Trudeau a perdu le vote populaire pour une 2e fois en 2 ans et l'unité canadienne est en danger. Les nationalistes québécois devront en profiter.
Accueil / Élections 2021 / Pilule blanche : le dernier mandat de Justin Trudeau?

Pilule blanche : le dernier mandat de Justin Trudeau?

La Presse >

(Ottawa) À la mi-août, Justin Trudeau a déclenché des élections anticipées en pleine pandémie. Son but était d’obtenir un mandat majoritaire. Mais ces élections jugées inutiles par beaucoup de gens se sont transformées en un référendum sur l’ère Trudeau.

En se voyant confier lundi soir un deuxième mandat minoritaire, presque identique au précédent, Justin Trudeau se voit forcé d’entreprendre une profonde réflexion au sujet de son avenir. Durant la campagne, de nombreux candidats libéraux se sont fait dire en faisant du porte-à-porte que leur chef n’était plus l’homme de la situation. « C’est sa dernière élection », a même avancé un candidat libéral dans la région d’Ottawa quand il entendait les critiques acerbes au sujet du chef libéral.

En somme, Justin Trudeau, après six ans de pouvoir, est devenu un boulet pour son parti. L’usure du pouvoir a fait son œuvre, même si le gouvernement libéral qu’il dirige a reçu de bonnes notes pour sa gestion de la pandémie, notamment en ce qui a trait à l’approvisionnement en vaccins.

Cet appel aux urnes n’aura pas changé grand-chose à la composition du Parlement. Les forces politiques qui occuperont les banquettes de la Chambre des communes dans quelques semaines seront essentiellement les mêmes que celles qui s’y trouvaient avant que Justin Trudeau ne rencontre la gouverneure générale Mary Simon pour lui demander de dissoudre le Parlement. Cet exercice démocratique qui s’est soldé par le statu quo aura tout de même coûté 612 millions de dollars aux contribuables.

Jamais dans l’histoire du pays un premier ministre n’a tenté d’obtenir un quatrième mandat après avoir dirigé deux gouvernements minoritaires.

Certes, les troupes libérales ne vont pas pousser M. Trudeau vers la porte de sortie. Le premier ministre se verra accorder le temps nécessaire pour statuer sur son avenir, d’autant que de nombreux dossiers se trouvent déjà sur son bureau. La quatrième vague de la pandémie prend de l’ampleur au pays. La reprise économique est fragile. La frontière canado-américaine n’est que partiellement ouverte. Des alliés traditionnels écartent le Canada dans la création de nouvelles alliances. Le rapatriement des réfugiés afghans a connu des ratés. Les provinces réclament une augmentation des transferts en santé.

Trudeau… et les autres chefs

Mais déjà en coulisses, des stratèges libéraux commencent à évoquer l’après-Justin Trudeau. Certains voient la ministre des Finances, Chrystia Freeland, comme la digne héritière. Elle pourrait ainsi devenir la première femme à prendre les commandes du Parti libéral. Mais d’autres candidats seront sur les rangs. Le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, sera du nombre. Des libéraux tenteront aussi de convaincre l’ancien gouverneur de la Banque du Canada Mark Carney de faire enfin le saut en politique. D’autres évoquent le nom de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

[…]

La campagne électorale a de nouveau mis en relief de vives tensions régionales. Le premier ministre du Québec, François Legault, s’est immiscé dans cette campagne fédérale en invitant les Québécois à ne pas voter pour le Parti libéral ou le NPD à cause de leurs velléités centralisatrices « dangereuses » pour les pouvoirs du Québec.

Dans environ un mois, l’Alberta tiendra un référendum sur le programme fédéral de péréquation. Le gouvernement de Jason Kenney demandera aux Albertains s’ils souhaitent que ce programme, qui soulève la grogne depuis des années dans l’Ouest, soit retiré de la Constitution. Le référendum aura lieu en même temps que les élections municipales dans la province. Un Oui retentissant est attendu. Le gouvernement fédéral devra prendre acte du verdict des Albertains. L’ignorer pourrait accentuer encore plus le sentiment d’aliénation.

L’unité nationale a été mise à rude épreuve durant cette campagne. Elle le sera tout autant à la lumière des résultats des élections fédérales.

> Lire l’article intégral de Joël-Denis Bellavance

Voir également

Le Québec doit exploiter ses énormes réserves de gaz naturel pour ne plus dépendre d’Ottawa

Les Affaires > Quelque temps avant la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec avait …

4 commentaires

  1. Cet article annonce la fin de Justin Trudeau.

  2. Trudeau a été réélu minoritaire encore un fois de plus.

  3. Quest ce qui se passe . Vous êtes plus sur YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.