Pourtant, Québecor prétend défendre le politiquement incorrect et l'Université Laval nous assure qu'elle prend au sérieux la liberté académique...
Accueil / Société / Covid : un prof ayant questionné la vaccination des enfants est suspendu par l’Université Laval, puis censuré par Québecor

Covid : un prof ayant questionné la vaccination des enfants est suspendu par l’Université Laval, puis censuré par Québecor

Libre média >

Avant de voir Québecor retirer son dernier texte de tous ses médias, le professeur Patrick Provost a été suspendu par l’Université Laval pour des propos tenus en décembre 2021 sur la vaccination des enfants. Entrevue avec le principal intéressé.

«Le consensus sur la Covid-19 est politique: il n’a jamais été scientifique!», tranche le professeur Patrick Provost, qui a appris le 13 juin dernier qu’il avait été suspendu de son institution pour huit semaines et sans salaire. Attendant un moment plus opportun, il en a fait l’annonce la fin de semaine dernière.

L’an dernier, Provost avait justement accordé une entrevue à Jérôme Blanchet-Gravel pour dénoncer le bâillonnement des experts remettant en cause la doxa sanitaire.

Les faits qui lui sont reprochés par l’Université Laval: avoir critiqué le processus de vaccination des enfants contre la Covid-19 dans une conférence qui remonte au 7 décembre 2021. Son point de vue sur le sujet en résumé: les risques associés à la vaccination des plus petits sont plus grands que les bénéfices.

Conférence critiquée 

La conférence était organisée par Réinfo Covid Québec, une organisation indépendante dont la mission est d’éclairer le public sur les enjeux qui touchent la récente pandémie et sa gestion. La crédibilité de l’organisation a été remise en cause par des médias comme Radio-Canada.

Celui qui s’est présenté pour QS en 2018 est maintenant persona non grata au sein de ce parti, la censure étant devenue une valeur de gauche.

Pour justifier sa décision, l’Université Laval reproche entre autres à son professeur d’avoir «démontré un biais de confirmation volontaire dans le choix des informations retenues» pour sa conférence, et d’avoir «présenté un grand nombre d’interprétations partiales».

Une interprétation des faits que rejette en bloc Patrick Provost avec Libre Média. Il y voit le signe d’une régression de la société québécoise en matière de liberté académique et plus globalement de liberté de pensée.

«Je suis très inquiet par la direction que prend notre société», laisse-t-il tomber.

L’Université Laval refuse de commenter l’affaire.

Un chercheur de renommée internationale

Biochimiste de formation, Patrick Provost est professeur au Département de microbiologie, infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval.

L’employeur du chercheur émérite s’est ironiquement doté d’un « énoncé institutionnel sur la protection et la valorisation de la liberté d’expression ».

Il a développé son expertise en biologie au sein du laboratoire de Bengt Samuelsson, prix Nobel 1982 en physiologie et en médecine.

Depuis vingt ans, il dirige un laboratoire de recherche sur l’ARN et le nombre de ses publications scientifiques révisées par les pairs s’élève à près d’une centaine.

Ses travaux de recherche sur le rôle de l’ARN messager dans l’expression des gènes font partie des 10 découvertes de l’année 2003 par le magazine Québec Science et des cinq découvertes de l’année 2021 par le quotidien Le Soleil.

Autant dire qu’a priori, Patrick Provost semble connaître quelque peu son sujet.

Québecor après l’Université Laval

Puis le 24 juin dernier, son article intitulé «Le véritable portrait de la Covid-19» a été retiré par Québecor du site de TVA Nouvelles. Quelques heures auparavant, il était supprimé des sites du Journal de Québec et du Journal de Montréal.

Les chroniqueurs « politiquement incorrects » de Québecor, comme Richard Martineau, oseront-ils donner la parole à Patrick Provost pour qu’il puisse se défendre?

Publié par la suite par Libre Média conformément à sa mission de protéger la liberté de presse, le texte offre un portait inédit de la gestion de crise sanitaire au Québec.

L’analyse du professeur est basée sur les données disponibles en toute transparence sur le site d’organismes officiels comme l’Institut national de la santé publique du Québec et l’Institut de la statistique du Québec. De quoi a-t-on peur, alors?

«Québecor a retiré mon texte sans explications crédibles. La rédaction parle « d’incertitude », mais je me suis basé sur les données du gouvernement… Est-ce que cela veut dire que les données du gouvernement sont incertaines?», ironise le chercheur.

[…]

>>> Lire le texte complet de Jérôme Blanchet-Gravel

Pour en savoir plus :

Covid : les professionnels de la santé québécois réduits au silence

Québec solidaire se dissocie de son ancien candidat Patrick Provost | Politique | Actualités | Le Soleil – Québec

ÉNONCÉ INSTITUTIONNEL SUR LA PROTECTION ET LA VALORISATION DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION À L’UNIVERSITÉ LAVAL (ulaval.ca)

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

Un commentaire

  1. Quand tue fait fermer la gueules à Didier Raoult et Christian Perronne rien ne peut les arrêter notre démocratie s’envole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.