Les victoires successives de Poilievre, Legault et Smith viennent de compliquer la vie de Justin Trudeau. Les patriotes québécois peuvent en profiter.
Accueil / Nationalisme / Le Québec doit s’allier aux provinces conservatrices pour faire plier Trudeau

Le Québec doit s’allier aux provinces conservatrices pour faire plier Trudeau

Le Devoir >

L’auteur est un ancien stratège conservateur. Il a été conseiller politique dans le gouvernement Harper ainsi que dans l’opposition.

Danielle Smith deviendra officiellement première ministre de l’Alberta mardi. Elle succède à Jason Kenney, après avoir remporté, jeudi, la course à la chefferie du Parti conservateur uni de l’Alberta avec 53,77 % des voix, au sixième tour de scrutin. La prochaine élection générale en Alberta devra se tenir avant la fin mai 2023. Danielle Smith fera donc sept mois dans le fauteuil de première ministre, à la tête d’un gouvernement majoritaire. Son cheval de bataille ? Déposer, comme premier projet de loi, sa promesse de « souveraineté de l’Alberta ».

L’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba ont tous annoncé qu’ils refuseraient d’aider les fédéraux à saisir les armes achetées légalement.

Il ne s’agit pas d’un projet de séparation comme on en a connu au Québec sous le Parti québécois. Son objectif est plutôt de revendiquer tous les pouvoirs dans ses champs de compétences. Mme Smith veut également se donner le droit de ne pas appliquer des lois fédérales qui vont à l’encontre des décisions de la législature albertaine.

Selon les sondages, la victoire de Mme Smith en 2023 n’est pas assurée, alors qu’un retour de Rachel Notley, ancienne première ministre néodémocrate est possible. Justin Trudeau peut se dire que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et que tout rentrera dans l’ordre lorsque Mme Notley reviendra au pouvoir. C’est un pari risqué. En Alberta comme au Québec, il est souvent payant pour un premier ministre de lutter contre Ottawa afin de s’attirer le soutien de sa population.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a aussi pour objectif de continuer à contrer les intrusions fédérales dans ses champs de compétence. Il va déposer mardi un document d’orientation décrivant les répercussions économiques néfastes de certaines politiques fédérales sur sa province. Un vent autonomiste souffle sur le Canada.

Les derniers sondages sont favorables à Poilievre, y compris en Ontario. Trudeau aura absolumment besoin du Québec pour se maintenir au pouvoir.

Il n’y a pas que dans l’Ouest que Justin Trudeau manque d’alliés. Le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse sont dirigés par des gouvernements conservateurs. Il n’y a pas d’élections en vue avant 2024 pour le premier ministre Blaine Higgs, et 2025, pour Tim Houston.

Fort de sa victoire, François Legault a indiqué que sa priorité sera d’obtenir plus de pouvoir en immigration, une compétence partagée avec le fédéral. Il a aussitôt reçu une fin de non-recevoir de la part de Justin Trudeau, qui en a profité pour lui rappeler que le Québec a déjà tous les outils dont il a besoin en la matière.

Et l’Ontario dans tout ça ?

Une question reste en suspens : que fera le premier ministre conservateur Doug Ford en Ontario ? Sa position enviable lui permet de faire pencher la balance. Soit il rejoint le camp des frondeurs en donnant sa caution morale aux revendications autonomistes des autres provinces, soit il fait cavalier seul en réclamant des conditions exclusives pour l’Ontario, pour l’industrie automobile, par exemple. Dans ce dernier cas, le gouvernement Trudeau fera tout pour le satisfaire.

Au-delà du Québec, l’Alberta, la Saskatchewan, l’Ontario et le Manitoba réclament également plus de pouvoirs en immigration.
[…]

Pour le reste, il y a fort à parier qu’il n’y aura pas consensus pour augmenter la liste des demandes lors de la prochaine réunion du Conseil de la fédération. La Colombie-Britannique sera dirigée par un gouvernement du NPD jusqu’en octobre 2024. Justin Trudeau va certainement se tourner vers cet allié de même que vers Terre-Neuve et son premier ministre libéral, Andrew Furey, en poste jusqu’en 2025. Diviser pour mieux régner est une méthode éprouvée.

Reste que la réalité du fédéralisme canadien veut que, lorsque l’Alberta et le Québec sont alignés, il est très difficile pour Ottawa d’ignorer les demandes des provinces. Si François Legault veut tirer son épingle du jeu, il devra, d’une certaine façon, faire front commun avec les provinces autonomistes et revenir sur la santé.

>>> Lire le texte complet de Rodolphe Husny

Pour en savoir plus :

Manitoba Joins Saskatchewan, Alberta in Pushing Back Against Ottawa’s Gun Confiscation Program (theepochtimes.com)

Les sondages défavorables au gouvernement Trudeau s’accumulent | TVA Nouvelles

Four provinces calling on Canadian government for greater say over immigration | Canada Immigration News (cicnews.com)

Voir également

Étude indépendante : le Québec pourrait économiser plus d’un milliard par an en rapatriant l’assurance-emploi

Henri Lamontagne et Eugène d’Estimauville de Beaumouchel > L’an dernier, des autonomistes albertains ont publié …

6 commentaires

  1. Trudeau va être encore minoritaire

  2. Legault ne fait rien et il est trop moux

    • Legault n`est pas mou c`est qu`il a choisi son camp de fédéraste donc cela implique qu`il se parjurera lors du serment à l`Assemblée nationale car il est IMPOSSIBLE de faire deux serments sans mépriser et trahir un des deux partis , or , le Canada étant hiérarchiquement supérieur alors cela annule de facto celui envers le Québec . Le serment envers Québec ne vaudra RIEN , NENNI !!! L`analyse est simple : 1 – Legault est un traître car il vend le Québec et sait ce qu`il fait . 2- Ou bien Legault est un malade et ignore ce qu`il fait . 3 – On fait du chantage sur lui et le parti . Y a-t-il une autre possibilité ? Dans TOUS LES CAS les francophones sont des cons de suivre ce parti qui les fera tourner en rond . Tous les partis ne font que tourner en rond , seul le Parti Québécois FAIT DE LA POLITIQUE et pourtant on chie dessus DONC on se chie dessus !!!!! = CQFD .

  3. Ça va être minoritaire encore

  4. Trudeau a le support de jagmeet singh et du npd

  5. Poilievre a de la misère à faire des gains en dehors de la grande région de Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *