Pour une étrange raison, l'obsession sanitaire du gouvernement Legault ne concerne pas la santé mentale.
Accueil / Société / Confinement caquiste : la détresse psychologique explose

Confinement caquiste : la détresse psychologique explose

Radio-Canada >

La nouvelle année débute alors que de nouvelles restrictions sanitaires, parmi lesquelles le couvre-feu, ont été instaurées et resteront en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Cela mine le moral de certaines personnes.

Dans les derniers jours, le nombre d’appels reçus a augmenté, et je ne m’attends pas à ce qu’il redescende. Les gens ont besoin de parler, de gérer leurs crises d’anxiété, révèle Barbara Martin, directrice générale par intérim du Centre de crise de Québec.

La Dre Karine Gauthier, psychologue et présidente de la Coalition des psychologues du réseau public québécois, dresse le même constat.

Les besoins ont augmenté d’une façon tellement grande et les problématiques sont vraiment plus sévères. Chez le même individu, on voit souvent plusieurs troubles.

[…]

Il y a de plus en plus de gens en situation d’itinérance et on est financés de la part du gouvernement comme avant. Il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a toute une partie de la population en détresse qu’on n’arrive pas à aider, à accompagner, explique Jimena Michea, coordonnatrice au Regroupement pour l’aide aux itinérants de Québec.

Le premier couvre-feu a été difficile à vivre pour les sans-abri, souligne-t-elle. Le deuxième couvre-feu s’amorce et elle n’ose pas en imaginer les conséquences.

On a vu une dégradation physique et mentale importante des personnes au cours du premier couvre-feu et on est encore à travailler sur les dégâts qui sont encore là.

Barbara Martin rappelle que la pandémie influe sur M. et Mme Tout-le-monde. Alain Rousseau en est une bonne illustration. Il est serveur dans des restaurants depuis 40 ans. Quand on lui demande comment il va en ce moment, l’émotion le gagne rapidement.

Ça fait deux ans qu’on vit un enfer. On ne sait pas où on s’en va. On a beaucoup d’incertitudes.

Un sentiment largement partagé au sein de la population.

D’après les informations de Marie-Pier Mercier et de Colin Côté-Paulette

>>> Lire l’article complet de Vincent Pichard

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.