Accueil / Nationalisme / Le Parti anglo-ethnique de Montréal a une nouvelle cheffe

Le Parti anglo-ethnique de Montréal a une nouvelle cheffe

Journal de Montréal >

Le Parti libéral du Québec, voué à la défense et à la promotion de la minorité anglo-ethnique, a une nouvelle cheffe. Représentant une base électorale non francophone circonscrite sur l’île de Montréal et à Laval, Dominique Anglade va devoir trouver une façon de récupérer assez de francos pour se constituer une majorité électorale. Elle a intérêt à chausser ses patins.

Elle va devoir s’adonner à du patinage de fantaisie compte tenu des sujets épineux sur lesquels elle devra éviter de se prononcer. Comme la loi 21. Mais tant pis. Pour gagner, il faut prendre des risques. Elle est même allée jusqu’à dire publiquement — tenez-vous bien — que nous, les Québécois, nous formons une «société distincte». Wow! Quelle audace!

Au service de la minorité anglophone depuis que René Lévesque a claqué la porte, le PLQ bénéficie du fait que le Québec français actuel partage ses allégeances entre les trois formations patriotiques. Malgré tout, aux dernières élections, la flagrance effrontée de la corruption du PLQ a fini par dégoûter l’ultime quarteron de francophones qui l’appuyait encore.

Seul le soutien, aussi inconditionnel qu’indéfectible, de sa base anglo-ethnique lui est maintenant assuré. C’est une base solide en pleine expansion grâce à l’immigration incontrôlée sous Charest et Couillard et que, malheureusement, Legault ne semble pas prêt à freiner. Oui, je sais, il a d’autres chats à fouetter actuellement.

Une chose est certaine au sujet d’Anglade: elle ne prendra jamais de mesures concrètes et efficaces pour assurer la prédominance du français à Montréal, en raison du multiculturalisme bonne-ententiste exigé par sa base électorale. Tiens, une idée, elle devrait faire de Bonjour-Hi la devise officielle du PLQ. En trépigneraient de joie le West Island, Saint-Léonard et maintenant Laval où s’installent certains des complices et des alliés les plus redoutables des libéraux.

[…]

Il faut mettre le PLQ en réclusion politique à perpétuité sans possibilité de libération pour fermer ce chapitre sombre de nos annales politiques.

>>> La suite de l’article de Normad Lester.

Voir également

Le Québec doit exploiter ses énormes réserves de gaz naturel pour ne plus dépendre d’Ottawa

Les Affaires > Quelque temps avant la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec avait …

4 commentaires

  1. En étant issu de l’immigration moi même, Jai voté pour la caq au dernière élection provincial. Je me suis rendu conte que la coalition avenir Québec déçoit beaucoup. Je vais donner mon vote pour le plq au prochaine élection.on verra ce que ça va donner

  2. Je suis moi aussi d’accord que prendre moins pour en prendre soins. Mais je sais que même dans se dossier Legault a reculé .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.