Accueil / Société / L’ultime tabou : les privilèges linguistiques des Anglais au Québec

L’ultime tabou : les privilèges linguistiques des Anglais au Québec

L’Action nationale >

Notre langue n’a pas besoin d’Ottawa. Nous n’avons pas besoin de la protection des saboteurs des pouvoirs de l’Assemblée nationale. Nous n’avons rien à faire de leur Cour suprême et encore moins de leur charte conçue pour saper nos choix démocratiques. Nous avons besoin que l’État canadian dégage !

Il faut vraiment sombrer dans la médiocrité des plus éculés vaudevilles pour accorder quelque crédit que ce soit aux simagrées mises en scène pour tenter de réchapper les bévues de deux bigotes qui ont oublié qu’elles n’échangeaient pas autour de la machine à café. Il faut se laisser aller à de puissants élans d’aveuglement volontaire pour penser que l’État canadian renoncera à son mythe de refondation pour accommoder une minorité encombrante. Il ne sortira de tout ce navrant spectacle qu’un autre attirail d’hypocrisie, une amanchure de cosmétique débile : il fallait les entendre pérorer pour se draper dans les mille nuances de drabe pour savoir si le Québec en déclin relève de l’évidence, de la fatalité ou d’une défaillance de la protection d’Ottawa. Il sait pourtant si bien nous protéger de nous-mêmes. Que lui faudra-t-il donc inventer pour continuer de nous couper l’oxygène en pesant de toute sa condescendance.

La recette est éprouvée et il y a encore trop de Québécois pour se convaincre de participer au banquet quand on leur sert du réchauffé, quand on leur dit que le Canada les aime et que les Mélanie Joly de ce monde travaillent au salut de notre langue en faisant les commissions du Liberal Party à la veille des élections. Qu’ils dégagent ces bonimenteurs à gages !

Il faut sortir des « temples de paroles ». Ceux et celles qui se prétendent sérieux en nourrissant des attentes à l’endroit de la Loi des langues officielles ne parlent jamais du réel. Les principes, les droits, les bonnes intentions, so what ? Il faut parler des milliards. Qu’on cesse de pinailler sur le relâchement linguistique pour mieux se convaincre que quelque part le « déclin » s’explique par une quelconque misère consentie. La domination linguistique n’est pas une affaire d’orthographe et de formules d’accueil.

Ottawa mène la guerre au français devant les tribunaux, dans ses charges idéologiques, c’est vrai. Mais les bonnes âmes font tout pour ne pas voir que la concurrence des modèles d’intégration des immigrants, que la domination institutionnelle et l’inégalité de traitement des priorités de développement en tout genre se font d’abord et surtout à coup de milliards. Si déclin il y a, le Québec le finance à même ses impôts. Ceux qu’il verse à Ottawa et qu’il laisse sous le contrôle d’une majorité qui ne cesse de le refouler aux rôles accessoires qu’il veut lui voir jouer. Et à même ceux qu’il confie à son propre gouvernement national qui n’a ni le courage ni la clairvoyance de s’arracher à la logique d’apartheid sur laquelle est construite l’architecture institutionnelle qui assure la suprématie active de l’anglais.

Le statut du français au Québec est taillé en pièce par un dispositif institutionnel dualisé. C’est l’État du Québec lui-même qui déclasse le français. Il est le plus gros employeur exigeant le bilinguisme dans les services de santé à Montréal. Il soutient scandaleusement les réseaux de l’éducation dans des proportions qui n’ont rien à voir avec le poids démographique des anglophones. Les discours sur la minorité ne sont que cosmétiques : la vérité c’est que l’architecture des institutions anglaises conforte les anglicisés dans leur identité et dans leur conduite d’avant-poste d’une majorité qui ne lui consentira jamais que des accommodements le moins dérangeants possible.

Cela a été dit et redit : le surfinancement du réseau de la santé, la construction d’un mégahopital pour consacrer les privilèges de McGill en condamnant le CHUM a réduire sa taille et ses moyens. En plus de livrer le CUSM à la plus abjecte corruption, la dualisation reconduite par cette décision lâche continue de servir de paravent pour ne pas avoir à affirmer une chose pourtant facile à comprendre : un système de santé cohérent aurait exigé que McGill fonctionne dans le cadre institutionnel national. Never under french rules ! disaient les orangistes. Et c’est encore vrai.

Sait-on même combien d’argent y engloutit le Canada pour en accélérer la croissance et en consolider l’emprise ? Et l’on devra faire semblant que l’extension de la loi 101 aux entreprises à charte fédérale y changera quelque chose ? Et l’on nous fera du sentiment sur les défis de l’accueil en français de trois immigrés sénégalais à Winnipeg ? Tout pour détourner le regard sur l’enjeu principal : faire tomber Montréal. Le faire avec une politique fédérale qui renouvellera la propagande d’aménagement de la résignation béate.

Le McGill ghetto s’est agrandi, il forme une enclave conquérante avec Concordia et Dawson pour installer près de cinquante mille étudiants étrangers qui imposent l’anglais rue Sainte-Catherine et dans une part croissante du centre-ville. Le Canada s’y déploie sans vergogne et jusque dans les manifestations et l’activisme multiculturel. Ce n’est pas le déclin du français dont il s’agit, c’est de l’expansion de l’arrogance civilisatrice du plus meilleur pays du monde. Ce qui se construit là, c’est la version post-moderne d’une vieille obsession du développement séparé. Le centre-ville de Montréal, le Canada le rêve depuis toujours : une succursale torontoise piquée de latin atmosphere.

Cette version sophistiquée de la nouvelle rhodésie doit une large part de sa croissance à la pleutrerie de l’État du Québec qui surfinance ces institutions au mépris de l’intérêt national et au détriment des institutions françaises qui se laissent manger la laine sur le dos comme dans le bon vieux temps. Les recteurs de l’UQAM se lamentent depuis toujours, les cégeps français perdent des inscriptions, les gestionnaires de la marchandisation de l’enseignement supérieur ne trouvent rien de mieux que de pousser un bilinguisme servile plutôt que de se battre pour renverser la vraie discrimination systémique. Les faux combats leur fournissent de si confortables arènes.

Il faut déchirer les voiles de la fausse pudeur. C’est à l’argent qu’il faut s’en prendre. À l’argent qu’Ottawa dirige vers cette structure d’apartheid. À l’argent que le Québec abandonne pour ne pas faire justice et servir sa majorité légitime en plus de son intérêt national. Dès qu’on touchera à l’argent et à sa répartition, le Canada ne tardera pas à cesser de faire l’hypocrite et il frappera à visière levée.

Les bonimenteurs médiatiques ne se donnent jamais la peine de compter l’argent. Ils ne lisent guère non plus. L’ouvrage de Frédéric Lacroix Pourquoi la loi 101 est un échec, rend totalement caduque et pusillanime la discussion sur la protection canadian du français. On pourrait en tirer mille exemples. On en rajoutera un seul que Lacroix a pourtant solidement documenté dans de nombreux articles, renforçant au passage les constats réalisés aussi par Marc Chevrier : le monde universitaire est le royaume de l’inégalité systémique, de la marginalisation de l’enseignement supérieur en français. On en jugera par ces faits têtus :

  • Le gouvernement du Québec accorde aux universités anglaises 772 382 millions de dollars. Elles reçoivent 21 % du budget consacré aux universités. Cela représente plus de trois fois le poids démographique des anglophones du Québec.
  • Ottawa en rajoute 364 231,7 millions, leur octroyant ainsi 38,4 % de ce qu’il consacre à l’ensemble des universités. C’est six fois le poids démographique.
  • Au total, les contributions de toutes natures (Québec, Ottawa, dons, fondations et subventions ad hoc, etc.) valent à la rhodésie savante deux milliards deux cent douze millions six cent cinquante-quatre mille cinq cents dollars (2 212 654 500 $), soit 30 % du total québécois.

Les chiffres sont encore difficiles à trouver pour établir précisément la hauteur du surfinancement des cégeps anglophones qui servent de machines à assimiler. Quelques centaines de millions ? Des vétilles ! On ne s’en fera pas pour les cinquante millions voués à l’agrandissement de Dawson. Pour les barguines du Cégep de Gaspé et son partenariat d’affaires avec l’industrie de la commercialisation du passeport. Et l’on se gaussera de la générosité du don du Royal Victoria à McGill. Cela consolera des misères de l’orthographe et du délabrement du parler bouche molle…

>>> Lire la suite de l’article de Robert Laplante.

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

10 commentaires

  1. Ils faut que les Canadiens disent une bonne fois pour toute ,oui je suis un colonise

  2. Juju A RAISON mais un colonisé c`est comme un fou c`est-à-dire qu`il ignore qu`il l`est !! Prenons l`exemple des Grecs ; Ceux-ci furent colonisés par les Ottomans surtout et ces Grecs furent divisés durant quelque 400 ans !! D`ailleurs l`habit national des evzones ( Tuque / souliers avec pompons sur le dessus / Robe blanche courte / Bas pour les jambes / ect…) comporte une robe avec 400 plis pour se rappeler et symboliser leur division de 400 ans . Je crois inutile de faire comprendre que puisque un fou ou un colonisé ignore qu`il l`est alors , lors de leur division , il aurait été inutile de leur expliquer qu`ils étaient LE PROBLÈME exactement comme d`essayer d`expliquer aux francophones fédéralistes ( Les fédérastes ) ou les neutres ( Pas plus sains ) qu`ils sont le problème puisque ils ne donnent aucun sens à leur combat et DONNENT leur vote sacré à l`ennemi anglo alors que celui-ci , bien sûr , garde le sien pour lui-même !!!
    Mon chef-d`oeuvre ( Si je peux m`exprimer ainsi ) se situe à cet endroit sur ce site ; « `Le Québec n`est pas la Catalogne« ` . . . . .mais je sais que les idiots de francophones en resteront là et n`iront pas lire puisque ils sont comme un gars que je connais bien et qui représente tellement bien les francophones du Québec car tout ce qu`il veut ces des partys et de la bière !!! = Stupidité abyssal quand tu nous tiens fermement entre tes griffes !

  3. Donc les grecs furent divisés durant 400 ans . . . et pour Nous ? 2020 – 1759 = 261 ans ! On est bien partis pour battre les Grecs !! Au juste , savez-vous comment fonctionne la mécanique d`une conquête ? C`est exactement comme pour une personne qui donne un coup de tête à une autre à savoir que c`est la personne qui reçoit le coup qui risque le plus . Pour une conquête c`est pareil c`est-à-dire que la population qui reçoit le coup de butoir ( La défaite + la pression ) devient subitement peureuse et émotive , or , le cerveau des émotions qui se situe dans l`hémisphère positif se verra sans cesse alimenter par des mots ( Conversations entre peureux + identité ) lorsque ces peureux se parleront entre eux puisque le cerveau des émotions ( Le Limbique ) gère l`audition qui , elle , gère la fameuse mémoire indicée qui est une sorte de banque qui accumule des impulsions négatives et maintient l`information ( Les mots ) de force dans l`hémisphère positif qui n`est pas fait pour la politique donc au total on aura au moins le 2/3 de cette population soumise et inconsciente . Des fous viennent d`être créés et l`ignorent !! Cette folie ( La nouvelle mentalité ) se maintiendra durant des siècles . . . . . et le 1/3 des sains seront menottés par le 2/3 des fous donc par la démocratie qui veut que la majorité l`emporte .
    On revient toujours au même constat et problème : Comment expliquer à des fous qu`ils le sont ? Comment expliquer par exemple aux Platistes ( Les adeptes d`une Terre plate ) que la Terre est ronde ? Sur 100 arguments on peut marquer 99 points mais le seul que vous perdrez sera utilisé pour leur justification . . . . et puisque le cerveau de la croyance est incapable de gérer la politique mais aussi les mathématiques alors il ne peut pas «  voir« ou comprendre que 99 à 1 est stupéfiant et convaincant !!! . . . .il continuera de s`accrocher à son seul argument qu`il considérera comme la réfutation des 99 puisque ce cerveau ne peut pas hiérarchiser non plus !!!!!! On en est là avec les fédéralistes et/ou neutres et , malheureusement pour nous les sains ils sont majoritaires . Comment expliquer à des fous que le problème ce n`est pas les anglos qui se tiennent mais les francophones qui ne se tiennent pas ? Comment faire comprendre à des fous que le FLQ ( Front de libération du Québec ) a vu le jour parce que on refusait de se tenir debout et que les felquistes faisaient tout pour essayer de réveiller les endormis ? Je ne dis pas que ce qu`ils ont fait est bien mais qu`une situation qui ne bouge pas du tout alors qu`elle le doit absolument ne peut qu`engendrer ces malheureuses situations .

  4. Je vais envoyer mes enfants a lecole anglaise. De toute facon qui a besoin du francais

  5. L`ultime tabou ? Mais s`est-on dit NON à deux référendums ? Un NON signifiait qu`on voulait se faire assimiler et continuer d`être inférieurs alors pourquoi chiale-t-on ? On ne veut pas d`un pays et de la sécurité , du respect et du sens que cela engendre . . . . . alors , moi , je ne vois pas de tabou nul part puisque on le fabrique et l`entretient ? Des fous c`est ça , c`est-à-dire qu`on veut le beurre , l`argent du beurre , la ferme entière et le cul de la fermière !!! . . . . . sans être capable de comprendre qu`il y a toujours un prix à payer . L`enfant ( Le colonisé ) veut tout mais l`adulte ( Le souverainiste ) SAIT qu`il ne peut tout avoir donc il CHOISIT et pour choisir il faut EXCLURE . Si on peut tout avoir alors il n`y a plus de choix et sans choix il n`y a plus d`égalité puisqu`on accepte de se fondre dans la masse canadienne qui nous apporte tout sauf une distinction . Quand on est un pays on est TOUT et ÉGAL à n`importe quel autre pays . Même si la Chine a 1 350 000 000 de population elle est considérée ÉGALE à l`Islande par exemple même si ce tout petit pays n`a que 450 000 de population alors au total ces pays sont ÉGAUX lors d`ententes du point de vue de l`O.N.U . Par contre , une minorité en Chine ou au Canada , peut importe son nombre , est ASSUJETTIE à sa majorité dans le pays et doit suivre la volonté de ce pays tout en devant accepter son infériorité donc son inégalité = CQFD ( Ce Qu`il Fallait Démontrer )

    • L`expression de FRENCH PEA SOUP est utilisée par les anglophones du reste du pays parce que ces mêmes francophones vivent constamment dans la peur , se soumettent , et surtout ont accepté de se laisser déclasser numériquement dans l`ouest ( Saskatchewan et Manitoba ) parce que du temps de Riel le ration anglos-francos était de 50-50 vers 1870 et en à peine un siècle donc vers 1975-80 ce ratio n`était plus que de 94-6 ( +/- ) pour les anglos !!! Une extermination douce . . . . . . !!!!! Et les francophones du Québec comme de bons colonisés et soumis qu`ils sont l`ont accepté . Et ils continuent d`accepter cette même situation en Ontario car on fait tout là aussi pour assimiler et ne pas donner de chances sous quelque forme que ce soit aux francophones car ces derniers ne sont plus que 250 000 contre 800 000 à 900 000 vers 1920 !!!! Les francophones ont fondu du 2/3 !!!!! Et les idiots et lâches de francophones continuent d`accepter cela comme si de rien n`était . Ti-Poil ( René Lévesque ) a déjà dit que le Canada n`était pas un goulag . . . . . . DONC ,Ti-Poil , était un inconscient et colonisé aussi malgré sa position et son parti politique !!! Si ça va si bien dans le Canada alors pourquoi on est toujours en chicane depuis toujours ? Un colonisé est un fou cérébralement menotté par ses interactions verbales qui aliment sa mémoire indicée qui demeure tout le temps remplie de négatifs qui , eux , refusent de laisser l`information se rendre à son hémisphère du Cortex pour CONCLURE sur une base déductive et mathématique de . . . . CRISSER SON CAMP . Ce fou , donc , continuera d`avoir un lien affectif avec ses bourreaux simplement parce que il ne peut les voir ainsi . Et si il ne peut « voir«  ses bourreaux pour ce qu`ils sont alors il ne peut pas plus « voir«  qu`il est une victime . = CQFD = Ce Qu`il Fallait Démontrer . Les Québécois ? Des poules pas de tête . Naturellement , ce n`est pas de leur faute puisque jamais un fou n`a su qu`il l`était et qu`on ne peut le voir que sur papier . Il faut donc une bonne dose de modestie pour accepter qu`on soit un fou et une bonne dose de travail sur soi-même pour s`en sortir DONC la situation devrait ne pas bouger . . . . . . .et l`assimilation va continuer , inexorablement , inlassablement , méthodiquement et scientifiquement (1) .
      (1) Car les anglos qui ont conquis tellement de peuples sont les spécialistes du cerveau humain car il existe quelque 260 films sur les zombies dans le cinéma et que le 2/3 de ceux-ci sont fait par des anglos !!!! Quoi de plus normal que les spécialistes soient des anglos surtout puisque les peuples conquis s`écrasaient comme des tas de merde et ils auront voulu comprendre pourquoi . . . . Qui ne se rappelle pas certains films où les soldats vers 1780-1820 avançaient sur des champs de bataille cordés les uns à côté des autres comme des robots en avançant sans tirer alors que l`autre camp leur tirait dessus ? Cela pouvait paraître fou mais c`était fait avec une idée précise et qui fonctionnait à savoir que si l`autre camp ne réussissait pas à faire reculer l`ennemi suffisamment en lui tirant dessus alors ces derniers devenaient dans l`esprit de ceux qui avaient échoué des sortes de robots « inarrêtables«  et la panique «  interactive«  s`installait dans leur camp de sorte que puisque ils étaient piégés dans le cerveau des émotions alors ça devenait un avantage décisif pour les robots . . . . . . C`est l`évolution des carabines et la capacité de tirer plus de balles en moins de temps qui aura mis fin à cette tactique . On sait depuis longtemps que les émotions doivent être évitées . Ce n`est pas que le Frontal ( Le Positif ) ne soit pas un bon hémisphère car il est même supérieur au Cortex ( Le Négatif ) mais il n`est pas fait pour supporter la pression ou gérer la politique et les mathématiques . Deux hémisphères . . .deux mondes différents . . . comme dans le film La Matrice qui parle de ce sujet pointu . Qu`est-ce que l`histoire de Néo ? C`est simplement un fou qui finit par comprendre qu`il l`est ainsi que les siens et qui essaye de comprendre pourquoi il en est ainsi et qui essaye de réveiller les siens . Il est l`Élu c`est-à-dire le premier fou qui a finalement compris qu`il l`était alors que jamais un fou n`a su qu`il l`était .
      JE SUIS NÉO
      Vous vous rappelez le début de ce film ou Néo est entrain de dormir sur son bureau et il voit un TOC ‘TOC à son écran d`ordinateur ? Si il avait été un fou alors il aurait entendu ce TOC , TOC car c`est le Limbique de l`hémisphère Positif qui gère l`audition , or , au lieu de l`entendre il le voit , cela symbolise que c`est son Cortex de l`hémisphère négatif qui gère la vue qui «  embarque«  donc cela symbolise la prise de conscience par déductions !!! . . . . et lorsqu`il va répondre à la porte il demande à celui qui vient chercher quelque chose ; T`est-il déjà arrivé de te demander si tu étais endormi ou si c`était la réalité ? (….de mémoire… ) . Néo commence sa quête !!! Le lapin blanc symbolise bien sûr ceux qui se cachent dans un trou , ceux qui ont de grandes oreilles blanches donc ceux qui sont menés par l`audition ( Les proies ) et non la vue ( Les prédateurs ) et enfin ceux qui sont soumis et inconscients . Enfin , Néo finit par choisir la pilule rouge car comme le dit Morphéus ; TU DEVRAS L`EXPLORER TOI-MÊME = Signifiant ainsi qu`il sera le premier à aller fouiller dans l`histoire et les interactions pour se guider et ultimement comprendre ce qu`il est et ce que sont les siens . Il devra donc remonter jus qu`à la source du problème c`est-à-dire la conquête (* Nous ) qui les a fait basculer dans l`interactivité et a modifié la mentalité collective . Nous ne sommes que la continuité de nos expériences collectives et , hélas , interactives . On revient inlassablement à la même question : Comment faire prendre conscience à des fous qu`ils le sont ? Que des personnes saines fonctionnent via la mécanique du but ( But . . Intention . . Volonté . . .Acte ! ) et que ce n`est pas le cas du 2/3 des francophones ???? Demeurer minoritaires avec tous les inconvénients que cela engendre ?…quel est le but ? On s`est donc dit NON à deux référendums car on avait aucun but , aucune intention vis-à-vis ce but absent , aucune volonté de reliée à cette intention absente et enfin aucun acte ( OUI ) réalisant cette fin de mécanique absente . On est tellement fous qu`on oscille comme des feuilles au vent car on fluctue sans cesse avec des OUi . . . NON . . .OUI . . .NON . . .OUI . . .NON…à répétitions DONC nous sommes instables comme seuls des fous peuvent l`être !!!! Demandez-moi 10 fois de sortir de l`océan sur une plate-forme alors que c`est plein de requins et ma réponse sera OUI 10 fois car je serai constant dans ma réponse puisque je relie la situation ( Sauver ma vie ) à une situation évidente qui ne peut avoir qu`une seule réponse évidente . Pour un colonisé c`est différent car mené par son inconscience donc il FLUCTUERA .
      Néo , l`Élu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.