G au Canada.

Trois des partenaires du Canada au sein de l’alliance de partage de renseignements du Groupe des cinq — les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie — ont pris des mesures décisives pour limiter l’utilisation de matériel Huawei dans les réseaux 5G respectifs de leurs pays.

Le gouvernement fédéral reconnaît que les États-Unis ont fortement encouragé les pays à faire preuve de prudence en ce qui concerne les considérations de sécurité liées à la 5G, notant qu’une délégation américaine a visité le Canada en mars 2020 pour discuter de la question avec divers ministres et représentants du gouvernement.

Le géant des télécoms chinois est accusé d’espionnage aux Pays-Bas.

Les États-Unis ont clairement indiqué que le Canada devait « monter à bord » s’il voulait continuer à faire partie du club, a indiqué Fen Hampson, professeur d’affaires internationales à l’Université Carleton.

« Il s’agit de la prime de sécurité que vous payez, non seulement au niveau national, mais aussi pour être un partenaire dans des alliances de sécurité privilégiées comme le Groupe des cinq. Tout se paie, et on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre », a ajouté M. Hampson. « C’est le grand défi auquel nous faisons face aujourd’hui. Et je pense que la manière dont le gouvernement va plonger est assez claire. »

L’affaire Meng Wanzhou

L’annonce de la politique 5G du Canada a été effectivement mise en veille au cours des trois dernières années par un drame géopolitique tendu qui s’est joué entre Ottawa et Pékin.

Le Canada a arrêté Meng Wanzhou, une haute dirigeante de Huawei, en décembre 2018 à la demande des États-Unis, où elle était recherchée pour des allégations de violation des sanctions contre l’Iran.

Cette décision a manifestement suscité la colère de Pékin, et deux Canadiens travaillant en Chine — Michael Kovrig et Michael Spavor — ont été arrêtés peu après, accusés d’avoir porté atteinte à la sécurité nationale, une mesure largement considérée comme des représailles contre Ottawa.

Les États-Unis ont récemment conclu un accord de report des poursuites dans le cas de Mme Meng, ce qui a permis sa libération, et Pékin a autorisé les « deux Michael », comme on les a appelés, à rentrer au Canada.

Pendant ce temps, les grandes entreprises de télécommunications canadiennes ont géré l’incertitude en travaillant avec le suédois Ericsson, le finlandais Nokia et le sud-coréen Samsung pour les aider à construire leurs réseaux 5G.

[…]

Malgré tout, si le Canada devait interdire la participation de l’entreprise à la 5G, cela soulèverait des questions sur le sort des équipements Huawei dans les réseaux déjà installés.

Selon un spécialiste, le PCC pourra paralyser nos usines, nos hôpitaux, nos réseaux de transport et nos fournisseurs d’énergie s’il contrôle notre réseau 5G.

Le gouvernement rappelle que le Programme canadien d’évaluation de la sécurité est en place depuis 2013 pour faire face aux risques de cybersécurité.

Le Centre de la sécurité des télécommunications, l’agence canadienne de cyberespionnage, collabore avec les entreprises de télécommunications et les fournisseurs d’équipement pour exclure certains équipements des zones sensibles des réseaux canadiens et assurer le test obligatoire des équipements avant leur utilisation dans des systèmes moins vulnérables.

[…]

>>> Lire l’intégralité de l’article de Jim Bronskill

Voir également

Le Québec doit exploiter ses énormes réserves de gaz naturel pour ne plus dépendre d’Ottawa

Les Affaires > Quelque temps avant la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec avait …

Un commentaire

  1. Bonjour,

    J’ai connu quelqu’un qui a travaillé pour NORTEL, et qui en avait gros sur le coeur contre les Chinois.

    Le Parti National-Communiste chinois a des milliers d’agents spécialisés dans l’espionnage industriel. Ils travaillent pour l’Armée Rouge. Ils volent les secrets industriels des entreprises de l’Occident. Ils sont en guerre (cyberguerre) contre nous.

    Sur YouTube: Death by China, de Peter Navarro.

    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.