Accueil / Multiculturalisme / Islamophobie imaginaire : Une Québécoise poursuivie en justice par une militante islamiste pour 20 000 $

Islamophobie imaginaire : Une Québécoise poursuivie en justice par une militante islamiste pour 20 000 $

Le Soleil >

«Rentre dans ton pays!» Une citoyenne de Québec originaire d’Algérie poursuit la femme qui l’aurait insultée en public, dans une caisse populaire.

Le 13 juillet 2018, Saida Mirouh, une québécoise originaire d’Algérie, de confession musulmane, se rend à la Caisse Desjardins du Vieux-Moulin avec son mari et ses deux filles de 10 et 15 ans pour ouvrir un compte à son aînée.

Pendant qu’elle attend dans la voiture avec sa plus jeune, Mme Mirouh affirme qu’une cliente l’a regardée fixement avant de dire « Il fait chaud » et de faire un geste avec son menton, qui faisait référence à son hijab.

Choquée, Saida Mirouh entre dans la caisse populaire et aborde la femme dans la file d’attente, la questionnant sur son commentaire qu’elle juge méprisant. La cliente aurait alors refusé de lui parler, détournant la tête.

Saida Mirouh va s’asseoir dans la salle d’attente. Au moment de ressortir de la caisse, la cliente se serait tournée vers Mme Mirouh et lui aurait dit « rentre dans ton pays, tu n’as rien à faire ici ». Les deux filles de Mme Mirouh auraient entendu les paroles. Les jeunes filles sont sorties de la caisse pour prendre en photo la plaque d’immatriculation de la cliente.

(…)

Propos discriminatoires

Environ un mois après l’événement, Saida Mirouh a déposé une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

L’organisme a enquêté et a retracé la cliente, Johanne Gaudreault de Beauport. Cette dernière a reconnu avoir dit à Mme Mirouh qu’il faisait chaud, mais réfute toute arrière-pensée. Elle nie avoir dit à la cliente d’origine algérienne de rentrer dans son pays. Selon Mme Gaudreault, Saida Mirouh avait un ton agressif lorsqu’elle l’a interpellée. Johanne Gaudreault dit s’être sentie harcelée et intimidée.

(…)

La Commission aurait proposé comme mesure de redressement que Mme Gaudreault verse une somme de 5000$ à la plaignante en guise de dédommagement.

Dans sa poursuite, Saida Mirouh réclame elle 20 000 $ pour ce qu’elle qualifie d’atteinte à son droit à la dignité. Elle veut aussi que Mme Gaudreault présente une lettre d’excuses et suive un atelier de sensibilisation aux principes de non-discrimination énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne.

>>> Lire l’article d’Isabelle Mathieu.

Voir également

« Génocide », « croix gammée », « cruel » : les Mohawks exigent que la croix du mont Royal soit retirée

Métro > Lors d’une conférence de presse donnée au pied du mont Royal le 27 juillet dernier, …

8 commentaires

  1. sa coûte cher faire des bombes. 🤷‍♂️

  2. S’il fallait poursuivre toutes les musulmanes dès qu’on se sent insultés, il faudrait multiplier les tribunaux par 10.

  3. Sont malades dans tête ce monde la

  4. « une québécoise d’origine algérienne » Vraiment ?? Depuis quand ils sont Québécois ou se considèrent Québécois ou ont quelque chose avec les Quebecois?? Ils n’hésiteront pas une seconde d’anéantir le Québec s’ils obtiennent la première chance offrant à eux.

    Tant qu’il y a des idiots et des imbeciles qui les considérèrent Québécois avec ignorance et naïveté, ils vont faire mille fois pire de vous, parceque vous n’êtes pour eux que des lâches infidels, des impures qui n’ont aucun valeur.

  5. Poursuite baïllon! Quand on ne peut plus rien dire…mais pour qui ils-eles se prennent ces illuminé-e-s qui veulent empêcher quiconque d’avoir une pensée critique?

  6. Cest juste des osties de braillards pis de caves cest un privilege detre ici arreter de toujours trouver des bibittes gang de batards

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.