La gauche, obnubilée par la diversité et le clientélisme électoral, refuse de voir le lien entre immigration massive et explosion des prix immobiliers.
Accueil / Immigration / Hypocrisie gauchiste : l’ouverture des frontières est directement responsable de la crise du logement

Hypocrisie gauchiste : l’ouverture des frontières est directement responsable de la crise du logement

La Presse >

Les années se suivent et se ressemblent : tous les hivers on parle de la crise du logement qui pointe son nez. On met en cause la hausse des prix des matériaux, la lenteur de la construction des logements sociaux ou encore les propriétaires qui augmentent indûment le prix de leurs loyers.

La crise du logement étant un enjeu hautement complexe, il ne fait aucun doute que tous ces facteurs enveniment cette crise. On se doit toutefois de remarquer qu’un facteur en particulier est toujours, ou presque, gardé sous silence. C’est celui de nos seuils d’immigration trop élevés.

Jean-François Perreault, le vice-président et économiste en chef de la Banque Scotia, l’expliquait récemment devant le Comité des finances à Ottawa : « Depuis 2015, nous avons vu une augmentation énorme de l’immigration qui a amplifié la pression sur le marché immobilier. »

[…]

Les gouvernements du Québec et du Canada semblent faire peu de cas de cette réalité, alors que Québec hausse son seuil à 70 000 immigrants en 2022 et que le Canada de Justin Trudeau garde le cap sur son objectif de 400 000 immigrants par année.

Ces seuils d’immigration ont été annoncés sans réelle résistance par d’autres politiciens ou par les journalistes. À l’inverse, une baisse déclenche invariablement une cacophonie médiatique où tous partagent leur réflexion sur la question. Souvenons-nous du tollé, il y a quelques années, alors que François Legault avait modestement proposé de baisser les seuils durant deux ans pour ensuite les remonter.

IMPERMÉABILITÉ PROGRESSISTE

Comment expliquer notre complaisance à l’égard des propositions de hausse de l’immigration, alors que celles-ci exacerbent la crise du logement ? C’est qu’il y a une forme de privilège progressiste qui fait bénéficier à ses tenants un certain passe-droit dans les domaines politique, journalistique et intellectuel.

[…]

La posture morale, celle que l’on associe généralement à « l’ouverture à l’autre », semble suffire pour justifier des propositions qui posent pourtant de réels problèmes.

La papesse du progressisme montréalais a également excommunié les hérétiques souhaitant assouplir les règlements entourant la construction résidentielle…

De l’autre côté, lorsqu’une baisse est sur la table, on présuppose que de mauvais sentiments l’animent et qu’on se doit en ce sens de pousser ses défenseurs à les avouer. On talonnera dans les points de presse celui qui défend une telle politique. On n’hésitera pas non plus à montrer l’épouvantail de la pénurie de main-d’œuvre sans pour autant dire que l’augmentation de l’immigration ne pallie qu’en partie la pénurie, car elle nécessite à son tour davantage de services comme des soins hospitaliers, des écoles, des enseignants, etc.

[…]

>>> Lire le texte complet de David Santarossa

Pour en savoir plus :

Crise du logement : Radio-Canada met en cause la folie migratoire de Trudeau

Gratte-ciel dépassant le mont Royal : « Une hérésie », affirme Valérie Plante

Voir également

Gatineau : une diplomate sénégalaise saccage une maison, puis frappe et mord les policiers

Le Droit > Une diplomate sénégalaise qui a été condamnée par le Tribunal administratif du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.