Accueil / Société / La justice brésilienne suspend la diffusion d’une série parodiant le Christ [MàJ : La décision annulée]

La justice brésilienne suspend la diffusion d’une série parodiant le Christ [MàJ : La décision annulée]

Journal de Montréal >

La justice brésilienne a ordonné mercredi à Netflix de retirer de son offre de vidéos en ligne « La première tentation du Christ », une fiction dans laquelle Jésus semble entretenir une relation homosexuelle.  

Un juge en deuxième instance de Rio de Janeiro, Benedicto Abicair, a expliqué qu’il avait pris cette décision à la demande de l’association catholique Centro Don Bosco de la Fe y la Cultura, afin de « calmer les esprits » au sein de « la communauté chrétienne et la société brésilienne » jusqu’à une décision de justice sur le fond de l’affaire.  

La demande de retrait avait été rejetée en première instance et la décision rendue mercredi peut faire l’objet d’un appel.  

Netflix et la société de production, Porta dos Fundos, à l’origine de cette fiction, ont indiqué à l’AFP n’avoir pas encore été informées de cette décision.  

« La première tentation du Christ », disponible sur Netflix depuis le 3 décembre, raconte sur le ton de la comédie loufoque une soirée familiale surprise au cours de laquelle Jésus arrive en compagnie d’un autre homme, visiblement homosexuel.  

Ce scénario a suscité la colère des associations catholiques brésiliennes et des milieux conservateurs. « Nous sommes en faveur de la liberté d’expression, mais est-ce que ça vaut la peine de s’en prendre à la foi de 86% de la population? La question est posée », a réagi sur Twitter Eduardo Bolsonaro, le fils du président brésilien Jair Bolsonaro.  

Des milliers de personnes ont également signé une pétition demandant le retrait de sa fiction   

L’évêque de Pernambouc (est), Henrique Soares da Costa, a indiqué de son côté avoir annulé son abonnement à Netflix, assurant sur sa page Facebook que la plate-forme, « incitée par une force démoniaque (…) offrait dans sa programmation +Spécial Noël+ un film blasphématoire, vulgaire et irrespectueux de notre Dieu et Seigneur Jésus-Christ ».  

Le 24 décembre, le siège de la maison de production à Rio De Janeiro a été la cible de cocktails Molotov qui n’ont pas fait de victimes.

>>> La suite de l’article de l’AFP.

Mise à jour : La Cour suprême brésilienne valide la diffusion de la série.

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.