Accueil / Immigration / Les bons salaires évitent la « pénurie » d’employés

Les bons salaires évitent la « pénurie » d’employés

Journal de Montréal >

Le géant du commerce au détail Costco n’a pas de problème de recrutement au Québec alors que les salaires offerts à ses employés demeurent très attirants. Après six ans de service, un caissier gagne plus de 55 000 $ par année.

« Avec les salaires que nous offrons, on est un employeur très recherché. Je dirais que la pénurie de main-d’œuvre ne nous affecte pas », a indiqué hier au Journal le porte-parole de Costco, Ron Damiani.

Or, le salaire ne serait pas tout, selon Costco. L’environnement de travail et la popularité du détaillant auraient également un impact pour attirer les travailleurs.

« Nos employés travaillent très fort. Nous croyons qu’ils doivent avoir un mode vie qui reflète leur travail. De plus, nous voulons les garder le plus longtemps possible », a précisé le porte-parole de Costco.

Pour répondre à la forte demande dans ses 21 magasins entrepôts au Québec, Costco dit avoir mis en place une structure salariale qui semble très appréciée de ses quelque 8500 employés québécois.

Hausse du salaire minimum

Récemment, Costco a décidé de réviser à la hausse la rémunération de ses employés alors que le salaire minimum est passé de 13 $ à 15 $ l’heure dans tous ses magasins entrepôts.

Après six ans d’expérience, un caissier gagne 28,25 $ l’heure chez Costco. Avec une semaine moyenne de 37,5 heures, le salaire annuel de ce caissier atteint 55 087 $.

Chez les adjoints aux caissiers, le taux horaire a aussi été révisé à la hausse. Au sommet de l’échelle salariale, ces derniers peuvent toucher jusqu’à 26,35 $.

Costco précise également que deux fois par année, tous ses employés à taux horaire au sommet de l’échelle ont droit à des montants forfaitaires selon leurs nombres d’années à l’emploi du détaillant américain. Un employé avec 20 ans de service reçoit 4000 $.

Costco soutient que ses taux horaires sont les mêmes partout au pays, où l’entreprise compte 100 magasins entrepôts.

>>> La suite de Pierre Couture sur le Journal de Montréal.

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

3 commentaires

  1. La plus part des emplois payant necessittenet un dep,un dec ou un baccalaureate

  2. Jai deja travailler pour Walmart. Dan’s le temps ont travaillaient au salaire minimum et ils nous disaient combien de vente ils ont generer.

  3. Vaut mieux etre faire un metier que de travailler au salaire minimum. La plus part des emplois se trouvent en region . Montreal devient de plus en plus satures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.