Accueil / Immigration / Le Canada libère des illégaux jugés dangereux en plein confinement de la population

Le Canada libère des illégaux jugés dangereux en plein confinement de la population

Global News >

[Traduction en français de HQA]

Le nombre de détenus d’immigration détenus dans les prisons provinciales et les centres de rétention pour immigrants à travers le Canada a diminué de plus de la moitié depuis que COVID-19 a été déclaré pandémie mondiale, selon les données fournies à Global News.

Et les récentes décisions de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), le tribunal administratif qui préside les questions d’immigration et de statut de réfugié, montrent comment les craintes suscitées par COVID-19 jouent un rôle important dans certaines décisions de libération des détenus de l’immigration. Le 17 mars, 353 détenus d’immigration étaient détenus dans des prisons provinciales et des centres de rétention pour immigrants à travers le Canada, selon les données de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Au 19 avril, ce nombre avait chuté de plus de la moitié pour s’établir à 147 détenus, dont 117 étaient détenus dans des prisons provinciales. Les 30 autres ont été détenus dans l’un des trois centres de rétention pour immigrants du Canada situés à Toronto, Laval (Québec) et Surrey (Colombie-Britannique).

«Nous ne verrions jamais normalement une baisse aussi spectaculaire de la détention (détenus) en si peu de temps. C’est sans précédent », a déclaré Swathi Sekhar, un avocat spécialisé en immigration et réfugiés basé à Toronto.

Un certain nombre de groupes juridiques et de défense des droits ont réclamé la libération des détenus de l’immigration et des personnes détenues dans les prisons et les prisons qui ne sont pas considérées comme des risques pour la sécurité publique en raison du nombre croissant de cas de COVID-19 dans ces établissements, et des conditions qui y règnent. Il est difficile d’isoler et de contrôler la propagation de l’infection. La majorité des détenus d’immigration se trouvent en Ontario, aux prises avec des cas de COVID-19 dans des établissements correctionnels. Des milliers de détenus dans les prisons de l’Ontario ont été libérés au cours des dernières semaines alors que la province est aux prises avec l’éclosion du coronavirus. Au 19 avril, 33 des 117 détenus des services d’immigration détenus dans des prisons provinciales étaient détenus au complexe correctionnel de Maplehurst à Milton, une prison à sécurité maximale combinée pour les détenus en détention provisoire et une prison à sécurité moyenne / maximale pour les condamnés purgeant une peine de moins plus de deux ans.

Les ressortissants étrangers et les résidents permanents peuvent être détenus – parfois indéfiniment – par des agents de l’ASFC si la personne est considérée comme peu susceptible de comparaître pour une procédure d’immigration comme une audience, si elle est considérée comme une menace pour la sécurité publique ou si son identité est mise en doute. La plupart des détenus sont détenus au motif qu’il est peu probable qu’ils comparaissent pour des poursuites ou en raison de questions sur leur identité.

[…]

Une décision rendue par la CISR le 3 avril concerne un Colombien détenu au centre de rétention de Toronto depuis le 23 janvier parce qu’il était considéré comme un danger pour le public et peu susceptible de comparaître pour son renvoi du Canada en Colombie. Cependant, il a été libéré sous caution en grande partie en raison du risque d’être exposé au COVID-19 pendant sa détention. Il a été condamné à respecter un certain nombre de conditions strictes dans le cadre de sa libération. La décisionnaire de la CISR, Jacqueline Swaisland, a déclaré que l’homme, Angelo Rincon, a des antécédents de non-conformité aux lois sur l’immigration «au moins dans trois pays» et a également violé les lois pénales au Canada et aux États-Unis. Cela comprend une condamnation pour possession d’une substance contrôlée à des fins de vente, une autre condamnation liée à un certain nombre d’introductions par effraction dans la région du Grand Toronto l’an dernier et la possession de biens criminellement obtenus. Le décideur a déclaré que même si Rincon était considéré comme un danger pour le public en raison de ses antécédents criminels, «je trouve que le danger que vous représentez se situe au bas de l’échelle» en raison des peines limitées qu’il avait reçues pour ses condamnations. , ses «remords déclarés sous témoignage sous serment» et «le fait qu’il n’y ait eu aucune violence dans la commission de l’une des infractions dans lesquelles vous avez été impliqué…» 

>>> La suite de l’article sur Global News.

 

Voir également

Gatineau : une diplomate sénégalaise saccage une maison, puis frappe et mord les policiers

Le Droit > Une diplomate sénégalaise qui a été condamnée par le Tribunal administratif du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.