3 bonnes raisons d'exploiter notre gaz : plus d'emplois payants au Québec, moins de pouvoir pour Poutine, moins de charbon sale brûlé en Europe.
Accueil / Nationalisme / À lui seul, le Québec pourrait fournir 20% du gaz russe importé par l’Europe

À lui seul, le Québec pourrait fournir 20% du gaz russe importé par l’Europe

La Tribune >

Une entreprise pétrolière veut bloquer l’adoption d’un projet de loi qui stopperait toute activité de recherche et d’exploitation de pétrole et de gaz au Québec.

Le mois dernier, le Kremlin a menacé de couper le gaz aux États européens refusant de se plier à ses conditions.
[…]

Le président d’Utica, Mario Lévesque, plaide que le Québec, avec ses réserves de gaz inexploitées, devrait plutôt alimenter l’Europe qui cherche à s’affranchir de sa dépendance envers la Russie de Vladimir Poutine, dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine.

[…]

Selon lui, le Québec pourrait combler jusqu’à 20 % des besoins de l’Europe en gaz naturel actuellement fourni par la Russie.

M. Lévesque soutient que le Québec «serait de loin la source de gaz la plus rapprochée de l’Europe» et il serait possible d’exporter du gaz naturel comprimé d’ici 18 à 24 mois.

Depuis des années, Moscou subventionne secrètement des groupes environnementaux occidentaux, qui entretiennent la dépendance aux hydrocarbures russes.

Il demande aux élus de bien réfléchir aux conséquences de l’adoption de cette loi qui priverait selon lui le gouvernement de dizaines de milliards de dollars en redevances et en impôts.

Déposé en février par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, le projet de loi 21 propose de couvrir les dépenses engagées depuis 2015 par cinq entreprises (66 millions $ sur les 100 millions $) et couvrir les trois quarts des frais de fermeture des puits et de restauration des sites (33 millions $ sur les 100 millions $).

[…]
Plus grand investissement privé de l’histoire du Québec (14 milliards), le projet GNL Québec visait à exporter du gaz naturel liquéfié vers l’Europe. Il a été tué par la CAQ.

Ressources Utica a déjà fait savoir qu’elle contestait l’indemnité prévue par le gouvernement.

Elle réclame la juste valeur pour mettre fin à ses activités et chiffre à des «centaines de milliards de dollars» le potentiel gazier auquel le Québec renonce.

Le charbon fournit encore la majorité de l’électricité en Pologne et en Tchéquie et plus de 40% en Allemagne. Le gaz québécois serait beaucoup moins polluant.

L’Association de l’énergie du Québec, qui regroupe les entreprises pétrolières et gazières, estime que le gouvernement Legault s’apprête à laisser dormir entre 45 et 200 milliards $ de gisements dans son sous-sol en renonçant à l’exploitation des hydrocarbures au Québec.

[…]

>>> Lire l’article complet de Patrice Bergeron

Pour en savoir plus :

Poutine menace de couper le gaz si l’Europe ne paye pas en roubles | Radio-Canada.ca

Russia ‘secretly working with environmentalists to oppose fracking’ | Environment | The Guardian

GNL Québec | Le moment de vérité approche | La Presse

Québec rejette officiellement le projet de GNL Québec | JDQ (journaldequebec.com)

Mine de Turow en Pologne : le charbon de la colère (france24.com)

Le gaz naturel, un moindre mal | Radio-Canada.ca

Voir également

Étude indépendante : le Québec pourrait économiser plus d’un milliard par an en rapatriant l’assurance-emploi

Henri Lamontagne et Eugène d’Estimauville de Beaumouchel > L’an dernier, des autonomistes albertains ont publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.