Accueil / Élections 2021 / Le guide électoral 2021 : pour battre Trudeau, il faut « voter bleu »!

Le guide électoral 2021 : pour battre Trudeau, il faut « voter bleu »!

Eugène d’Estimauville de Beaumouchel >

Au cours des prochains jours, les nationalistes québécois auront une occasion en or de se débarrasser de Trudeau, ou à tout le moins de l’affaiblir considérablement.

Les experts s’entendent généralement sur le fait que le prochain gouvernement sera minoritaire, et que la lutte sera extrêmement chaude entre les libéraux et les conservateurs.

Comme il est techniquement impossible de voter contre un candidat et que le vote stratégique présente certaines complexités, l’équipe de Nomos-TV/Horizon Québec Actuel m’a confié la tâche de produire un guide à l’attention de l’électeur patriote.

Quel est le meilleur candidat dans ma circonscription?

Au-delà des divergences individuelles, on peut affirmer sans crainte de se tromper qu’il existe deux grands blocs en politique canadienne : les partis bleus d’un côté, et la mosaïque multicolore de l’autre.

Le premier est clairement plus proche de nos intérêts en tant que patriotes québécois.

Quant au second, il est animé par une idéologie toxique et excessivement inquiétante pour notre nation. Bien sûr, le PLC est un cancer politique, mais le NPD et les verts sont probablement encore pires.

L’objectif de tous les Québécois dotés d’un instinct de survie devrait être de donner une majorité à l’alliance bleue à la Chambre des communes, c’est à dire au moins 170 sièges sur 338.

Dans le cas contraire, nous ne serions pas à l’abri d’un gouvernement de coalition PLC/NPD (qui pourrait même inclure les verts!). Ce scénario serait digne d’un film d’horreur.

Voici donc les trois choix raisonnables pour les élections de 2021 :

  1. Le Parti conservateur du Canada dirigé par Erin O’Toole a parfois du mal à assumer son conservatisme, mais il est nettement moins néfaste que le Parti libéral et a le mérite d’être la seule formation qui puisse gouverner à sa place.
  2. Le Bloc québécois, s’il est trop inféodé à la bien-pensance radio-canadienne, il est le seul parti exclusivement québécois représenté à Ottawa. Il est également le plus décentralisateur et le plus critique du multiculturalisme canadien.
  3. Quant au Parti populaire du Canada dirigé par Maxime Bernier, il s’agit d’une formation marginale qui a peu de chances de faire élire le moindre député et qui risque de diviser le vote patriote ou conservateur.

Si le Bloc détenait la balance du pouvoir dans le contexte d’un gouvernement conservateur minoritaire, le Québec pourrait faire des gains concrets, comme le rapatriement de pouvoirs en immigration, la déclaration de revenus unique gérée par Québec, un contrôle accru sur Radio-Canada, l’assurance que le fédéral ne s’ingérerait pas en santé et en environnement et ne contesterait pas la loi 21 devant les tribunaux, etc.

Quel candidat « acceptable » a des chances de l’emporter dans ma circonscription?

Dans une poignée de circonscriptions (5, pour être exact), nous appelons à voter conservateur. Ce sont des circonscriptions où la lutte devrait être relativement serrée et où le candidat du PCC a une chance de l’emporter. Le PCC est parfois projeté deuxième derrière le Bloc dans ces circonscriptions, mais nous avons déterminé que la division du vote bleu ne devrait pas poser problème étant donné la faiblesse des partis multicolores (et multiculturalistes) dans ces zones précises. Il s’agit de : Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix, Beauport–Limoilou, Chicoutimi–Le Fjord, Jonquière et Trois-Rivières.

Dans les autres circonscriptions potentiellement compétitives, le Bloc est le parti bleu le mieux positionné pour l’emporter face aux libéraux ou, dans de rares cas, face aux néo-démocrates. Près de la moitié des circonscriptions fédérales du Québec (36 sur 78) appartiennent à cette catégorie. Il n’est tout simplement pas réaliste d’espérer des victoires conservatrices en banlieue de Montréal, en Gaspésie ou en Abitibi, par exemple. Ces sièges seront des luttes à deux entre le BQ et le PLC.

En ce qui concerne les 37 circonscriptions restantes, nous considérons qu’il s’agit de châteaux forts, qui sont généralement libéraux, comme Notre-Dame-de-Grâce–Westmount, mais parfois conservateurs ou bloquistes, comme Louis-Saint-Laurent ou Bécancour–Nicolet–Saurel, respectivement. Les nationalistes pourront donner libre cours à leurs pulsions politiques dans ces déserts démocratiques.

Voici donc la liste complète des recommandations pour les 78 circonscriptions du Québec.

Bloc Québécois (Blanchet)

Parti conservateur du Canada (O’Toole)

Vote libre (cette circonsription est un château fort)

Abitibi–Baie-James–Nunavik–Eeyou Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix Ahuntsic-Cartierville
Abitibi–Témiscamingue Beauport–Limoilou Alfred-Pellan
Argenteuil–La Petite-Nation Chicoutimi–Le Fjord Beauce
Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia Jonquière Bécancour–Nicolet–Saurel
Berthier–Maskinongé Trois-Rivières Bellechasse–Les Etchemins–Lévis
Thérèse-De Blainville Beloeil–Chambly
Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères Bourassa
Brome–Missisquoi Brossard–Saint-Lambert
Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques Charlesbourg–Haute-Saint-Charles
Châteauguay–Lacolle Dorval–Lachine–LaSalle
Compton–Stanstead Gatineau
Drummond Honoré-Mercier
Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine Hull–Aylmer
Hochelaga Joliette
La Pointe-de-l’Île Lac-Saint-Louis
La Prairie LaSalle–Émard–Verdun
Lac-Saint-Jean Laval–Les Îles
Laurentides–Labelle Louis-Saint-Laurent
Laurier–Sainte-Marie Lévis–Lotbinière
Longueuil–Charles-LeMoyne Manicouagan
Longueuil–Saint-Hubert Mégantic–L’Érable
Louis-Hébert Montcalm
Marc-Aurèle-Fortin Montmagny–L’Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup
Mirabel Mont-Royal
Montarville Notre-Dame-de-Grâce–Westmount
Québec Outremont
Repentigny Papineau
Rivière-des-Mille-Îles Pierrefonds–Dollard
Rosemont–La Petite-Patrie Pontiac
Saint-Hyacinthe–Bagot Portneuf–Jacques-Cartier
Saint-Jean Richmond–Arthabaska
Saint-Maurice–Champlain Rivière-du-Nord
Salaberry–Suroît Saint-Laurent
Shefford Saint-Léonard–Saint-Michel
Sherbrooke Vaudreuil–Soulanges
Terrebonne Ville-Marie–Le Sud-Ouest–Île-des-Soeurs
Vimy

Voir également

Le Québec doit exploiter ses énormes réserves de gaz naturel pour ne plus dépendre d’Ottawa

Les Affaires > Quelque temps avant la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec avait …

2 commentaires

  1. Ce que vous dites c’est de voter stratégiquement. Mais en général au Québec, ça va se jouer entre le bloc et les libéraux.

  2. Trudeau pourrait se faufiler si le vote bleu est divisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.