48h avant le déclenchement des élections, les libéraux ont annoncé la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires et ceux qui œuvrent dans le secteur du transport interprovincial.
Accueil / Élections 2021 / Vaccination obligatoire : Trudeau est incapable d’expliquer son plan

Vaccination obligatoire : Trudeau est incapable d’expliquer son plan

La Presse >

(Cobourg) En voulant attaquer les conservateurs sur la vaccination obligatoire des fonctionnaires, Justin Trudeau a été rattrapé par un message de la dirigeante principale des ressources humaines de la fonction publique du Canada qui relayait la proposition de l’équipe d’Erin O’Toole. Lundi, en fin de soirée, la page était introuvable sur le site du gouvernement du Canada.

Dans un message aux employés de la fonction publique daté du 13 août, Christine Donoghue écrivait : « Nous sommes conscients que certaines personnes ne peuvent pas être vaccinées. Dans ces cas, nous discuterons des mesures d’accommodement qui pourraient être mises en place. Pour ceux qui refusent de se faire vacciner, nous devrons considérer des mesures de rechange, comme les tests et le dépistage. »

Il s’agit essentiellement de la proposition qui a été véhiculée par le chef du Parti conservateur lundi, tard en soirée. L’équipe de M. O’Toole avait fait parvenir un communiqué de presse aux médias déclarant qu’un gouvernement conservateur exigera que les non-vaccinés présentent un test négatif avant d’entrer au travail ou de monter à bord d’un autobus, train ou navire.

M. O’Toole tentait alors de préciser sa position sur la vaccination obligatoire des fonctionnaires et employés et passagers de moyens de transport interprovinciaux sous juridiction fédérale après avoir été pressé là-dessus par les journalistes. Les ministres du gouvernement libéral ont déclaré que cette mesure entrerait en vigueur au plus tard à la fin du mois d’octobre.

La position du chef conservateur a été critiquée par le chef libéral dans une conférence de presse, lundi midi.

« Nous sommes tellement surpris et déçus que le Parti conservateur d’Erin O’Toole promette de renverser ces décisions et de ne pas obliger par exemple les gens qui prennent l’avion ou le train de se faire pleinement vacciner ou même la fonction publique de se faire vacciner », a critiqué M. Trudeau en réponse à une question sur le sort qui attend les fonctionnaires qui refusent le vaccin.

Signe qu’il s’agit d’une mesure purement électoraliste, les libéraux ne connaissent même pas le taux de vaccination des fonctionnaires.

Les conservateurs n’ont pas tardé à diffuser un communiqué de presse intitulé « Trudeau induit les Canadiens en erreur au sujet des vaccins obligatoires ».

« Justin Trudeau dit une chose publiquement, mais son propre gouvernement dit quelque chose de très différent. […]  Autrement dit, le plan de Justin Trudeau pour les employés fédéraux est le même que celui d’Erin O’Toole.  Si Justin Trudeau est prêt à induire les Canadiens en erreur au sujet de sa politique sur les vaccins, il les induira en erreur sur tout », a répliqué le candidat conservateur Michael Barrett.

« La formulation dans le message affiché en fin d’après-midi vendredi était inexacte, et le message a été retiré afin d’éviter toute confusion. Les détails seront communiqués au fur et à mesure que les travaux progressent », a indiqué Geneviève Sicard, porte-parole du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, dans un courriel envoyé à La Presse Canadienne en soirée.

Dans le camp libéral, on soutient que les vaccins contre la COVID-19 seront bel et bien obligatoires pour les fonctionnaires fédéraux et que les seules exemptions seront pour des raisons médicales.

« Contrairement aux conservateurs, nous savons que le leadership compte lorsqu’il s’agit de santé publique. C’est pourquoi tous les candidats du Parti libéral du Canada doivent être vaccinés », a souligné une porte-parole du Parti libéral du Canada.

Le Bloc et le NPD s’en mêlent

Lundi, l’équipe libérale tentait de coincer le Bloc québécois sur la question de la vaccination obligatoire des fonctionnaires.

« On a pris une position claire en rendant la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la fonction publique fédérale et les voyageurs. La vaccination est notre meilleure chance de mettre cette pandémie derrière nous. Pourquoi le #Bloc entretient un tel flou sur sa position ? » a écrit le candidat libéral Jean-Yves Duclos dans un gazouillis relayé par ses collègues.

« Je pense que j’ai été très clair. La santé publique du Québec établit les règles en matière de certificats ou de preuves de vaccination en vigueur sur le territoire du Québec. Dans ce dossier-là, le gouvernement fédéral est un employeur, comme n’importe quelle entreprise serait un employeur », a soutenu le chef bloquiste Yves-François Blanchet, de passage à Québec.

« Bien sûr, bien sûr et bien sûr, nous sommes totalement en faveur que tout le monde soit vacciné sous la juridiction opportune qui est celle du gouvernement et de la santé publique du Québec, et on entend que le fédéral respecte la juridiction québécoise », a-t-il ajouté.

Contrairement au fédéral, les seuls travailleurs (éventuellement) concernés par l’obligation vaccinale au Québec sont ceux du système de santé.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a pour sa part demandé à M. Trudeau de veiller à ce que la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires soit en vigueur avant la fête du Travail, en septembre. M. Trudeau ne s’est toujours pas engagé sur un échéancier fixe.

« Il est décevant de voir Justin Trudeau refuser de s’engager sur un échéancier concernant les vaccins obligatoires et le passeport vaccinal. S’il était sérieux au sujet de la protection des familles, il va fixer un véritable délai (sic) pour que ça soit fait. Tant qu’il ne le fera pas, ses promesses sur la vaccination obligatoire ne seront que des paroles en l’air », a déploré Jagmeet Singh, lundi.

(…)

>>> Lire la suite de l’article de Catherine Lévesque

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

2 commentaires

  1. Les élections vont être intenses et intéressant.

  2. Le bloc est trop a gauche et ne défend pas les intérêts de la nation québécoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.