Si le français est une langue coloniale qui met en péril les idiomes autochtones, que dire de l'anglais?
Accueil / Multiculturalisme / Loi 96 : les Mohawks dénoncent un « génocide culturel », menacent de recourir à la violence

Loi 96 : les Mohawks dénoncent un « génocide culturel », menacent de recourir à la violence

L’actualité >

QUÉBEC — Des Autochtones demandent de stopper la réforme de la Charte de la langue française qui devrait être adoptée d’ici à la fin de la session parlementaire.

Ils ont reçu l’appui de Québec solidaire (QS) et du Parti libéral (PLQ) pour porter leurs revendications à l’Assemblée nationale mardi, mais le gouvernement pour sa part refuse de reculer.

Des représentants autochtones avaient déjà affirmé que ce projet de loi était l’équivalent d’un génocide culturel, ce que Manon Massé, de QS, a écarté.

Tortionnaires de nos ancêtres et précieux alliés des Britanniques, les Mohawks sont encore aujourd’hui des agents de l’anglicisation du Québec.

Selon des leaders autochtones, le projet de loi 96 est un texte «destructeur» et paternaliste qui perpétue une hégémonie coloniale et qui compromet la survie de leurs propres langues. Une leader mohawk a même laissé planer la menace d’actions plus violentes.

En conférence de presse mardi à l’Assemblée nationale, ils ont réclamé une rencontre avec le ministre Simon Jolin-Barrette, qui est responsable du projet de loi 96, c’est-à-dire la réforme de la loi 101.

Ils refusent qu’on impose trois cours de français ou en français aux étudiants autochtones qui vont dans le collégial anglophone, comme le prévoit le projet de loi.

En mêlée de presse, le ministre a laissé entendre qu’il écartait les demandes des Autochtones.

Non, la RMR n’est pas un territoire mohawk non cédé. En fait, ils sont venus à l’invitation des colons français et leur territoire ancestral se trouve dans l’État de NY.

Les leaders autochtones soutiennent que les étudiants qui ont déjà du mal à obtenir leurs diplômes en étudiant dans leur langue, l’anglais, vont échouer ces cours de français.

Si le projet de loi est adopté comme prévu avant la fin de cette session parlementaire, il «va forcer l’exode de nos étudiants vers d’autres écoles à l’extérieur du Québec», a prédit le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

[…]

La grande cheffe du Conseil mohawk de Kahnawake, Kahsennenhawe Sky-Deer, a dit que le projet de loi allait avoir des conséquences dans chaque aspect de la vie des membres de sa communauté et qu’il va à l’encontre de la relation d’égal à égal entre Québec et les Premières Nations. Elle a laissé entendre que son peuple allait poser des gestes. 

«On dirait que nous devons poser des gestes pour attirer l’attention. Nous ne voulons pas poser ce genre de geste, mais c’est ainsi que nous nous sentons quand nous sommes acculés au mur.»  

L’intimidation est une seconde nature pour les milices mohawks armées de AK-47, de mitrailleuses lourdes et de lance-roquettes antichars.

«Le gouvernement a ignoré tout ce que nous avons proposé», a dit John Martin, de la nation Mi,gmaq Gesgapegiag.

«C’est un projet de loi destructeur, une continuation de ce genre de colonialisme, de paternalisme d’activités d’extinction [sic] que les gouvernements ont successivement menées depuis leur établissement sur ces territoires.»

[…]

>>> Lire l’article complet de Patrice Bergeron et de La presse canadienne

Pour en savoir plus :

Il y a 325 ans, le massacre de Lachine | Le Devoir

The First Nation Warriors Who Fought For The British Empire | Nations At War | Timeline – YouTube

Montréal en territoire mohawk: qui sème les graines de la discorde? | JDM (journaldemontreal.com)

Des citoyens d’Oka intimidés par des Mohawks | TVA Nouvelles

Condamnations en relation avec les événements de janvier 2004 – Des Mohawks chahutent la juge | Le Devoir

Québec craint pour la sécurité des personnes menacées d’éviction à Kahnawake | Radio-Canada.ca

Blocage ferroviaire : Legault affirme qu’il y a des AK-47 à Kahnawake | La Presse

Les Warriors ont des armes modernes en quantité — l’armée canadienne | La tribune | BAnQ numérique

Quebec asked for FBI help during 2004 Kanesatake crisis: U.S. diplomatic cables – APTN News

Voir également

Le Québec doit exploiter ses énormes réserves de gaz naturel pour ne plus dépendre d’Ottawa

Les Affaires > Quelque temps avant la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec avait …

2 commentaires

  1. Génocide linguistique n`est pas un génocide culturel ET SURTOUT ces Mohawks ont laissé faire le génocide linguistique du mohawk vers l`anglais !!!! Ce sont les anglophones qu`ils devraient hair . Leur problème st qu`ils sont trop lâches pour l`admettre . Le Québec EST et a toujours été francophone majoritairement alors en se mettant avec les anglophones du Canada ils chient sur le Québec qu`ils ont pourtant choisi sinon ils auraient CRISSÉ leur camp . Les Mohawks ? Laissons-les chialer et surtout qu`ils se branchent car leur territoire n`est pas ici mais l`état de New-York qui est leur origine .

  2. . . . ah oui , j`oubliais : Un «  génocide «  linguistique n`en est pas un car il ne peut y avoir qu`une seule langue commune sur un territoire et c`est vrai partout dans le monde ainsi que dans le reste du Canada . Le Canada attend quoi pour imposer sa langue commune au Québec car il en aurait le droit ? Le Québec n`attend que cela pour référender !!!!! Ah , oui : Quand les stupides et idiots de francophones comprendront-ils que nous n`avons pas notre place dans ce pays ne serait-ce que par la langue ?….oh , idiots , qui se sont dit NON lors de deux référendums ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.